Quelques informations sur l’UPR en ce début octobre 2011

Télécharger en PDF
Lecture : 17 min

En ce début octobre 2011, l’UPR se porte de mieux en mieux.

Notre réseau de Délégués Départementaux s’étoffe progressivement et j’aurai le plaisir d’annoncer de nouvelles nominations dans les jours qui viennent.

UNE MOYENNE D’UNE ADHÉSION SUPPLÉMENTAIRE TOUTES LES 6 HEURES, 24 H /24

Le flux des adhésions continue quant à lui d’augmenter, par les 4 moyens qui sont offerts à la disposition de nos sympathisants :

1)- l’adhésion en ligne représente une majorité des adhésions

Environ 50 à 55% des nouveaux adhérents utilisent ce procédé simple et pratique : https://www.upr.fr/aider/adherer/adhesion-en-ligne

2)- l’adhésion par chèque et courrier postal

C’est le cas pour environ 30 à 38 % des adhésions : https://www.upr.fr/aider/adherer/adhesion-en-ligne et https://www.upr.fr/wp-content/uploads/2016/01/formulaire-dadhesion_2016.pdf

3)- l’adhésion en marge de mes conférences

Environ 10 à 15% des adhésions ont lieu dans ce cadre

4)- l’adhésion par virement bancaire est le moyen le moins utilisé

Seuls 2 à 3% de nos sympathisants utilisent ce procédé pour adhérer ou faire un don :

https://www.upr.fr/aider/adherer/adherez-par-virement-bancaire

Les dons sont également en augmentation, par chacun des 4 mêmes canaux.

Au total, nous enregistrons actuellement une moyenne de 4 adhésions par jour, ce qui représente une moyenne d’1 adhésion supplémentaire toutes les 6 heures, 24H/24. Ce rythme est en hausse sensible depuis quelques semaines, et en hausse très forte depuis quelques mois. Certains jours, nous enregistrons des pointes jusqu’à 6 ou 7 adhésions dans la journée.

Nous espérons raisonnablement atteindre la barre du premier millier d’adhérents avant la fin de cette année, et si possible la dépasser largement.

UN MOUVEMENT RÉELLEMENT RASSEMBLEUR

Le nombre croissant des adhésions et l’élargissement de notre notoriété ont tendance à faire évoluer un peu la composition de nos adhérents :

  • – la moyenne d’âge – qui était extrêmement basse (autour de 30 ans) – augmente un peu depuis plusieurs semaines : elle doit se situer autour de 32-33 ans. Sur la scène politique française, cela fait toujours de l’UPR l’un des mouvements politiques où le nombre de jeunes est le plus important.
  • – le pourcentage de femmes – qui était très faible – a tendance à augmenter.Cette évolution heureuse est un indice de ce que l’UPR apparaît de plus en plus comme un mouvement serein, très respectueux du droit, et éminemment soucieux d’assurer la paix civile et l’avenir de nos enfants.
  • – la variété des profils est toujours extrême. Cela nous confirme chaque jour un peu plus que l’UPR est bel et bien un rassemblement des Français de bonne volonté, quels que soient leurs diplômes, leur métiers, leurs origines sociales, leurs  convictions religieuses, leurs opinions politiques et leurs lieux de résidence.
  • – nous enregistrons toujours un petit flux d’adhésions de Français expatriés. C’est ainsi que, parmi nos adhérents des 10 derniers jours, figurent des compatriotes vivant à Antananarivo (Madagascar), à Rio de Janeiro (Brésil) et à Bâle (Suisse).

UN MILLIER D’ADHÉRENTS EN VUE, EST-CE RIDICULE ?

Ce premier millier d’adhérents en vue peut faire sourire de commisération ceux qui ne connaissent pas l’envers du décor de la politique. C’est pourtant un résultat très encourageant, compte tenu du verrouillage médiatique qui nous est opposé d’une part, et du refus d’une écrasante majorité de Français de s’engager en politique d’autre part.

Je précise que, conformément à l’éthique qui m’anime, je ne donne que des données VRAIES. Je sais bien que les autres partis politiques annoncent des nombres d’adhérents mirobolants, mais nous préférons quant à nous dire la vérité.

Ainsi M. de Villepin annonce 25.000 adhérents dans son parti République Solidaire ? Mais je suis convaincu qu’il en a moins que nous. Du reste, nous ne rencontrons quasiment jamais le moindre adhérent de RS, ni sur le terrain, ni lors de mes conférences.

Les chiffres avancés par les autres partis sont presque tous aussi frelatés :

– le PCD de Mme Boutin ne compte pas 9.500 adhérents comme elle l’affirme mais sans doute moins de 300.

– M. Dupont-Aignan et DLR annoncent 12.500 adhérents mais il est raisonnable de diviser ce nombre par 5 ou 6 pour s’approcher de la vérité. Je suis certain que l’UPR, qui est d’ailleurs composée de militants statistiquement plus jeunes, aura bientôt dépassé le nombre VRAI des adhérents de DLR.

– le NPA de M. Besancenot est en-dessous de 1.800 adhérents VRAIS et est en pleine débandade.

– le PCF ne compterait plus que 3.500 adhérents VRAIS et est en déclin constant.

– selon nos informations, le Front de Gauche de M. Mélenchon compterait un peu plus de 7.000 adhérents VRAIS. C’est certes nettement supérieur à nous. Mais cela reste étonnamment modeste pour un responsable politique qui a droit à une couverture médiatique nationale infiniment supérieure à la nôtre, laquelle est égale à zéro.

– quant au FN, il a eu l’honnêteté de reconnaître que le nombre de ses adhérents à jour de leur cotisation au Congrès de Tours du 16 janvier 2011 était de 22.403 [source : http://www.nationspresse.info/?p=121426]. Là aussi, c’est évidemment très supérieur à l’UPR. Mais, outre que cela reste très inférieur aux périodes fastes du FN des années 1990 où il avait compté jusqu’à 60.000 adhérents, c’est somme toute bien modeste pour un parti politique qui a droit à une couverture médiatique nationale colossale depuis 28 ans, dont le président sortant a été candidat 4 fois à l’élection présidentielle, et qui est parvenu au second tour en 2002.

LES RAISONS CONJONCTURELLES DE NOTRE PROGRESSION

Pour mesurer le chemin que nous avons parcouru depuis la fondation de l’UPR il y a 4 ans et demi, il faut en effet rappeler que je n’ai JAMAIS été invité une seule fois par une télévision, ni par une radio nationale des Grandes Ondes, ni interviewé par un grand journal ou un magazine national.

Toutes les personnalités politiques que je connaissais m’avaient d’ailleurs invité à renoncer à mon projet et m’avaient solennellement mis en garde sur le fait que je n’arriverais à « rien du tout » car je n’aurais jamais ni argent ni média.

De fait, et dans les 18 premiers mois de sa création, l’UPR n’a enregistré que des scores désespérants : une moyenne d’une adhésion par semaine…

Les choses ont commencé à changer avec la mise en ligne de mes premières conférences, puis avec la crise financière dite des « subprimes » de l’automne 2008.

Nous avons franchi un nouveau pas avec la mise en ligne de notre page Facebook voici un an et demi seulement, qui a considérablement développé notre notoriété.

Le nombre de nos inscrits (2660 en ce 9 octobre) est non seulement très satisfaisant compte tenu de notre inexistence médiatique sur les grands médias nationaux, mais il l’est d’autant plus qu’il cache une réalité bien plus encourageante encore : le nombre de consultations de notre page est fréquemment supérieur à 5 à 6.000 par jour. Ce qui prouve que le nombre de nos sympathisants, qui préfèrent rester dans l’ombre, est de plus en plus considérable.

Cette évolution très positive résulte aussi de la notoriété de notre site www.upr.fr. qui est lui aussi en forte augmentation, et cela :

  • – grâce à mes passages médias plus fréquents (même s’ils sont limités à des médias locaux),
  • – grâce aux très bonnes retombées de mes articles publiés sur Agoravox et aussi sur Le Post,
  • – grâce à l’effort cumulé de tous nos adhérents et sympathisants, qui ne cessent de nous faire connaître autour d’eux, avec une ténacité remarquable. Qu’ils en soient ici très sincèrement remerciés et encouragés à poursuivre.

LES RAISONS STRUCTURELLES DE NOTRE PROGRESSION

Notre percée est certes encore modeste, vue du niveau national. Mais la croissance de notre audience constitue un phénomène imprévu, inexplicable et irritant aux yeux des tenants du Système car elle leur fait réaliser que le double verrouillage « médias + financement » ne fonctionne plus aussi bien que prévu. Non seulement il n’a pas suffi à nous tuer dans l’œuf, mais il ne parvient pas non plus à entraver notre essor.

Ce phénomène est pourtant tout à fait explicable et notre recette pour combattre le double verrouillage est simple. Il tient dans deux principes essentiels :

 

a) à l’UPR, nous disons et nous écrivons – tous – les mêmes analyses et les mêmes propositions, partout, à tous, tout le temps et depuis toujours.

Cette cohérence et cette constance parfaites depuis la création même de l’UPR a fini par se remarquer. Elle tranche de façon flagrante avec l’inconstance, les contradictions et les retournements de veste de tous les autres partis politiques, à commencer par les « souverainistes » de droite et de gauche dont les ambiguïtés programmatiques, la roublardise politicienne et la veulerie sont les caractéristiques premières.

b) comme nos analyses et nos propositions vont toujours au fond des choses, elles permettent à nos concitoyens de comprendre ENFIN ce qui se passe et de prévoir ce qui arrive.

Elles sont fondées sur la vérité, la lucidité, l’honnêteté, la sincérité et le courage.

Elles refusent les ambiguïtés savantes, les non-dits, les entourloupes.

L’UPR est ainsi LE SEUL mouvement politique à expliquer aux Français :

  • 2)- pourquoi ils l’ont inventée : pour vassaliser le continent européen en un glacis géopolitique soumis à leurs intérêts nationaux et à ceux d’une infime oligarchie financière.
  • 3)- pourquoi l’Europe ne pourra jamais fonctionner comme une entité indépendante et ne sera toujours qu’une colonie américaine : parce qu’elle est l’application du « stratagème des chaînes », 35ème des 36 stratagèmes chinois classiques. Il s’agit d’un système autobloquant et la très grande majorité de nos partenaires s’alignera toujours sur Washington (pour des raisons historiques, affectives, économiques, commerciales, militaires, géopolitiques, qui vont au rebours de nos propres intérêts nationaux).
  • 4)- pourquoi tous les projets « d’Autre Europe » sont forcément des leurres qui n’ont pour effet que d’égarer sciemment les Français dans des chimères inoffensives : parce que l’Europe actuelle est le résultat fatal de 27 (bientôt 28) intérêts nationaux opposés et que toute modification significative des équilibres actuels suscite aussitôt des blocages insurmontables.
  • 5)- pourquoi l’Europe devient nécessairement de plus en plus tyrannique : parce qu’il ne peut pas y avoir de « démocratie européenne » puisqu’il n’y a pas de peuple (« demos ») européen.
  • 6)- pourquoi l’Europe repose sur une vision racialiste du monde : parce qu’elle repose – au bout du compte – moins sur un périmètre géographique (d’ailleurs absurde) que sur une vision du« monde multipolaire » d’origine anglo-saxonne qui classe les peuples selon la religion et la couleur de la peau dominantes. Il suffit de voir à quelle fréquence les européistes invoquent l’argument du péril jaune (« Comment faire face à la Chine ? ») ou du péril musulman (le « terrorisme djihadiste ») pour découvrir que la raison ultime qu’ils invoquent face à leurs contradicteurs est toujours de nature raciste et peureuse.
  • 7)- pourquoi l’Europe nous conduit à la guerre et à la soumission à l’OTAN. : précisément parce que la construction européenne privilégie, sous couvert de géographie, le critère religieux et racial. Les partisans de la construction européenne proclament que c’est ce clivage qui doit primer sur tout autre chose, alors qu’il y a d’autres regroupements possibles et bien plus pertinents (la communauté linguistique, le partage de la même histoire, les affinités culturelles, les échanges commerciaux, etc.). La construction européenne s’inscrit donc bien dans la théorie du Choc des Civilisations, et est inséparable d’une vision militaire, qui est celle de l’OTAN, dont la prééminence est confirmée par l’article 42 du Traité sur l’Union Européenne (TUE).
  • 8)- pourquoi il est impossible de sortir juridiquement de l’euro sans sortir de l’UE : parce qu’il n’y a pas de clause de sortie de l’euro dans aucun traité.
  • 9)- pourquoi il est impératif de se rassembler provisoirement pour sortir prioritairement de l’Union européenne : je renvoie ici à ma conférence sur les 10 raisons de sortir de l’UE, qui expose point par point les articles des traités européens qui empêchent de mener quelque changement politique que ce soit.
  • 10)- comment l’on peut sortir sereinement et juridiquement de l’Union européenne : par l’article 50 du T.U.E.

Si nos lecteurs y réfléchissent un instant, ils se rendront compte que ces 10 points distinguent en effet de façon décisive l’UPR de TOUS les autres partis politiques français. Du FN et DLR au FG et au NPA, en passant par tout le spectre politique, ils éludent tous ces 10 points.

Mais ce n’est pas parce que tous les autres partis politiques mentent sur ces 10 points qu’ils sont forcément crus et ce n’est pas parce qu’ils cachent l’essentiel aux électeurs que ceux-ci ne subodorent rien. Au contraire. La très grande majorité des personnes qui découvrent nos analyses « sentent »spontanément qu’elles sont à la fois sincères et exactes car elles seules leur permettent de comprendre, enfin et sans zone d’ombres, tout ce qu’elles ne comprenaient pas auparavant. Comme le dit le proverbe chinois : « Nul n’est besoin d’élever la voix quand on a raison ».

L’UPR COMMENCE À GAGNER LA BATAILLE DES IDÉES

C’est donc précisément parce que nos analyses et nos propositions sont sincères et vraies que nous attirons secrètement de plus en plus d’internautes sur notre site Internet. Les données informatiques ne nous permettent pas de savoir individuellement qui se connecte à notre site et nous ne le cherchons d’ailleurs pas, car nous respectons l’anonymat de chacun qui le souhaite.

Cependant, nous avons une liste non exhaustive des origines des connexions par grandes entités et nous avons noté quelques surprises de taille. Loin de n’être consulté que par des dizaines et des dizaines de milliers d’internautes isolés chez eux, notre site www.upr.fr (avec toutes mes conférences) est également consulté par de nombreux organismes, institutions ou entreprises. Au cours des 6 derniers mois écoulés, parmi des dizaines de milliers de connexions que nous pouvons pas retracer car elles sont anonymes, nous avons ainsi pu déterminer que notre site a par exemple été consulté par :

– Journal le Monde : 8 fois

– Groupe l’Express- L’Expansion : 9 fois

– Radio Monte Carlo : 3 fois

– Radio France : 7 fois

– Journal Le  Figaro : 3 fois

– Ministère du travail : 74 fois

– Ministère des Affaires étrangères : 50 fois

– Ministère de la sante et des affaires sociales : 42 fois

– Ministère de l’intérieur : 35 fois

– Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche : 7 fois

– Ministère de l’économie des finances et de l’emploi : 833 fois !!

– Mairie de Paris : 69 fois

– Bibliothèque Nationale de France : 24 fois

– Fondation nationale des sciences politiques : 21 fois

– Canal plus : 4 fois

– Total SA (Pétrole) : 9 fois

– BP (Pétrole) : 37 fois

– Thalès (Armement) : 26 fois

– Banque de France : 9 fois

– Caisse des Dépôts : 11 fois

– BNP Paribas (banque) : 92 fois !

– Société générale (banque) : 15 fois

– CCF (banque) : 118 fois !

– Crédit Agricole (banque) : 23 fois

– Crédit du nord (banque) : 3 fois

– Crédit coopératif (banque) : 4 fois

– Compagnie financière Edmond de Rothschild (banque) : 3 fois

– Société de Conseil en Stratégie : 70 fois !

– SANOFI (Laboratoires) : 10 fois

– Samu Social : 5 fois

– Saint Gobain : 7 fois

– SNCF : 57 fois

– RATP : 10 fois

– EDF : 18 fois

– GDF : 8 fois

– Groupama (Assurances) : 9 fois

– AGF (Assurances) : 5 fois

– AXA (Assurances) : 28 fois

– Assistance Publique Hôpitaux de Paris : 35 fois

– Ecole Polytechnique : 2 fois

– Ecole normale supérieure : 33 fois

– Ecole nationale supérieure des télécommunications : 14 fois

– Ecole nationale des ponts et chaussées : 2 fois

– Ecole des mines de paris : 8 fois

– Ecole de guerre économique : 2 fois

– Ecole des Arts et Métiers : 5 fois

etc.

etc.

etc.

– le plus intéressant étant : Présidence de la République : 5 fois !!

Si tant de personnes se connectent sur notre site, dans les allées du pouvoir, dans le monde des ministères, de la banque, des médias, des grandes entreprises, des grandes écoles et des universités, des cabinets de conseil, etc., c’est bien que nos analyses ne cessent d’élargir leur audience et d’intéresser ceux qui les découvrent.

CONCLUSION

À une époque où 60% des Français refusent d’aller voter pour tous les partis politiques connus (du FN au NPA), l’UPR est en train de s’imposer comme un phénomène entièrement nouveau : nous sommes le premier mouvement politique français qui sera entièrement né grâce à Internet et contre la volonté du Système et de ses médias asservis.

À une époque où tout le monde hausse les épaules devant l’indigence, l’incohérence, la sottise ou l’incompétence de tous les responsables politiques connus, le fait que nos analyses soient lues et décortiquées secrètement par des banquiers, des universitaires, des hauts fonctionnaires, des journalistes et des stratèges d’entreprises, prouve que l’UPR a commencé à gagner la bataille des idées.

En bref, et même si les barrières que l’on nous oppose sont encore très solides, l’UPR entame cette rentrée 2011 sous les auspices les plus prometteurs. Ces résultats vont me permettre de vous présenter dans quelques jours la suite de notre plan de bataille pour 2012.

Plus que jamais, j’invite tous ceux qui nous apprécient et qui nous soutiennent à se décider à franchir le pas en adhérant. Car lorsque l’UPR, qui a déjà les idées, pourra aussi compter sur plusieurs milliers de militants honnêtes et déterminés, notre ascension deviendra irrésistible et plus aucune barrière ne tiendra contre nous.

 

François Asselineau

Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Aidez-nous ! Partagez :