Joignez l'utile à l'agréable, offrez-vous les objets de la boutique UPR !
Visitez la Boutique UPR
Le compte à rebours du Brexit
jours
3
4
0
heures
1
8
minutes
2
2
secondes
5
9
Temps restant officiellement avant la sortie du Royaume-Uni de l'UE
L’UPR est le seul mouvement politique en France qui publie en temps réel
le nombre de ses adhérents

Les responsables de l’UPR

Madame Anne LIMOGE

Responsable nationale pour l'Éducation

Lui écrire

Née à Paris en 1976 et parisienne toujours, je suis mère d'un petit garçon de quatre ans. Mes parents étaient l'un chercheur et l'autre enseignante, mes ancêtres vignerons ou agriculteurs aux quatre coins de la France, Touraine, Alsace, Normandie, Bretagne.

L'ascenseur social que notre pays a connu à l'oeuvre durant le plus gros du vingtième siècle, a donné toutes ses chances à ma famille, et l'instruction publique, puis l'éducation nationale, y a tenu tout son rôle, si grand. Sans doute ai-je puisé là, et mes parents avant moi, l'attachement qui est le mien aux valeurs que la République a progressivement mises en place et magnifiées : justice sociale, accès de tous à la culture, élitisme républicain.

C'est donc tout naturellement qu'après une maîtrise de Physique à l'université, je me suis dirigée vers l'enseignement, attirée par ce qui me semblait le plus beau métier du monde : former des citoyens de plein exercice, capables de participer activement à la vie de leur pays, tout en accédant à la vie personnelle enrichissante qu'offre toujours à chaque être humain le développement harmonieux de ses capacités.

De ma propre scolarité, de mes lectures d'Alain comme de mes souvenirs scolaires sur Jules Ferry, j'avais retenu quelques idées fortes sur ce qui devait être mon rôle futur et les moyens de l'assumer :

"L'enfant a cette ambition d'être un homme; il ne faut point le tromper, encore moins lui donner à choisir dans ce qu'il ignore" (Alain, Propos sur l'éducation)

On mesure combien ce principe est laissé de côté aujourd'hui, pourquoi il est devenu si difficile d'apprendre à un élève à apprécier le résultat toujours obtenu après les efforts nécessaires, comme à savourer la beauté d'une notion qui semblait souvent rébarbative au premier abord.

L'heure est à la simplification, pire à l'amusement comme moteur d'intérêt et d'apprentissage, quand Alain le souhaitait rude, amer même, pour que la victoire soit plus belle. Trompé, l'élève, lorsque viendra le bilan, devant les attentes déçues, les espoirs bafoués, se retournera contre ceux là seuls dont il peut imaginer la culpabilité, ses maîtres.

Ma réflexion s'est forgée en quelques étapes clefs, découverte de la réalité actuelle du métier, fraîche émoulue des concours, plus tard, en 2003, la sortie du texte "Réflexion sur la fonction publique" qui fit débat dans mon établissement, puis celle du protocole de Lisbonne qui dès mars 2000, assignait à l'Union Européenne l'objectif de faire dès 2010 "l'économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique", inversion que l'on ne peut imaginer plus absolue des principes français d'instruction publique, progressivement dégagés en un siècle. Je voyais ces réformes toujours plus fréquentes, aux résultats jamais évalués, qui semblaient n'avoir comme logique, effectivement, que de vider de tout contenu les enseignements, malgré les protestations de nombre d'intéressés, parents et professeurs en tête.

C'est cela qui m'a poussée à réfléchir plus avant au rôle de la construction européenne, dans laquelle tout me déroutait de prime abord, me repoussait même, et dont je ne voyais aucun intérêt clair et incontestable. J'ai alors trouvé l'UPR, j'en ai poussé la porte, et y ai trouvé les clefs qui me manquaient pour comprendre les raisons de l'irraisonnable. Forte aujourd'hui de ces éléments de lucidité, et de ma passion pour mon métier, je m'y suis engagée comme moteur d'un groupe de travail sur ce sujet essentiel : comment penser pouvoir tenir ferme la barre d'un pays libre sans que ses citoyens partagent une solide instruction permettant d'apporter ouverture d'esprit et culture ?

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Back to Top

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :