La divergence croissante des taux appliqués préfigure l’éclatement monétaire

Télécharger en PDF
Lecture : 3 min
Print Friendly, PDF & Email

Les taux appliqués à la dette allemande par les marchés financiers sont de plus en plus bas, tandis que ceux appliqués à l’Italie et à l’Espagne, qui s’étaient récemment « détendus, sont de nouveau en forte hausse.

Ce phénomène est a priori incompréhensible pour tous les pseudo-experts et les politiciens professionnels (Mme Le Pen, M. Mélenchon et M. Dupont-Aignan en tête) qui ne connaissent rien à l’euro et qui croient encore que c’est « une monnaie unique ».

Mais pour nos lecteurs, c’est parfaitement compréhensible : l’euro est une monnaie COMUMNE, et chaque euro est une créance sur la banque centrale respective d’un État de la zone.

Dès lors, tout s’éclaire : cette divergence croissante des taux de rémunération exigés par les marchés financiers est une bonne mesure du degré de confiance en chaque euro national. Plus la divergence des taux s’accroît, et plus c’est la preuve que les marchés financiers anticipent un éclatement à terme de l’euro.

Et ils préfèrent avoir un « euro allemand », créance sur la Bundesbank, qui redeviendra à terme un Deutsche Mark voué à s’apprécier sur les marchés des changes, qu’un « euro italien » ou un « euro espagnol », créances sur les banques centrales italienne ou espagnole, qui seront voués à une dépréciation sur les marchés des changes.

CONCLUSION

La question n’est pas de savoir s’il faut on non sortir de l’euro.

La question, c’est : puisque l’euro finira nécessairement par éclater, avec une probabilité de 100 % à terme, est-il malin de brader le patrimoine, le niveau de vie et les acquis sociaux des Français pour maintenir cette utopie monétaire en survie artificielle ou ,vaut-il mieux en sortir au plus vite ?

Seul de tous les mouvements politiques français, l’UPR analyse et propose de sortir de l’euro le plus rapidement possible.

Seul de tous les candidats déclarés à l’élection présidentielle, je le proposais sans ambiguïté et de façon juridique et sereine, en application de l’article 50 du TUE.

Nous sommes non seulement les seuls à le dire mais aussi les seuls dont le mouvement s’est créé dans ce but, le seul qui considère que tous les autres sujets sont accessoires, le seul à n’avoir jamais varié d’un iota sur cette question depuis 5 ans.

En bref, les événements nous donnent raison, même si nous sommes seuls contre tous. C’est sans doute pour cela que de plus en plus de Français, lassés par l’incompétence et la félonie des autres mouvements politiques, se tournent vers nous : nous avons enregistré encore 11 adhésions nouvelles au cours des 48 dernières heures.

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Aidez-nous ! Partagez :