Communiqué de presse de l’UPR – En 7 semaines, l’UPR a récolté 500 000 euros pour financer ses campagnes présidentielle et législatives.

Download PDF
Lecture : 2 min

Le Président de l’Union populaire républicaine François Asselineau a lancé le 12 décembre dernier une grande collecte afin de financer les campagnes présidentielle et législatives à venir.

En l’espace de 50 jours, 3827 citoyens français se sont mobilisés en donnant et en adhérant à l’UPR.  Notre récolte a désormais franchi la barre des 500 000 euros.

 Cette somme récoltée représente près de 28 % du budget minimal de 1,8 million d’euros que l’UPR s’est fixée pour mener à bien les campagnes présidentielle et législatives de 2017.

Il s’agit donc d’un succès qui doit encore s’amplifier.

Nous insistons sur le fait que ce budget demeure modeste  et économe au regard des autres partis, le plafond légal pour la seule campagne présidentielle étant de 23 millions d’euros.

Les autres partis ont toutefois des postes de dépenses que nous n’avons pas. N’ayant pas ou peu de militants, ils doivent avoir recours à des sociétés spécialisées dans le collage d’affiches, tandis que pour notre part, nos militants dévoués et bénévoles collent partout en France.

Nous rappelons également que la plupart des autres candidats et tous les autres partis politiques français se font financer par des banques, françaises ou étrangères.

Pire encore, l’histoire récente nous a montré que certains d’entre eux n’hésitent pas à se faire financer de façon totalement illégale, quitte à pulvériser le plafond maximal de dépenses autorisé, sans qu’ils en soient réellement inquiétés.

Nous avons fait le choix de ne dépendre financièrement QUE de la générosité et de l’engagement militant de nos adhérents et sympathisants.

Nous avons par conséquent 0 € de dettes et nous payons en conséquence 0 € de frais d’intérêts financiers.

Cette détermination à ne dépendre financièrement ni des banques françaises, ni des banques étrangères, ni de quelque puissance publique ou privée française ou étrangère, nous permet d’affirmer haut et fort que notre seul patron, c’est le peuple français.