Un nouvel article de Paul Craig Roberts sur les mensonges éhontés et la volonté de domination mondiale des dirigeants américains

Télécharger en PDF
Lecture : 5 min
Print Friendly, PDF & Email

1011066_10152315010422612_940705233_n

Paul Craig Roberts vient de publier un nouvel article cinglant pour dénoncer les mensonges éhontés et la volonté démente de domination mondiale des dirigeants américains.

Ce texte peut être lu dans sa traduction en français ici : http://www.voltairenet.org/article182584.html

Je conseille très vivement la lecture de cet impressionnante analyse à tous ceux qui croient malin d’attaquer l’UPR en nous taxant « d’anti-américanisme ».

Car ce texte, beaucoup plus virulent que ce qu’a jamais écrit l’UPR sur la clique au pouvoir à Washington, vient d’être publié par un homme qui fit partie, il y a une trentaine d’années, des principaux cercles du pouvoir américain.

Paul Craig Roberts n’est en effet pas n’importe quel Américain. Économiste de formation, diplômé des universités de Berkeley et d’Oxford, aujourd’hui âgé de 74 ans, il a été Secrétaire Adjoint au Trésor américain dans l’administration de Ronald Reagan, puis membre du Centre d’Études Stratégiques et Internationales à l’université Georgetown. Autant dire qu’il a fait partie de la classe dirigeante conservatrice des États-Unis pendant une partie de sa vie. Il a même été décoré de la Légion d’Honneur en France par Édouard Balladur, alors ministre de l’économie et des finances, en 1987.

Cependant, après avoir été ensuite rédacteur en chef adjoint et éditorialiste du Wall Street Journal, ainsi que chroniqueur pour Business Week et au “Scripps Howard News Service”, Paul Craig Roberts a progressivement pris ses distances d’avec “l’establishment” américain. Jusqu’à en arriver à une rupture désormais totale.

1779780_10152314904542612_1023199477_n

Cet article de Paul Craig Roberts n’est d’ailleurs pas isolé. Il s’inscrit dans la ligne des articles extrêmement précis et sévères qu’il publie sur son site Internet depuis plusieurs années, et sur lesquels j’ai déjà attiré l’attention de nos lecteurs. Cf. par exemple : http://www.upr.fr/actualite/monde/lamerique-discreditee-un-article-dune-rare-virulence-de-paul-craig-roberts-ancien-secretaire-adjoint-au-tresor-de-ronald-reagan

Son site peut être consulté ici (en américain) :  http://www.paulcraigroberts.org

Je signale aussi que ces articles vont dans le même sens que les analyses faites par un nombre croissant d’intellectuels et même d’anciens dirigeants américains, effarés de constater la dérive liberticide, belliciste et totalitaire des États-Unis d’Amérique.

Je citerai en guise d’exemple la sensationnelle déclaration faite le 17 juillet 2013 par l’ancien président américain Jimmy Carter en personne, selon lequel « la démocratie américaine ne fonctionne plus ». Une déclaration que les médias de grande diffusion en France ont évidemment cachée à nos compatriotes.

carter[source : http://dailycaller.com/2013/07/17/jimmy-carter-america-no-longer-has-a-functioning-democracy]

CONCLUSION : REJETONS L’ACCUSATION « D’ANTI-AMÉRICANISME » EN PRÉSENTANT LES ANALYSES FAITES PAR DES RESPONSABLES AMÉRICAINS EUX-MÊMES

Les médias de grande diffusion font croire aux peuples d’Europe – et en particulier au peuple français – que critiquer la volonté de domination mondiale des dirigeants américains serait faire preuve d’un dérèglement psychiatrique appelé « complotisme », et que s’y opposer témoignerait d’une « obsession anti-américaine ».

Cette manœuvre d’intimidation doit être rejetée explicitement et publiquement.

Comme l’a signalé d’emblée notre Charte fondatrice, l’UPR fait parfaitement la distinction entre le peuple américain et les dirigeants qui agissent en son nom (cf. note 2 de bas de page dans laquelle nous précisons que « le peuple américain, pour lequel nous éprouvons reconnaissance et amitié, est également victime de cette situation ». : http://www.upr.fr/charte-fondatrice ).

Ce n’est d’ailleurs pas seulement vrai pour les États-Unis, mais aussi pour tous les pays du monde, à commencer par le nôtre : qui ne fait pas la différence entre le peuple français et la clique européiste qui a pris le pouvoir en France depuis une trentaine d’années ?

Pour déjouer l’accusation intimidante « d’anti-américanisme » qui est faite à quiconque dénonce et s’oppose aux agissements des dirigeants de Washington, nous avons déjà publié un document auquel je renvoie les lecteurs : http://www.upr.fr/vos-questions-nos-reponses/upr-et-anti-americanisme-primaire

Mais, pour confondre définitivement ceux qui reprennent à leur compte la propagande ambiante en nous accusant simplement d’être « anti-américains », je ne saurais trop conseiller à tous nos adhérents et sympathisants de leur transmettre le lien du présent dossier. Il leur permettra de prouver que nous ne sommes pas « anti-américains » puisque nous donnons le plus grand écho possible à ce que pensent des Américains eux-mêmes – et non des moins informés.

François ASSELINEAU

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Aidez-nous ! Partagez :