Qu’est-ce que l’UPR pense de Jacques Cheminade ?

S’agissant de M. Cheminade et de son mouvement Solidarité & Progrès (avec l’acronyme S&P, comme Standard & Poor’s), nous vous rappelons les points suivants :

1) S&P est un parti alter-européiste qui ne propose absolument pas de sortir de l’UE

Le site Internet de S&P ne mentionne nulle part ce qui fait l’axe essentiel de l’UPR, à savoir la sortie de l’Union européenne en application de l’article 49-A du traité de Lisbonne (art. 50 de la version consolidée).

Le site de S&P précise bien au contraire qu’il « est nécessaire que les hommes politiques européens se mettent réellement à croire à l’Europe comme projet, non comme discours. C’est ainsi que se sont formés les Etats-nations, et ce n’est pas autrement que pourra se constituer l’Europe.». http://www.solidariteetprogres.org/article5433.html

2) S&P entretient la confusion des concepts sur l’Europe, et conforte ainsi les mensonges de la propagande européiste

Parmi les « projets » censés faire naître l’Europe, S&P propose de « multiplier par trois le budget de l’Agence spatiale européenne (ESA), très inférieur à celui de la NASA » ou de « construire un lanceur lourd allant au-delà d’Ariane V-ECA ». http://www.solidariteetprogres.org/article5433.html

En évoquant « l’ESA » – dont l’acronyme français est ASE – et Arianespace, S&P entretient le mythe mensonger qui voudrait que ces projets découlent de la construction européenne alors que, comme Airbus, il ne s’agit que d’une coopération internationale – par ailleurs hautement souhaitable. L’ASE est en effet une coopération intergouvernementale qui regroupe certains pays membres de l’UE (pas tous) et d’autres qui ne le sont pas : Norvège, Suisse, Canada, Turquie, Ukraine (http://fr.wikipedia.org/wiki/Agence_spatiale_europ%C3%A9enne)

Ainsi, S&P, qui prétend révéler le dessous des cartes à nos concitoyens, est étrangement peu regardant pour reprendre à son compte les bobards de la propagande européiste.

3) S&P se fixe non seulement comme projet de construire l’Europe, mais aussi « d’américaniser l’Europe »

C’est ce qu’a expliqué M. Cheminade dans son discours La recherche du bonheur : une idée neuve pour l’Europe du 1er décembre 2003 : « Lyndon LaRouche a défini hier sa tâche comme celle « d’américaniser l’Europe », et en particulier la France. Je sais que beaucoup d’entre vous ont peut-être été choqués, heurtés ou vexés par cette affirmation, faute d’en comprendre pleinement la signification ». http://www.solidariteetprogres.org/article505.html

4) S&P se fixe non seulement comme projet « d’américaniser l’Europe » mais aussi de « se libérer de l’idéologie française »

On lira à cet égard les commentaires, très contestables, très démobilisateurs et très oiseux compte tenu des urgences des Français, qui figurent dans
http://www.solidariteetprogres.org/sp_Dossier_IdeologieFrancaise.php

5) S&P met en avant sur son site Internet des propositions farfelues qui achèvent de le décrédibiliser aux yeux du grand public

Parmi les « perles » que l’on trouve sur le site, on notera que S&P propose de bâtir l’Europe en installant « des centres polytechniques de recherche, de formation et de production industrielle en orbite spatiale », en « industrialisant la Lune, en exploitant en particulier ses réserves d’hélium3 », « en entamant l’exploration martienne, en préparant des voyages par propagation nucléaire, d’abord fission puis fusion, pour réduire la durée des trajets à dix-quinze jours ».

Parmi ses priorités politiques absolues, S&P proclame « l’impératif moral de coloniser la Lune et Mars » ( http://www.solidariteetprogres.org/article5248.html) et convie pour cela ses lecteurs à admirer la planète Mars en 2059 : on y décrit la ville de « Kepleropolis » dont les habitants ont « les yeux rivés sur le lancement imminent du nouveau vaisseau spatial révolutionnaire Kepler II, le premier engin à utiliser, à titre expérimental, un moteur à réaction matière-antimatière ». http://www.solidariteetprogres.org/article5796.html

Pendant que le mouvement de M. Cheminade vaticine ainsi sur un « moteur à antimatière », il « oublie » de proposer aux Français un moyen simple et concret de rétablir au plus vite la souveraineté et la démocratie en France….

Qui ne voit la supercherie ?

6) S&P est un mouvement à la réputation sulfureuse, accusé régulièrement de dérive sectaire, d’antisémitisme, et aussi d’être financé en sous-main par des services de renseignement

Pour parfaire le panorama, nous invitons nos lecteurs à lire tout ce qui se dit et s’écrit sur le web à ce sujet, et notamment http://www.unadfi.com/spip.php?article371, et http://www.prevensectes.com/solidarite3.htm, ainsi que
http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/solidarite-et-progres-l-extreme-69750

Sans porter de jugement sur le fond, force est donc de remarquer que cette image détestable, fondée sur des éléments objectifs (les « chorales » en l’honneur de Lyndon Larouche, les propos antisémites, etc.), condamne S&P à rester ce qu’il est depuis 32 ans : un mouvement sulfureux et totalement marginal (la première campagne électorale de M. Cheminade, actuellement âgé de 69 ans, remonte à 1978)

————————–

7) Enfin, cerise sur le gâteau, M. Cheminade a été plusieurs fois condamnée par la justice, pour escroquerie et pour diffamation publique (http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Cheminade)

CONCLUSION

Qui peut nous dire, au vu de cet impressionnant palmarès, en quoi l’UPR a le moindre point commun, du point de vue politique, analytique, programmatique, éthique et judiciaire avec le mouvement d’un repris de justice, illuminé et alter-européiste, dont les financements sont suspects, dont les dérives sectaires et antisémites inquiètent, et qui milite pour une Europe américanisée et la colonisation industrielle de la planète Mars par la magie d’un moteur à antimatière ?!?

De qui vous moquez-vous ?

ÉQUIPE UPR

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Aidez-nous ! Partagez :