Chevènement couvre Hollande d’éloges… pour mieux l’assassiner

Lecture : 2 min
Print Friendly, PDF & Email

Lisez cette dépêche, elle vaut son pesant de cacahuètes !

Comme le découvriront ceux qui savent lire entre les lignes, Chevènement se fiche carrément de la tête de François Hollande.

Il regrette que, sur l’Europe, Hollande n’a « pas évoqué la crise de la monnaie unique » et il précise : « Je crains qu’il ne surestime la possibilité d’obtenir d’Angela Merkel, sur la simple base de son élection, la révision autre que cosmétique du futur traité européen. J’ai gardé le souvenir du Pacte de stabilité négocié par Jacques Chirac et avalisé en juin 1997 par Lionel Jospin ».

Avant de conclure : « On peut s’interroger s’il a vraiment anticipé l’ampleur des résistances qu’il va rencontrer ».

Chevènement fait donc mine de considérer François Hollande comme inexpérimenté, mais c’est pour mieux l’assassiner. Il ne dit rien d’autre que ce que j’explique depuis la création de l’UPR.

CONCLUSION

Cette dépêche prouve, à ceux qui en douteraient encore, non seulement que mes analyses sont les bonnes mais que tous les candidats à la présidentielle savent parfaitement à quoi s’en tenir. Chevènement, comme Hollande, comme Sarkozy, comme Bayrou, comme Le Pen, comme Mélenchon, etc., savent parfaitement que leurs programmes respectifs sont inapplicables dans le cadre de l’UE.

Ils sont donc tous en train de mentir aux Français. Alors que je le dis ouvertement, Chevènement préfère le susurrer, avec une suave perfidie.

Aidez-nous ! Partagez :