L’INVITÉ SURPRISE DE L’UNIVERSITÉ DE L’UPR : M.Nathan SMITH, n°2 du Parti pour l’indépendance du Texas

Télécharger en PDF
Lecture : 2 min
Print Friendly, PDF & Email

screen-shot-10-15-16-at-04-27-am
Nathan Smith est le n°2 du Parti pour l’indépendance du Texas. Plus exactement, il est le « Directeur Exécutif » du “Texas Nationalist Movement” (TNM), dont le président est Daniel Miller.

Jeune musicien de 36 ans, Nathan Smith nous fait le plaisir de venir pour la toute première fois en France, et cela à l’invitation de l’UPR, pour exposer l’objectif du TNM : obtenir un « TEXIT » (sortie du Texas des États-Unis), au moyen d’un référendum pour l’indépendance du Texas.

Le Texas compte 27 millions d’habitants, soit 40% de la population française et fait 695 000 km² (donc plus grand que la France). C’est un État qui a une véritable histoire nationale et les partisans du Texit soulignent notamment que la France a reconnu l’indépendance du Texas en 1838, sous Louis-Philippe Ier.

Loin d’être un mouvement marginal, le TNM a déjà obtenu que plus de 300 000 Texans manifestent leur volonté de ne plus faire partie de l’État fédéral américain.

Le Texas Nationalist Movement est un parti parfaitement légaliste, qui refuse tout extrémisme et tout racisme, et qui se propose de rendre la démocratie au peuple texan.

Comme l’a dit récemment Daniel Miller, président du TNM :
« Remplacez “Royaume-Uni” par Texas. Remplacez “Union européenne” par “États-Unis”. Remplacez “Bruxelles” par “Washington DC”. C’est exactement la même chose. »

Le TNM dénonce par ailleurs l’hégémonie et le militarisme américains à travers le monde et propose qu’un Texas indépendant devienne un pays neutre et prospère, à l’exemple de la Suisse.

Le récent « Brexit », qui a ouvert de nouvelles perspectives au niveau européen, se fait sentir aussi au niveau des États-Unis.  Il favorise l’ascension rapide du parti pour l’indépendance du Texas, comme le développement d’autres partis indépendantistes à travers les États-Unis, comme les partis pour l’indépendance de l’Alaska, de la Californie, d’Hawaii ou de Porto Rico

L’UPR, qui rappelle que le gouvernement de Washington passe le plus clair de sa diplomatie à faire de l’ingérence dans les affaires intérieures des autres États et à tenter de démembrer les États-nations à travers le monde, est heureuse d’accueillir le parti pour l’indépendance du Texas et de lui donner la parole en France.

François Asselineau
15 octobre 2016

Aidez-nous ! Partagez :