Première rencontre inter-régionale (Sud-Est) à Avignon le 9 avril 2011

Télécharger en PDF
Lecture : 5 min
Print Friendly, PDF & Email

Rencontre et débats UPR à AvignonGrâce à la mobilisation de nos responsables du Gard et du Vaucluse, cette rencontre inter-régionale a réuni environ 25 adhérents et sympathisants à Avignon ce samedi 9 avril 2011. Marquée par un soleil très estival pour la saison, cette journée fut constructive à tous les niveaux.

Les participants sont venus de Montpellier (dont Vincent Lamic, notre secrétaire général), Valence, Lyon, Toulon, Marseille, et même Nice. Ces derniers ont eu le bon sens de louer ensemble un véhicule et de se partager les heures de conduite et les frais.

L’ambiance fut très conviviale, chacun liant spontanément des contacts, jusqu’au pique-nique très champêtre improvisé lors de la pause déjeuner, digne des « garden party » de l’Élysée… enfin presque !…

L’ordre du jour fut dense et la discussion stimulante, Bruno Rolland, l’animateur de la journée, eut peu de difficultés à lancer le débat qui reprit bien sûr les problématiques majeures, causes de nos maux : Union européenne, euro, OTAN, loi de 73, etc.

Au-delà de l’aspect purement politique, nous avons examiné la question de la formation en abordant les détails concrets en termes d’organisation et d’actions à entreprendre pour développer l’UPR :
– Comment se regrouper ?
– Quel vocabulaire employer ?
– Qui contacter ?
– Etc.

Le tout, en vue d’étendre le réseau et renforcer le maillage territorial pour notamment soutenir François Asselineau et présenter un candidat aux élections présidentielles de 2012.

De plus, tous furent enrichis par les anecdotes et les expériences exposées par chacun tout au long de la journée, soit en débat, soit en comités plus restreints lors des pauses côté jardin.

Un tour de table confirma les motivations les plus fréquentes amenant à l’UPR :

– Dégradation de plus en plus marquée de notre société et plus largement de l’Europe et du monde
– Manipulation de l’électorat
– Instrumentalisation politicienne des problèmes sociaux, économiques, des questions de sécurité, d’immigration, de religion, mais aussi du chômage
– Désinformation, mensonge d’Etat, corruption légalisée (lobbies, « think tank »)
– Prise de conscience et envie d’inverser la vapeur,
– Réveil des forces vives du pays
– Réappropriation des droits et des devoirs des citoyens
– Revenir à la vraie démocratie et retrouver la vraie liberté

Ce tour de table montra aussi que pour la majorité d’entre nous il s’agissait du premier engagement politique, ce qui confirme que l’UPR a le potentiel de rassembler, mais aussi et surtout, de séduire les Français de tous bords et de toutes origines, notamment ceux qui ne trouvent plus aujourd’hui de réponses à leurs questions et qui se réfugient dans l’abstention ou le déni.

Il est particulièrement important de noter que les jeunes générations sont majoritaires dans les rangs de L’UPR. La preuve que les forces vives du pays sont opérationnelles. La complémentarité des générations demeure le terreau de la victoire, s’il est besoin de le démontrer encore. Dans les moments les plus difficiles de notre histoire, les Français ont souvent démontré leur capacité à résister.

Les propositions d’actions qui ont été faites ont toutes obtenu un écho favorable et chacun à son niveau s’est proposé pour se charger d’entreprendre celles qui sont dans ses possibilités : rencontres en direct, utilisation des panneaux d’affichage d’opinions dans les mairies, visites aux entités possédant des réseaux (associations, syndicats, comités d’entreprise, par exemple), rencontres avec les gens subissant de plein fouet les désordres organisés par l’Union européenne, projections de conférences…

Les objectifs sont bien sûr de multiplier ces rencontres inter-régionales ou inter-départementales, afin d’informer les militants, de créer une synergie entre les adhérents et les sympathisants, et de les mobiliser, que ce soit au niveau local, départemental et régional.

Le dernier acte de cette journée fut la projection de la dernière conférence de François Asselineau « Faut-il avoir peur de sortir de l’euro ? », avec un visuel plus agréable qui, comme toujours, fut très intéressante.

Enfin, Vincent Lamic s’adressa à tous pour nous donner des informations quant au développement du mouvement, principalement dans les médias. Suivirent ensuite des saluts confraternels et la promesse de très vite se revoir.

CONCLUSION :
À l’issue de cette rencontre, nous pouvons dire que cette journée fut une réussite et ce pour plusieurs raisons.

D’une part, il faut saluer la qualité de l’ensemble des participants, la très grande participation de tous aux débats et une réelle volonté de vouloir faire aboutir le programme de l’UPR.

Les deux buts que s’étaient fixés les organisateurs sont largement atteints, à savoir une meilleure cohésion des adhérents et un approfondissement des analyses de François Asselineau.

Troisièmement, c’est avec très peu de moyens financiers que nous avons réussi à mettre en place cette rencontre.

Pour finir, nous souhaitons que ce type de rencontres s’intensifie et se développe dans le futur dans toutes les régions de France et nous sommes prêts à apporter notre contribution et notre expérience à tous les adhérents ou sympathisants intéressés.

Les organisateurs :
Bruno Rolland, Daniel Romani, Jacques Guyomar.

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Aidez-nous ! Partagez :