LA VERSION EN LIGNE DU QUOTIDIEN DU PEUPLE (人民日报 Rénmín Ribao), 1er journal chinois et l’un des plus grands tirages mondiaux, CONSACRE UN LONG ARTICLE À FRANÇOIS ASSELINEAU.

Télécharger en PDF
Lecture : 11 min

Doyen de la presse écrite nationale, le Rénmín Ribao (prononciation approximative : « Djenmin Djibaa », traduction « Quotidien du Peuple ») est l’organe du Comité central du Parti communiste chinois (PCC). Il est aujourd’hui le premier quotidien du pays. Avec son tirage de trois millions d’exemplaires, le journal chinois est classé par l’Unesco parmi les dix plus grands du monde.

À partir du 1er janvier 1997, le « Rénmín Ribao» est entré dans l’Internet (le « Quotidien du Peuple en ligne »).
Le 21 août 2000, il a officiellement inauguré son site web : http://www.people.com.cn/ .

Disposant d’une plate-forme de 2 200 m², People.com.cn se veut l’un des plus grands sites d’informations généralistes en chinois dans le monde. Il diffuse 24 h sur 24 h des informations en continu, en renouvelant 3 500 dépêches par jour. Il possède une banque de données avec 20 milliards de caractères chinois en réserve.

People.com.cn est un grand portail qui contient 31 chaînes d’informations, dont les 12 plus importantes sont «Politique intérieure», «Actualité internationale», «Point et Opinion», «Économie», «Science et Éducation», «Société», «IT», «Protection de l’environnement», «Armée et Défense», «Culture et Loisir», «Vie au quotidien» et «Galerie de photos». Il a aussi 10 sites subdivisés, offrant une cinquantaine de catégories d’informations, trois centaines de rubriques thématiques et plus de 2 000 dossiers d’archives. Il est donc la clef pour découvrir tous les aspects de la vie chinoise.

Spécialement, People.com.cn anime un forum «Grande Nation», où les principales personnalités chinoises et étrangères sont souvent invitées à échanger de points de vue avec le public, en ligne et en temps réel.

Le Quotidien du Peuple en ligne est considéré aujourd’hui comme l’un des sites Internet les plus lus et les plus réputés en langue chinoise, non seulement en Chine mais à travers le monde. La consultation de son site est de l’ordre de… 300 millions de pages visitées par jour.

La rédaction en chef de l’antenne française du Quotidien du peuple en ligne a sollicité un entretien avec François Asselineau, qui a eu lieu à Paris le 8 mai dernier.

Cet entretien a donné lieu à un long article qui vient d’être publié sur la version internationale en chinois du Quotidien du Peuple en ligne :

 

==> On notera qu’alors que l’un des plus grands journaux du monde – le plus grand quotidien du pays le plus peuplé du monde – publie ainsi un entretien, long et objectif, de François Asselineau, ni le Figaro, ni Le Monde, ni Les Échos, ni le Parisien, ni l’Humanité, ni la Tribune, ni Ouest-France, ni Le Point, ni L’Express, ni Match, ni le Journal du Dimanche, ni Challenges, ni le Figaro-Magazine, etc. n’ont réalisé le moindre entretien, depuis 11 ans, du président du 4e parti de France par nombre d’adhérents.

La version chinoise de l’article du Quotidien du Peuple en ligne peut être consultée en ligne ici : http://world.people.com.cn/n1/2018/0511/c1002-29978597.html

Voici la traduction française de cet article :

———————————-

 

 

 

 

 

 

 

LA SAGESSE DE LA CHINE ET L’AVENIR DE L’EURO
Entretien avec François Asselineau, président de l’Union populaire républicaine française

11 mai 2018 07:04
Source: People’s Network – Chaîne internationale

Légende de la photo en chinois : François Asselineau prend la parole lors de l’élection présidentielle française de 2017.

PARIS, le 10 mai (Xinhua)

François Asselineau est une personnalité très particulière de la politique française. Président de l’Union populaire républicaine, il a été l’un des candidats à l’élection présidentielle française en 2017. Ce candidat n’était cependant pas connu de la majorité des électeurs à l’époque, car les analyses que son parti fait sur l’euro et sur l’Union européenne ne semblaient pas en phase avec l’opinion dominante. François Asselineau a soutenu le Brexit au Royaume-Uni et a mené une réflexion approfondie sur la question de l’intégration européenne. Selon lui, le plus grand défi de l’UE vient de l’euro. Et, face à la situation mondiale en constante évolution, la Chine et la Russie ont joué un rôle clé dans la stabilisation des relations internationales, en œuvrant de façon réellement pragmatique et en analysant rationnellement l’environnement international.

Un lien indissoluble avec la Chine

À la fin des années 1980, le jeune François Asselineau et sa femme se sont rendus en Chine pour la première fois, sac au dos. Ils en gardèrent une profonde impression sur le retard de l’économie chinoise. À Pékin par exemple, il n’y avait pas la moindre voiture particulière. Haut-fonctionnaire français, François Asselineau est membre de l’Inspection générale des finances et a servi dans un certain nombre de cabinets ministériels français. De 1995 à 1997, il a travaillé au cabinet du ministre français des Affaires étrangères, Hervé de Charette, où il était notamment en charge des affaires asiatiques et chinoises.

Lorsque le président français Jacques Chirac s’est rendu en Chine en mai 1997, François Asselineau, qui l’accompagnait, a été le témoin des discussions entre les dirigeants des deux pays sur les questions Chine-France, Chine-UE et sur les questions internationales. Du fait de ses voyages fréquents en Chine, François Asselineau a pu constater personnellement le développement de la Chine, et il regrette la mauvaise connaissance que la plupart des Français ont de la Chine. Pour lui, une certaine forme d’arrogance, d’ignorance et de condescendance rendent difficile la juste connaissance de la réalité de la Chine. Il souligne en particulier que la plupart des Français ignorent tout des guerres de l’opium du XIXe siècle et de l’agression commise par les puissances occidentales, dont la France, qui forcèrent la Chine à accepter des traités inégaux.

François Asselineau reconnaît les réalisations de la Chine, obtenues dans le cadre des réformes et de l’ouverture sur le monde réalisées au cours des 40 dernières années et il souligne que « cette route reflète la sagesse des dirigeants chinois ». Depuis l’ouverture des zones économiques spéciales de Shenzhen et de Zhuhai, puis la transformation et le développement accéléré de l’économie chinoise, les dirigeants chinois ont réussi à saisir la situation mondiale et les réalités du développement en Chine. Il croit également que « l’économie de la Chine continuera de se développer et que la Chine revient sur la scène mondiale, où elle deviendra l’un des principaux acteurs des affaires internationales ».

L’avenir de l’euro et de l’UE

De ses années passées dans le secteur financier, François Asselineau a acquis une très grande inquiétude quant au processus d’intégration européenne et à l’euro. Il a mené une réflexion approfondie sur le mécanisme de fonctionnement même de l’euro, ainsi qu’un grand nombre d’analyses financières et économiques détaillées, qui sont toutes en ligne sur le site web de l’Union populaire républicaine.

Selon François Asselineau, la consultation de ce site a bondi jusqu’à en faire le site le plus consulté de tous les partis politiques français, plus encore que En Marche, le parti au pouvoir, et cela s’explique par l’importance des informations que l’on y trouve.

François Asselineau souligne que Vincent Brousseau, un économiste français qui a travaillé pour la Banque centrale européenne à Francfort pendant 15 ans, a choisi de rejoindre l’Union populaire républicaine après une réflexion à long terme sur la viabilité de l’euro.  Cet économiste, qui a travaillé pendant de nombreuses années dans le département de la politique monétaire de la Banque centrale européenne, est un spécialiste du fonctionnement réel de la monnaie européenne, des problèmes que ce fonctionnement engendre, et des défis auxquels l’euro va devoir faire face. François Asselineau rappelle qu’en février 1996, il avait suivi Jacques Chirac et sa délégation à Singapour. À cette époque, les pays de l’Union européenne harmonisaient leurs politiques budgétaires nationales pour préparer la mise en place d’une monnaie unique. Il se souvient très bien que, lors d’un entretien officiel, Lee Kwan Yew, le « père fondateur » de Singapour, avait fait part au ministre français des Affaires étrangères, Hervé de Charette, de son grand scepticisme quant à l’avenir de l’euro. Et cela parce que, à son avis, l’Allemagne n’accepterait jamais de subventionner pour toujours les économies d’Europe du Sud.

François Asselineau admire cette sagesse et cette vision prémonitoire de Lee Kuan Yew, la même sagesse que celle de la politique de réforme et d’ouverture des dirigeants chinois. Il souligne que les pays de l’UE sont justement confrontés maintenant au phénomène du développement inégal entre les pays de la zone euro : la désindustrialisation de l’Italie, de l’Espagne, de la Grèce et d’autres s’aggrave, le chômage y augmente, tandis que l’Allemagne, le Luxembourg, et les Pays-Bas conservent une économie relativement forte. Les divergences d’inflation, de compétitivité et de déficits commerciaux entre les pays de la zone euro rendent la stabilité de la monnaie européenne de plus en plus préoccupante.

Réflexions sur les « idées européennes »

Lors de l’élection présidentielle française de 2017, les différents partis politiques français ont présenté, chacun, leur vision de « l’idée européenne ». Mais, pour François Asselineau, toutes ces idées méconnaissent les contraintes des traités européens et ne sortent pas du cadre de l’intégration européenne. Bien que l’Union populaire républicaine représentée par François Asselineau n’ait recueilli que 1 % des voix, François Asselineau étant le candidat à la présidentielle « que n’attendait pas le public », ses réflexions sur l’Union européenne se développent aujourd’hui dans la diversité des opinions publiques en Europe.

François Asselineau souligne que l’Europe a toujours été un ensemble multiculturel, multilingue et multiethnique, et que les intérêts de chaque pays qui la constitue aujourd’hui restent très différents. Par exemple, la France est la plus concernée par le développement de l’Afrique, à cause de son histoire coloniale ; l’Allemagne se concentre sur l’Europe de l’Est, et la Pologne est plus préoccupée par sa proximité géographique avec la Russie. Il existe des différences considérables dans la philosophie sociale de cet ensemble de pays, notamment en raison des différences de développement historique, en raison de l’impact profond de l’Église catholique en France, en Italie, en Espagne que l’on ne retrouve pas dans d’autres pays. Par exemple, les pays protestants, Royaume-Uni et pays scandinaves, sont beaucoup plus pragmatiques et moins dogmatiques. C’est pourquoi comment « penser l’Europe » est devenu un problème pour tous les partis politiques européens et les politologues.

Pour François Asselineau,  la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE est emblématique d’une nouvelle tendance dans les opinions publiques. Elle prouve aux peuples d’Europe que ce concept « Europe » n’est pas irréversible. Nécessité de s’adapter à l’évolution internationale, tendances centrifuges et conflits sociaux au sein des différents pays, sauvegarde problématique de la stabilité de l’euro, développement durable… Les défis sont nombreux pour la future gouvernance de l’UE.

Responsabilité : Fan Haixu, Liu Jieyu

 

 

 

 

 


 

 

 

François Asselineau, Président de l’Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Aidez-nous ! Partagez :