Ségolène Royal, la dictature sans vergogne

Print Friendly, PDF & Email

Mme Marie-Ségolène Royal, ministre du gouvernement français, a donné à la télévision britannique publique BBC un entretien au début de ce mois de juillet 2016. Cet entretien ne cesse de provoquer des vagues, à la fois Outre-Manche et en France grâce aux réseaux sociaux, du fait de son refus sans vergogne des principes mêmes de la démocratie.

Dans ce court extrait d’entretien (en français sous-titré en anglais par la BBC), la ministre de l’écologie et de l’environnement durable, interrogée sur l’idée de tenir un référendum sur le « Frexit », répond en effet au journaliste qu’il ne faut en aucun cas demander aux Français s’ils veulent sortir de l’Union européenne.

Et pourquoi donc ?
Réponse : « parce qu’à ce moment-là, les gens votent pour autre chose » !

Mme Royal développe ainsi un raisonnement digne des pires dictatures de la planète. Elle fait le postulat ahurissant que, si on leur posait la question de la sortie de la France de l’UE, les Français répondraient nécessairement à une autre question : ils voteraient Oui, par exemple pour « sanctionner le gouvernement » ou parce qu’ils « ont compris qu’ils sont instrumentalisés dans un vote » …

Bien entendu, elle n’apporte aucune preuve de cette affirmation, si ce n’est qu’une référence implicite au référendum de 2005.

Elle considère donc implicitement que les Français qui ont voté Non à la « Constitution européenne » en 2005 sont des demeurés, qui n’ont pas compris le sens de leur vote !

En d’autres termes, Mme Royal considère que les Français ne peuvent pas, de façon parfaitement réfléchie et consciente, vouloir sortir de la « construction européenne »…

Elle concède du bout des lèvres que, si référendum il devait y avoir, il ne pourrait porter que sur la seule bonne question : « quelle Europe voulez-vous ? »…..

Commentaires

Mme Marie-Ségolène Royal, ministre du gouvernement français, nous refait donc le coup de « l’Autre Europe ».

Elle cache soigneusement le fait qu’un référendum pour demander aux seuls Français quelle serait l’Europe de leur choix n’a aucun sens, pour la simple et bonne raison que l’article 48 du TUE oblige l’unanimité de tous les 28 États membres pour changer la moindre virgule dans les traités européens.

Dans cet entretien saisissant, Mme Royal use d’un ton rogue, bouffi de suffisance et de mépris, pour asséner ce mélange de mensonges, de paternalisme et de refus de la démocratie. Elle apparaît ainsi comme une allégorie de l’idéologie européiste, cette dictature qui ne dit pas son nom.

Du reste, son raisonnement scandaleux pourrait aussi bien être tenu pour toute autre consultation électorale. Mme Royal pourrait tout aussi bien affirmer qu’il est hors de question de procéder à une nouvelle élection présidentielle tant que son ex-concubin est à la tête de l’État, en arguant du motif « qu’à ce moment-là, les gens votent pour autre chose »

Conclusion

Il faudra se souvenir de cette vidéo le moment venu, lors de la prochaine élection présidentielle.

En attendant, je suggère à tous nos lecteurs de faire circuler cette vidéo au maximum tout autour d’eux. Famille, collègues, amis, voisins, tout le monde doit voir et savoir à quel point Mme Royal et toute la mafia euro-atlantiste qui a gangréné le Parti dit « socialiste », n’a que le plus profond mépris pour l’intelligence des Français.

Aidez-nous ! Partagez :