Qu’est-ce que l’UPR pense de l’énergie nucléaire ?

le dans Le positionnement politique de l'UPR

L’UPR n’a pris position ni pour le maintien de l’électricité nucléaire en France ni pour sa suppression à terme.

Pour l’UPR, cette question énergétique est certes très importante, mais elle l’est indubitablement moins que l’urgence absolue à faire sortir au plus vite la France du désastre économique, social, monétaire, financier, agricole, industriel, éducatif, scientifique, culturel, linguistique, diplomatique, géopolitique, militaire, démocratique, politique et moral dans lequel nous entraînent l’Union européenne, l’euro et l’OTAN.

 La priorité du moment est de rassembler les Français sur cet impératif de libération nationale et de rétablissement de la démocratie. D’ici là, l’évocation de la question du nucléaire introduit un clivage inutile parmi les Français (on en voit d’ailleurs les effets avec les négociations conflictuelles entre le PS et EELV), au moment même où nous devons au contraire les rassembler ; et l’affirmation d’une option anticipe indûment sur le débat démocratique à venir.

 Du reste, imagine-t-on que, le 18 juin 1940, le général de Gaulle ait assorti son appel à tous les Français pour poursuivre la Résistance d’un engagement à maintenir en activité les houillères du Bassin de Lorraine ?… Il y a une hiérarchie de priorités à respecter si l’on veut être efficace.

 Il n’en demeure pas moins que le choix de notre approvisionnement énergétique est une question très importante. Elle nous paraît même tellement importante que nous estimons qu’elle devra être tranchée directement par les Français eux-mêmes. Ce choix se fera à l’issue d’un débat public approfondi, éclairé par les enseignements de la recherche scientifique, dans lequel toutes les sensibilités de l’opinion et des experts pourront être loyalement représentées et confrontées, comme il sied dans une démocratie.

 Ajoutons que, si nous sommes tous très attachés à la nécessité que la France détermine elle-même ses choix en ce domaine comme dans tous les autres, la vérité oblige à dire qu’il serait illusoire de penser que l’on peut sortir soudainement du nucléaire. Aucun parti politique français, pas même EELV, ne propose d’ailleurs une sortie immédiate. Il faut en revanche certainement poursuivre et intensifier le développement des sources alternatives pour diminuer graduellement le poids du nucléaire. En particulier, le coût de revient de certaines énergies alternatives diminue tellement vite qu’il n’est pas exclu que l’une ou l’autre  finisse par être aussi rentable que l’énergie nucléaire à horizon d’une dizaine d’années. Le débat public que l’UPR proposera aux Français de trancher devra avoir lieu après un bilan complet de cette montée en puissance des énergies alternatives. Ce bilan sera engagé dès notre arrivée au pouvoir afin que les Français puissent rapidement se prononcer sur cette question.