Les responsables de l’UPR

Monsieur Sébastien FABRE

Délégué départemental de la Haute-Garonne (31)

Lui écrire

Né à Paris, privilégiant les chemins de traverses, je construis ma vie à l’écart des propositions inutiles d’un système qui ne fonctionne pas et qui est voué à la ruine.

Pratiquement autodidacte, je me suis découvert une passion pour la sculpture et plus spécialement pour cette indicible beauté qui jaillit de la rencontre entre l'éclat de la lumière et celui du métal. Lorsque j’ai voulu apprendre à travailler la matière, j’ai constaté qu’on voulait faire de moi un auxiliaire des machines. On ne me laissait entrevoir l’avenir du métier que dans une désespérante perspective marchande, au travers des barreaux de grilles et de portails mal dessinés…

J'ai préféré prendre les choses à contre-pied et je suis devenu sculpteur designer en suivant mon intuition. J'ai pris le parti de travailler finement la matière, avec le plus possible d’originalité, en y mettant toute mon âme. Je réalise des pièces uniques, notamment du mobilier, des lustres et des appliques pour des particuliers mais aussi dans le cadre de marchés publics. J’ai ainsi contribué à l’illumination de plusieurs églises de ma région.

Il me semble important que chacun de nous œuvre ainsi, à sa manière, afin de donner un peu plus de vie aux années, pour perpétuer avec créativité toute la beauté de notre monde.

En matière de politique, je fais le choix de ce qui me semble juste. Moi qui n’avais jamais adhéré concrètement à quelque proposition que se soit, me tenant là aussi en dehors du mono choix qu’est le prétendu clivage-gauche droite, j’ai décidé de soutenir François Asselineau et l'UPR. Mon intuition m’y incite.

Parce que de nos jours, les responsables politiques français frayent avec la bande de pantins bruxellois, aux ordres d’une oligarchie mondiale nauséabonde, nous devons recouvrer notre liberté, nos droits et notre vote.

Les Français, comme de nombreux Européens qui pensaient avoir le choix, avaient voté majoritairement contre le projet de traité constitutionnel européen, parce qu’ils le trouvaient injuste et brouillon. Nous sommes victimes d’un infâme parjure.

Alors comme dans la vie, il faut faire les choses par étapes. Et nous voulons en premier lieu faire respecter à nouveau notre volonté de décider par nous-mêmes.

Back to Top