Choisie par François Hollande comme modèle du nouveau timbre de Marianne, la fondatrice des « Femen » se félicite qu’il va maintenant falloir lui « lécher le c… pour poster une lettre »

Télécharger en PDF
Lecture : 4 min
Print Friendly, PDF & Email

Le choix qu’a fait François Hollande pour le nouveau timbre français courant représentant Marianne, est en train de tourner au scandale.

D’une part, on a appris que c’était principalement Inna Shevchenko, la cheftaine des « FEMEN », qui avait servi de modèle à ce timbre.

Je rappelle que les « FEMEN » sont un groupuscule ne regroupant pas plus d’une dizaine de jeunes femmes originaires d’Ukraine mais qui bénéficie néanmoins d’une ultra-médiatisation dans tous les médias occidentaux et de financements mystérieux. Ce groupuscule s’est spécialisé dans les opérations « seins nus » afin de choquer et de blesser le plus possible les convictions religieuses des catholiques et des musulmans.

D’autre part, on vient d’apprendre que, ravie d’avoir ainsi été choisie comme modèle du nouveau timbre par le président de la République en personne, Inna Shevchenko s’est fendue d’un message Twitter particulièrement offensant : « Femen est sur les timbres français. Maintenant, tous les homophobes, les extrémistes et les fascistes vont devoir me lécher le cul quand ils voudront envoyer une lettre. »

inna-shevchenko-timbre-uprNotons que tous ceux qui ne se reconnaissant pas dans ces catégories seront néanmoins obligés d’en faire autant, sauf à ce que le timbre soit autocollant, auquel cas ils s’épargneront la salive.

Commentaires

En choisissant ce modèle de timbre vicieusement polémique, et en le présentant en grandes pompes à la presse dans les salons dorés de l’Élysée, le président de la République vient une nouvelle fois de se rendre gravement indigne de sa fonction.

En effet, le rôle du chef de l’État n’est pas d’attiser les polémiques ni de semer la discorde entre les Français, mais au contraire de les rassembler dans une œuvre et un destin communs.

Alors que la situation économique et sociale s’enfonce dans le désastre et que le peuple français souffre de voir son pays de plus en plus défiguré et sali par des dirigeants à la solde d’une oligarchie euro-atlantiste, François Hollande fait le choix délibéré de jeter de l’huile sur le feu, en retenant un timbre d’usage courant qui offusque sciemment les convictions intimes d’une large partie des Français.

C’est soi de la perversité – dans le but de dévier l’attention du public plutôt que de parler de PRISM ou du Grand Marché Transatlantique -, soit de l’inconscience – dans le but d’affirmer son égo envers et contre tout.

On me permettra au passage de faire référence à ma conférence sur « La tromperie universelle comme mode de gouvernement », dans laquelle j’avais attiré, voici plusieurs mois, l’attention de mes auditoires sur le rôle éminemment politique du choix de ces timbres.

(à partir de 11’18 »)

Mes analyses sont une nouvelle fois pleinement confirmées. À cette différence près que, là où ses prédécesseurs Giscard, Chirac et Sarkozy avaient fait en sorte que la Marianne devienne de moins en moins française et de plus en plus européiste, Hollande a fait quant à lui le choix de la présenter sous un jour obscène et polémique.

Dans tous les cas, l’objectif reste le même : tourner en dérision les symboles de la République française et faire douter les Français de la France.

Tôt ou tard, ces insultes continuelles à la dignité et à l’histoire de tout un peuple finiront par se payer.

François ASSELINEAU

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Aidez-nous ! Partagez :