La « Manche Libre » consacre un bel article, avec appel en « Une », à David Guillaume, militant UPR, démarcheur non-voyant de parrainages pour François Asselineau.

Télécharger en PDF
Lecture : 6 min

manche-libre-0

Résidant à Saint-Lô, préfecture du département de la Manche, David Guillaume souffre depuis sa naissance d’une maladie génétique de dégénérescence maculaire progressive : né mal-voyant, il a complètement perdu la vue au début de l’âge adulte.  Il a aujourd’hui 48 ans.

Malgré ce handicap, David n’est pas un homme à baisser les bras. Doté d’une énergie peu commune et d’un optimisme communicatif, champion de judo, David est devenu un praticien de l’étiopathie (médecine non conventionnelle proche de l’ostéopathie), et est à la tête d’une association militant en faveur d’une meilleure accessibilité des lieux publics pour les handicapés.

C’est lors de la campagne des élections régionales de 2015 que David et sa femme Lucie ont fait connaissance de notre mouvement politique. David regarde les conférences et les entretiens sur son ordinateur grâce à la synthèse vocale intégrée VoiceOver – particulièrement utile pour les non-voyants – et il les consulte aussi dans l’application podcast sur son téléphone.

Après avoir vu un grand nombre de nos conférences et de nos articles, et après avoir étudié notre programme, David et Lucie ont décidé d’ adhérer à l’UPR. C’était le 2 décembre 2015, quelques jours avant le 1er tour des élections régionales.

Depuis lors, ils sont devenus d’ardents militants de l’UPR et ils font tout pour faire connaître notre mouvement tout autour d’eux.

 

Démarcheur de parrainages non-voyant ? Et alors ?

Lorsque nous avons lancé un appel à nos militants pour aller démarcher des maires afin d’obtenir les promesses de parrainage nécessaires pour que je puisse être candidat à l’élection présidentielle de 2017, David a aussitôt répondu présent.

Après avoir suivi notre formation au démarchage, David – qui ne peut pas conduire – a décidé de parcourir à pied la campagne du sud-est du département de la Manche, avec son chien-guide, pour aller rencontrer les maires.

À ce jour, il a passé des dizaines d’appels téléphoniques pour des prises de rendez-vous – souvent infructueuses, mais pas toujours – et il a parcouru plus de 400 kilomètres à pied pour aller voir le premier magistrat de chaque petit village qui a donné son accord pour le recevoir. Lorsque la commune est trop éloignée de Saint-Lô, sa femme le conduit en voiture jusqu’à la mairie en question, mais ce n’est pas le cas le plus fréquent.

 

manche-libre-1

 

Ayant appris avec stupéfaction cette démarche militante qui force l’admiration, un journaliste de La Manche Libre a  tenu à lui consacrer un article dans l’édition de ce samedi 24 septembre 2016.

Avec un appel en « Une » du journal (ci-dessus) et un bel article en page intérieure, avec une photo de David et de son chien fidèle.

 

manche-libre-2

Ce que l’article ne dit pas, c’est que David, malgré son handicap, n’est pas spécialement mieux traité, par les maires qu’il rencontre, que ne le sont nos autres démarcheurs. Ce qui, au fond, n’est pas fait pour lui déplaire, car il déteste se plaindre et ne demande pas de faveur : il demande simplement à être traité comme un citoyen français comme tous les autres. Ce qui, d’ailleurs, est le cas.

Ce que l’article ne dit pas non plus, – et que je révèle à tous nos lecteurs -, c’est que les 400 km à pied parcourus par David ne l’ont pas été en vain : il a obtenu à ce jour, à lui seul, 4 parrainages de maires en ma faveur dans la Manche et 1 parrainage dans le Calvados.

C’est une nouvelle illustration de ce beau proverbe chinois qui enseigne que « le Ciel ne se montre jamais ingrat avec celui qui se donne du mal ».

 

Conclusion : les deux façons de faire de la politique

Nous sommes particulièrement heureux et fiers de compter David Guillaume, et sa femme Lucie, parmi nos adhérents et nos militants actifs.

En ces temps où une large majorité de Français se détournent, avec une colère grandissante, des grands partis politiques où sévissent la loi de l’argent, le copinage, les mensonges, le cynisme, le népotisme, l’absence de morale et de conviction, David Guillaume fait honneur à l’UPR par l’exemple de « vertu romaine » qu’il incarne.

Du reste, dans quel autre parti politique français peut-on trouver un adhérent non-voyant faire des centaines de kilomètres à pied pour obtenir des parrainages pour le candidat qu’il espère voir élu à l’Élysée l’an prochain ?

L’UPR montre ainsi qu’il y a deux façons radicalement opposées de faire de la politique.

  • D’un côté, la façon illustrée par la marionnette Macron, sans foi ni loi, avec ses banquiers internationaux, son mépris de classe, son arrogance, et ses mensonges continuels.
    Avec son agence de marketing qui a inventé des « marcheurs » qui n’existent pas pour tenter de faire croire que ce « jeune vieux » sans programme susciterait un quelconque engouement chez les électeurs, devant lesquels il ne s’est jamais présenté.

 

  • De l’autre côté, la façon illustrée par David Guillaume, marcheur solitaire de l’UPR. Un marcheur militant bien réel, lui, avec sa foi politique à renverser les montagnes, son honnêteté, sa force physique et sa force mentale. Un marcheur prêt à donner le meilleur de lui-même pour contribuer à sauver notre pays du désastre dans lequel les amis de Macron l’ont plongé.


David Guillaume incarne à lui seul le courage des militants de l’UPR, leur désintéressement personnel et la certitude qu’ils ont de se battre pour la vérité, la justice, la démocratie et le bien commun.

Je le remercie du fond du cœur pour le symbole qu’il représente pour nous tous.

François Asselineau
25 septembre 2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

François Asselineau, Président de l’Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Aidez-nous ! Partagez :