Présidence à la dérive : Le nouveau lapsus de F. Hollande en Tunisie confirme que le locataire de l’Élysée est psychiquement aux abois

Télécharger en PDF
Lecture : 2 min
Print Friendly, PDF & Email

Le 7 juin 2013, François Hollande s’est ridiculisé en confondant Chine et Japon lors d’un voyage officiel au Japon. Alors qu’il faisait une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre japonais à Tokyo, au cours de laquelle la presse lui demandait de réagir à la prise d’otages à In Amenas, en Algérie, au cours de laquelle dix Japonais ont été tués, François Hollande a présenté « les condoléances du peuple français au peuple chinois ».

Moins d’un mois après, le 4 juillet 2013, il vient de nouveau de se couvrir de ridicule – dans des circonstances analogues – en confondant Égypte et Tunisie lors d’un voyage officiel en Tunisie.

Alors qu’il faisait une conférence de presse conjointe avec le président tunisien Moncef Marzouki à Tunis, au cours de laquelle la presse lui demandait de réagir au coup d’État en Égypte, François Hollande a pris une mine attristée pour dire que « la France a pris acte de la situation en Tunisie », suscitant l’hilarité générale du public.

C’est à voir ici :

COMMENTAIRES

Alors que la situation économique et sociale devient effroyable, que Mme Batho a été chassée du gouvernement comme une malpropre parce qu’elle a publiquement reconnu que le prochain budget était « mauvais », et que l’affaire Snowden et celle de l’avion du président bolivien ont révélé aux Français le degré de sujétion et d’avilissement de la France devant l’hégémonie américaine, ce énième lapsus sonne comme un nouvel avertissement.

À l’évidence, François Hollande confirme, jour après jour, non seulement qu’il est complètement inapte à diriger la France, mais qu’il en prend conscience et qu’il est en détresse psychologique.

Il devrait commencer à se poser sérieusement la question de sa capacité à rester en fonctions. En tout cas, il entraîne la France dans le désastre, et encore plus sûrement que son prédécesseur.

Ce qui n’est pas peu dire !

François ASSELINEAU

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Aidez-nous ! Partagez :