L’UPR rend public le courriel de protestation adressé à « France 3 Bourgogne », suite à son refus de couvrir notre Université d’automne des 15 et 16 octobre 2016 à Vermenton (Yonne).

Télécharger en PDF
Lecture : 8 min
Print Friendly, PDF & Email

screen-shot-10-20-16-at-12-44-pm
Aidez l’UPR à faire respecter la démocratie et la loi !

Comme le savent nos lecteurs, notre Université d’automne tenue dans l’abbaye de Reigny à Vermenton (Yonne) a connu un succès sans précédent, avec près de 800 participants, soit 3 fois plus que l’université du PS tenue à Brest le 24 septembre dernier.

La seule ombre au tableau a été la très faible couverture médiatique obtenue, malgré les communiqués de presse que nous avions adressés à tous les médias concernés.

En particulier, la télévision du service public régional « FRANCE 3 BOURGOGNE » a refusé de venir couvrir l’événement, alors qu’elle avait daigné y consacrer une minute l’année dernière au même endroit. Mme Béatrice Montoir, rédactrice en chef adjointe, a même refusé sèchement de prendre au téléphone notre attaché de presse.

Dans ces conditions, résolu à ne plus rien laisser passer et à saisir tout manquement à la déontologie minimale de la presse, le Bureau national a décidé :

a)- d’adresser un courriel officiel de protestation à Mme Montoir, avec copie au rédacteur en chef M. Peltier, et à deux de ses collaborateurs,

b) – de saisir la direction nationale de France 3,

c)- et de saisir le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) sur le comportement de France 3 Bourgogne à l’égard de l’UPR et de François Asselineau.

—–

Nous avons également décidé de rendre public – comme nous le ferons désormais systématiquement – le courriel de protestation adressé le 18 octobre à Mme Montoir, avec copie à ses collaborateurs, et conformément à ce que nous lui avons indiqué.

C’est ce courriel que nous publions ci-après.

 

Soutenez l’UPR en protestant vous aussi !

Nous invitons l’ensemble de nos adhérents et sympathisants, de même que tous les observateurs soucieux de faire respecter un tant soit peu les principes du pluralisme d’opinion dans les grands médias :

1°)- à diffuser au maximum le courriel ci-dessous au plus grand nombre d’internautes, afin que chacun mesure la gravité et l’étendue de la censure qui sévit en France

2°)- à faire part de leur protestation en écrivant un courriel aux principaux intéressés, à savoir :

beatrice.montoir@francetv.fr

avec copie à :

M. Samuel Peltier, rédacteur en chef de France 3 Bourgogne : samuel.peltier@francetv.fr

ainsi qu’à :
laurence.giroult@francetv.fr
jean-pierre.stucki@francetv.fr

Chacun peut aussi écrire :

  • au siège de France 3 Bourgogne : France 3 Dijon : 6, avenue de la Découverte, 21000 DIJON
  • au siège de France 3 Bourgogne, bureau décentralisé pour l’Yonne à Auxerre :
    France 3 Auxerre : Immeuble Clemenceau Place Maréchal-Leclerc – 89000
  • etc.

Dans tous les cas, nous demandons à chacune et à chacun de faire preuve de courtoisie et de modération dans l’expression écrite, afin de donner à leur protestation la plus grande force. Car ce sont les messages factuels, froids et objectifs, qui sont toujours les plus gênants à recevoir et les plus irréfutables.

Parmi les arguments que chacun jugera bon de mettre en avant, nous invitons ceux qui comptent faire part de leur protestation à souligner qu’ils sont aussi des contribuables finançant le service public de l’audiovisuel.

Il est donc encore plus inadmissible que « France 3 Bourgogne » – qui bénéfice pour partie du financement de nos 190 000 électeurs – nous considère collectivement comme si nous n’existions pas, avec un mépris digne d’une dictature bananière.

BUREAU NATIONAL

————————————————
Copie du courriel adressé le 18 octobre 2016
à Mme Béatrice Montoir, rédactrice en chef adjointe
de France 3 Bourgogne
———-—————–———————

Madame,

Nous tenons à vous exprimer la colère et le sentiment de profonde injustice des adhérents et sympathisants de l’Union Populaire Républicaine (UPR) face à la décision prise par France 3 Bourgogne de n’envoyer aucune équipe de journaliste pour couvrir notre Université d’automne, le weekend dernier des 15 et 16 octobre 2016 à Vermenton, dans l’Yonne.

Vous avez considéré que la rentrée politique d’un parti ayant représenté près de 1% des suffrages exprimés au plan national – soient 190.000 électeurs – lors des élections régionales de décembre 2015 où il présentait 1.971 candidates et candidats, était un événement sans importance et ne méritant aucun reportage.

Outre que nos 190.000 électeurs contribuent au financement de l’audiovisuel public – et à ce titre ont le droit d’être représentés dans les médias du service public -, nous vous indiquons que notre Université d’automne a enregistré 727 entrées payantes, soient plus que les 651 pré-inscriptions enregistrées – et près de 800 participants au total en ajoutant nos bénévoles.

Nous serions curieux de savoir quels événements politiques France 3 Bourgogne couvre, en particulier s’ils rassemblent autant de participants que l’Université d’automne de l’UPR, à supposer que des rassemblements politiques de plus de 700 personnes se produisent fréquemment dans l’Yonne et, plus généralement, en Bourgogne.

Nous vous rappelons, à ce propos, que l’Université d’été du Parti socialiste a rassemblé seulement 250 personnes à Brest, en septembre 2016, – soit 3 fois moins que notre université à Vermenton ! – ce qui a été néanmoins jugé suffisant par tous les grands médias pour en donner un large écho.

Nous vous rappelons aussi que France 3 Bourgogne avait couvert notre précédente université à Vermenton, en septembre 2015, et ce alors qu’elle avait rassemblé environ 450 personnes, contre près de 800 cette année (en croissance de +75% en un an).

Nous attirons encore votre attention sur le fait que l’UPR, avec 12.370 adhérents au 17 octobre 2016, est l’un des partis politiques en plus forte croissance de France, au moins 4 fois plus important que, par exemple, EELV qui ne compte même plus 3.000 adhérents.

L’UPR est aussi le parti politique dont le site Internet est le plus fréquenté de tous les sites de partis politiques français, d’après le classement Alexa Ranking, et sa chaine Youtube est la deuxième présentant le plus grand nombre de vues, par rapport à tous les autres partis.

Nous vous signalons en outre que notre Université d’automne a accueilli des invités extérieurs de marque, étrangers et français, parmi lesquels Mme Dominique Verien, maire de Saint-Sauveur-en-Puisaye et présidente de l’association des (240) maires ruraux de l’Yonne, ou l’Amiral (E.R.) Michel Debray, figure historique du gaullisme, ancien commandant des porte-avions Foch et Clemenceau.

Nous adressons à ces invités copie du présent message afin qu’ils mesurent la curieuse déontologie professionnelle avec laquelle vous dirigez le service régional de l’audiovisuel public comme s’il s’agissait de votre propriété privée.

Nous vous informons enfin que, compte tenu de l’importance de l’événement, à la fois par le nombre des participants et par la qualité des intervenants extérieurs, votre concurrente Auxerre-TV a consacré quant à elle un entretien de 1 heure à François Asselineau, ce qui n’en fait que mieux ressortir le caractère scandaleux de votre refus de couvrir l’événement.

—-

En gardant le silence sur notre Université d’automne, vous cachez cette réalité politique aux Français, et vous vous faites la complice des hypocrites qui se lamentent du dégoût des Français pour leur classe politique, tout en leur interdisant de découvrir des idées et des visages nouveaux.

Plus grave encore, France 3 Bourgogne a décidé de passer délibérément sous silence la présence, dans l’Yonne, d’un candidat à l’élection présidentielle de 2017, François Asselineau. Un écho médiatique en cette période a d’autant plus d’importance que la campagne pour la collecte des parrainages bat son plein, et que la notoriété médiatique d’un candidat facilite considérablement sa démarche auprès des maires.

En refusant de donner le moindre compte-rendu de cette rencontre politique majeure, vous avez donc non seulement failli gravement à votre tâche de service public de l’audiovisuel, mais vous avez aussi exercé une censure insidieuse, consistant à discriminer entre les candidats à l’élection présidentielle que les Français auraient le droit de connaître, et ceux dont ils devraient ignorer l’existence.

Comme votre attitude représente une violation de la loi sur l’équité de traitement des partis politiques, le Bureau national de l’UPR a décidé de saisir la direction nationale de France 3 et le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) sur le comportement de France 3 Bourgogne à l’égard de l’UPR et de François Asselineau.

Pour que nul n’en ignore, et afin de satisfaire le besoin de vérité et de transparence dont sont friands nos concitoyens, nous mettons en ligne la présente lettre sur nos réseaux sociaux et sur notre site Internet upr.fr – le plus consulté de tous les partis politiques de France. Des dizaines de milliers de citoyens vont ainsi pouvoir prendre connaissance de la censure que vous avez exercée et la faire connaître au plus grand nombre de personnes.

Veuillez, Madame, trouver ici l’expression de nos salutations.

Bureau National de l’UPR
18 octobre 2016

——————————————————-

Aidez-nous ! Partagez :