UPR : Pourquoi elle séduit les Français établis hors de France ?

Télécharger en PDF
Lecture : 6 min
Aidez-nous ! Partagez :

Aux élections européennes, l’UPR a obtenu 1,06% des suffrages des français expatriés, soit 2,6 fois notre moyenne nationale.

Pourquoi UPR seduit-elle hors de France Les résultats définitifs publiés par le ministère de l’intérieur sur le vote des « Français établis hors de France » lors des élections européennes a révélé que l’UPR a bénéficié d’une très bonne mobilisation des Français expatriés en sa faveur. Nous avons en effet recueilli 1 225 voix (qui ont été comptabilisées dans la région Île-de-France), soit 1,06% des suffrages exprimés. C’est  un score 2,6 fois supérieur à notre moyenne nationale (0,41%). Avec 1,06% des suffrages exprimés par les Français expatriés, l’UPR s’est classée 12e sur les 31 listes en compétition dans la circonscription « Île de France – Français établis hors de France ». Notre liste a donc fait mieux que 19 autres listes. Elle a notamment devancé assez largement la liste présentée par le NPA (1140 voix, soit 0,99%) et la liste présentée par Lutte Ouvrière (1099 voix, soit 0,96%). Mieux encore, notre liste a fait 36% de voix de plus que le total cumulé des 16 dernières listes (898 voix à elles toutes).

  1. ESPÉRANTO LANGUE COMMUNE ÉQUITABLE POUR L’EUROPE (LDIV) : 513 voix – 0,45%
  2. EUROPIRATES D’IDF (LDIV) : 200 voix – 0,17%
  3. ENSEMBLE POUR UNE EUROPE ÉQUITABLE (LDIV) : 35 voix – 0,03%
  4. FÉMINISTES POUR UNE EUROPE SOLIDAIRE (LDIV) : 31 voix – 0,03%
  5. ALLIANCE ÉCOLOGISTE INDÉPENDANTE (LDIV) : 30 voix – 0,03%
  6. PARTI FÉDÉRALISTE EUROPÉEN (LDIV) : 21 voix – 0,02%
  7. DÉMOCRATIE RÉELLE (LDIV) : 15 voix – 0,01%
  8. EUROPE DÉCROISSANCE (LDIV) : 13 voix – 0,01%
  9. COMMUNISTES (LEXG) : 12 voix – 0,01%
  10. POUR UNE FRANCE ROYALE AU CŒUR  DE L’EUROPE (LDVD) : 9 voix – 0,01%
  11. PARTI EUROPÉEN (LDIV) : 8 voix – 0,01%
  12. CITOYENS DU VOTE BLANC (LDIV) : 5 voix – 0,00%
  13. CANNABIS SANS FRONTIÈRES STOP LA PROHIBITION (LDIV) : 3 voix – 0,00%
  14. RÉGIONS ET PEUPLES SOLIDAIRES (LDIV) : 3 voix – 0,00%
  15. L’EUROPE DE MARRAKECH À ISTANBUL (LDIV) : 0 voix – 0,00%
  16. EUROPE SOLIDAIRE (LDIV) : 0 voix – 0,00%

TOTAL DES 16 DERNIÈRES LISTES : 898 voix Source : http://elections.interieur.gouv.fr/ER2014/07/099/099/index.html   De façon également très significative, l’UPR a réalisé, auprsè des Français de l’étranger :

  • 11,9% du nombre total de voix obtenu par le Front National, qui n’a obtenu que 8,94% des suffrages chez les Français expatriés (10288 voix), soit 3 fois moins qu’au niveau national.
  • 23,2% du nombre total de voix obtenu par le Front de Gauche, qui n’a obtenu que 4,59% des suffrages chez les Français expatriés (5285 voix), soit 30% de moins qu’au niveau national.
  • 36,3% du nombre total de voix obtenu par Nouvelle Donne, qui n’a obtenu que 2,93% des suffrages chez les Français expatriés (3375), soit un bon quart de moins qu’au niveau national.
  • 36,7% du nombre total de voix obtenu par DLR, qui n’a obtenu que 2,90% des suffrages chez les Français expatriés (3375), sensiblement moins qu’au niveau national.

La comparaison du score réalisé par l’UPR et des scores obtenus par ces 4 partis auprès des Français de l’étranger est donc beaucoup plus favorable à l’UPR qu’elle ne l’est si on la fait au niveau national.

POURQUOI L’UPR SÉDUIT-ELLE LES FRANÇAIS ÉTABLIS HORS DE FRANCE ?

Il faut probablement voir 2 raisons essentielles à ces bons scores – relatifs – de l’UPR auprès de nos compatriotes expatriés :

  • a) les Français expatriés sont beaucoup moins exposés et vulnérables au lavage de cerveau des médias français de grande diffusion que les Français vivant en France.

Leurs sources d’information sont beaucoup plus variées, et ils se rendent statistiquement davantage sur Internet pour y rechercher de l’information sur les partis politiques français. Le fait que l’UPR fasse comparativement beaucoup mieux dans cette population que dans la population générale est une preuve de l’influence immense des médias de grande diffusion sur le vote final et de l’injustice extraordinaire dont nous avons été la victime.

  • b) les analyses et les propositions de l’UPR correspondent mieux à la réalité du monde, et sont donc spontanément plus facilement acceptées par les Français vivant à l’étranger.

Un nombre significatif de Français expatriés sont les premiers à constater que la prétendue « construction européenne », non seulement  ne correspond à peu près à rien vu de l’étranger, mais qu’elle coupe la France de sa dimension universelle et qu’elle nous entraîne dans un désastre historique dans absolument tous les domaines. Lorsque l’on est Français habitant à Singapour, en Islande, à l’île Maurice ou au Costa Rica, on sait à quel point il est délirant d’affirmer que la France serait « trop petite » pour le XXIe siècle ! Vue de Séoul, Kuala Lumpur, Manille, Auckland, Pondichéry, Stockholm, Quito, Rabat, Khartoum, Oslo ou Lausanne, la France apparaît comme un colosse politique, économique, culturel, diplomatique et militaire, qu’une malédiction inouïe, confinant à la maladie mentale, pousse à se couper de ses amitiés mondiales et à se suicider, au nom d’un fantasme racialiste vieux de 165 ans, la chimère des États-Unis d’Europe. Dès lors, les analyses et les propositions de l’UPR sont accueillies spontanément avec beaucoup plus d’intérêt et beaucoup moins de réticence par les Français expatriés que ce n’est le cas auprès de la population générale.

CONCLUSION

En conclusion, et comme je le rappelle dans toutes mes conférences, il me semble utile de souligner une fois encore que la surreprésentation de Français expatriés parmi les adhérents de l’UPR – et aussi, maintenant, parmi ses électeurs -, prouve à quel point nos analyses sont lucides et conformes à la réalité du monde. Ayant été expatrié moi-même pendant un an et demi au Japon au sortir d’HEC, je crois savoir assez bien ce que pensent et ce que vivent les Français expatriés hors de France. Je suis infiniment reconnaissant à tous ceux qui se sont déjà mobilisés pour l’UPR et je les invite à faire connaître notre mouvement tout autour d’eux. Non seulement  auprès des autres Français expatriés dans leur pays de résidence, mais aussi auprès de leurs amis et de leur famille vivant en France. Après tout,  ce ne sera pas la première fois dans notre histoire nationale que la France sera sauvée par la mobilisation de Français vivant à l’étranger