Selon un sondage publié par Atlantico, seuls 26% des Français estiment que l’appartenance de la France à l’UE a plus d’avantages que d’inconvénients

Download PDF
Lecture : 2 min

12670828_10154115604677612_2285020378166975961_nIl ne s’agit que d’un sondage, mais il est publié sur un site qui ne s’était pas illustré jusque là par son « euroscepticisme » – c’est le moins que l’on puisse dire ! Selon ce sondage Elabe, publié par Atlantico, les Britanniques, les Français et les Italiens ne sont plus que 26% à penser que l’appartenance à l’UE de leur pays respectif présente plus d’avantages que d’inconvénients.

Quant aux habitants du Benelux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg), le désaveu est encore plus grand puisqu’ils ne sont plus que 25% à le penser.

Ce sondage confirme donc que l’évolution des opinions publiques à travers le continent est de plus en plus rapide et de plus en plus hostile à cette dictature qui ne dit pas son nom qu’est la prétendue « construction européenne ».

Ce vent libérateur, qui a commencé à se soulever d’un bout à l’autre de l’Europe, ressemble à d’autres épisodes de l’histoire européenne, par exemple à l’année 1848 et aux années suivantes. La chute de la monarchie de Juillet en février 1848 en France avait soulevé, de proche en proche, un vent de révolte et de remise en cause des pouvoirs autocratiques à travers tout le continent.

Quiconque a le sens de l’histoire peut désormais deviner que la prétendue « construction européenne » est entrée dans une phase de nécrose accélérée et que l’édifice est au bord d’un effondrement global.

Seul reste à savoir quel événement va être le catalyseur de cet effondrement :

– le prochain référendum du 6 avril sur l’accord UE-Ukraine aux Pays-Bas ?
– la prochaine « désobéissance » à Bruxelles de la Hongrie, ou de la Slovaquie, ou de la Pologne ?
– le prochain référendum de juin sur le Brexit au Royaume-Uni ?
– la prochaine élection présidentielle en France en mai 2017 ?
– etc.

Il faut espérer que le peuple français, ne restera pas à la traîne et qu’il sera, au contraire, l’un des initiateurs de cet effondrement libérateur, comme il l’a si souvent été au cours de sa longue histoire.

François Asselineau