L’UPR souhaite une bonne installation à son premier adhérent en Équateur

Aidez-nous ! Partagez :

1235346_10152007955792612_947243157_nCette photo résume l’Équateur : un petit pays – grand quand même comme la moitié de la France – aux paysages et au climat très opposés : depuis la forêt amazonienne à l’est jusqu’aux sommets enneigés des Andes au centre du pays.

L’UPR vient de prendre note de l’expatriation de l’un de ses adhérents, qui résidait en France métropolitaine et vient de s’installer à Quito, capitale de l’Équateur.

Le hasard du calendrier veut que cette petite nouvelle concernant notre communauté d’adhérents intervient alors que le président équatorien Rafael Correa, politiquement très proche des présidents du Venezuela Maduro et de la Bolivie Morales, arrive ce 7 novembre 2013 en visite officielle en France.

Notre adhérent résidant à Quito nous indique que, d’après la presse équatorienne, Rafel Correa sera reçu à déjeuner par François Hollande et qu’il devrait signer un accord de coopération dans les domaines de la culture, de la recherche scientifique, et de l’économie sociale. La visite, qui durera jusqu’au vendredi 8, permettra d’aborder les relations politiques et économiques et l’état de la coopération bilatérale dans des domaines comme la mobilité étudiante, la sécurité et le tourisme.

Le président équatorien fera un discours à l’université de la Sorbonne : évoquera-t-il le récent scandale de l’avion du président bolivien Evo Morales, bloqué au sol sur l’aéroport de Vienne du fait du refus de la France de lui accorder l’autorisation de survoler notre espace aérien ?

1456582_10152037784002612_814166791_n

Le président équatorien Rafael Corea – qui a accordé l’asile à Julian Assange dans l’ambassade équatorienne de Londres – a plusieurs fois alerté l’opinion publique mondiale sur les menées de Washington contre la souveraineté de son pays.  

À la fin 2012, on apprenait, grâce à une source des services de renseignement chiliens, que l’argent dégagé par des activités de narco-trafic servirait à la CIA pour financer des activités en Équateur, afin de déstabiliser le régime socialisant de Quito. Le président Correa a dénoncé ces activités, et a ajouté que l’ex-ambassadeur britannique Craig Murray avait également fait part du dessein des États-unis de mener à bien une campagne contre sa réélection, notamment en finançant l’opposition et les médias (on note une augmentation de 7% pour 2013 des fonds dédiés à l’Equateur dans le budget de l’aide étrangère américaine).

Le 6 janvier 2013, allant encore plus loin, Rafael Correa a même annoncé au monde entier qu’il craignait que la CIA n’ait organisé un complot pour l’assassiner.

1381561_10152007954392612_813979161_nQuito, capitale de l’Équateur, est situé dans un environnement naturel grandiose, où se dessine la silhouette des volcans enneigés.

1395325_10152009128162612_1568362585_n

1386014_10152009129957612_37289787_n

La Calle Garcia Moreno est l’une des ruelles typiques du centre de Quito

1381333_10152007958407612_697481386_nLe palais de la présidence de la République à Quito

1452357_10152037489282612_1861049440_n

Une vigogne devant le volcan Chimborazo, le sommet le plus haut du monde.

Culminant à 6 268 m d’altitude et situé près de Riobamba, à environ 180 km au sud de Quito, ce volcan équatorien présente une particularité peu connue : c’est à proprement parler le plus haut sommet du monde !

En effet, la terre n’est pas une sphère parfaite mais une sphère légèrement aplatie à chaque pôle, donc une ellipsoïde. Le rayon entre la surface de la mer et le centre du globe terrestre est environ 21 km plus important à l’équateur qu’aux pôles.

Or le Chimborazo est très proche de l’équateur, et beaucoup plus proche que ne le sont les sommets de l’Himalaya. Ainsi, bien que l’altitude du Mont Everest /Chomolungma/Sagaramatha au Népal (environ 8848 m) soit de 2 580 m plus élevé que celle du Chimborazo par rapport à la surface de la mer, le sommet du Chimborazo est pourtant le plus éloigné du centre de la terre.

C’est donc aussi le point de la surface de la terre dont la distance minimale au Soleil au cours d’une année est la plus petite.

Nous souhaitons d’autant plus une bonne installation à notre adhérent sur place qu’il nous a très gentiment fait part de son intention de faire connaître l’existence de l’UPR auprès de la communauté française expatriée dans ce petit pays andin.

Selon les donnés qu’il a déjà pu recueillir, près de 2 200 Français résident en Équateur (et 5 000 Équatoriens en France), tandis que le volume des échanges commerciaux entre les deux pays ont progressé de 12% en 2012.  Notre adhérent va donc tenter de convaincre le plus grand nombre possible de ces 2 200 compatriotes expatriés de rejoindre l’UPR.

François Asselineau

1012483_10152037488617612_1371019219_nL‘Équateur compte environ 14 millions d’habitants. Parmi ceux-ci,  environ 3 400 000  – soit un quart – sont des Amérindiens, dont une partie vit dans l’Amazonie équatorienne.

1001284_10152037486927612_1938498855_nLa partie orientale de l’Équateur est située dans l’immense bassin amazonien.

1462940_10152037487557612_508752215_n

La réserve de Cuyabeno est un mélange complexe de rivières, de lacs et de forêts immergées située en Amazonie équatorienne. Elle dispose d’une faune et flore uniques, qui en font l’un des lieux à la biodiversité la plus dense de la planète. Ses 13 lacs, ses forêts tropicales s’étendant sur 6 100 km² et ses nombreuses rivières constituent l’habitat d’une riche variété de plantes dont certaines sont endémiques de la région. 12000 espèces de plantes ont été identifiées, dont 60 espèces d’orchidées. De nombreuses plantes ont des vertus médicinales connues des Amérindiens.

Cuyabeno abrite 550 espèces d’oiseaux, plus de 350 espèces de poissons (parmi lesquels le piranha), une grande variété de reptiles tels que des caïmans, des anacondas et des tortues de rivière, de nombreuses variétés d’insectes ainsi que des grenouilles venimeuses. Parmi les mammifères, on rencontre des tapirs, des tatous ou encore des dauphins roses de l’Amazone.

Les GALAPAGOS

Situées dans l’Océan Pacifique Sud, les Îles Galapagos relèvent de la souveraineté équatorienne.

1385923_10152009127227612_1666704135_nOn y trouve bien entendu les célèbres tortues géantes, dont certaines espèces sont hélas en voie de disparition.

1458586_10152037720017612_374424001_nCes animaux que l’on croirait sortis de l’époque des dinosaures sont des iguanes marins des Galapagos. 1378445_10152009124377612_1123165868_n

62690_10152009125032612_1707852052_n