Brexit : mais où est passée l’apocalypse annoncée ?

Télécharger en PDF
Lecture : 4 min
Print Friendly, PDF & Email

Mais où est passée l’apocalypse annoncée ?!? Moins d’une semaine après le référendum du 23 juin les bourses mondiales ont déjà effacé le choc du Brexit.

Rappelons-nous : il y a encore quelques jours, tous les européistes auto-proclamés « experts » – de George Soros à Jacques Attali en passant par Christine Lagarde et Emmanuel Macron…- terrorisaient les populations, au Royaume-Uni comme en France et dans le reste du monde occidental, en promettant rien moins que l’Apocalypse en cas de vote du Brexit.

On allait voir ce que l’on allait voir : les cours de bourse mondiaux allaient s’effondrer dans une crise supérieure à celle de 1929, la livre sterling allait être anéantie, etc.

En réalité, et comme je l’avais annoncé, les turbulences sur les marchés financiers mondiaux auront duré moins d’une semaine. Le jour même où David Cameron a officiellement confirmé devant les 27 autres chefs d’État et de gouvernement que le Royaume-Uni allait sortir de l’UE, tous les marchés sont orientés à la hausse.

graph-brexit-upr

À la Bourse de Londres, l’indice FTSE, qui avait clôturé à 5923 points le 14 juin, a atteint 6140 points ce 29 juin à 13h00.

À la Bourse de Paris, l’indice CAC, qui avait clôturé à 4130 points le 14 juin, atteint 4189 points ce 29 juin à 13h00.

La livre sterling, quant à elle, n’a pas retrouvé son cours vis-à-vis du dollar : après avoir chuté jusqu’à 1,31646 dollar lundi 27, elle remonte et cote 1,3494 dollar à 13h30 ce 29 juin.

Comme elle avait fait l’objet d’achats spéculatifs, la livre cotait 1,49 dollar juste avant le référendum. La baisse actuelle est donc de -9,4% par rapport au dollar par rapport au 22 juin.

Cependant, la livre sterling cotait 1,38628 dollar le 28 février dernier : le cours actuel n’est donc en baisse que de -2,6% par rapport à la fin février.

Ainsi donc, même s’agissant du cours de la livre sterling, on est bien loin de l’Apocalypse annoncée ! Mieux encore, cette légère dépréciation de la livre sterling – si elle se maintient au-delà de quelques jours – devrait avoir des effets positifs sur l’économie britannique, en freinant les importations et en dopant les exportations…

Commentaires : un « remake » du scénario suédois

Ce qui se déroule sous nos yeux est un scénario très comparable, décidément, à ce qui s’était passé en Suède au lendemain du référendum du 14 septembre 2003 sur l’adoption de l’euro.

Rappelons-nous :

– la porte-parole du Oui – Anna Lindh – avait été assassinée 3 jours avant le scrutin, et tous les grands médias, sondage américain Gallup à l’appui, avaient annoncé que les Suédois allaient renverser leur vote in extremis.

– tous les « experts » européistes autoproclamés avaient assuré au peuple suédois que si jamais il commettait la folie « populiste » de refuser l’adoption de l’euro, la sort de la Suède serait scellé : la couronne suédoise s’effondrerait, la bourse de Stockholm s’écroulerait et toutes les entreprises quitteraient le pays, révulsées par tant d’horreurs.

Les Suédois avaient néanmoins voté à 57% contre l’adoption de l’euro. Or, les jours, les mois et les années qui avaient suivi avaient apporté le plus cinglant démenti à toutes ces histoires de Barbe-Bleue. Je renvoie ici à ma conférence  » Faut-il avoir peur de sortir de l’euro ? « .

Conclusion : Ne plus jamais croire à la terreur et à l’intimidation des euro-dictateurs

Ce qui se passe sous nos yeux prouve – une nouvelle fois – que les « experts » européistes autoproclamés qui monopolisent les grands médias sont en réalité des désinformateurs au service de l’oligarchie euro-atlantiste.

Tant que les Français accorderont encore le moindre crédit à des Attali, Macron, Juppé, BHL, Lagarde, Minc, Delors, Greenspan, Sarkozy, Bayrou, sans cesse promus par les propriétaires de nos grands médias, la France continuera à sombrer dans le désastre.

Libérer la France, c’est d’abord raisonner par soi-même, comparer TOUJOURS les prédictions aux résultats, et ne plus JAMAIS croire à la terreur et à l’intimidation des euro-dictateurs.

C’est ce qu’a fait le grand peuple britannique. C’est cette révolution mentale que le grand peuple français doit faire à son tour.

Aidez-nous ! Partagez :