Épidémie de morts suspectes parmi les opposants au régime pro-UE et pro-OTAN de Kiev imposé par Washington

Download PDF
Lecture : 4 min

Personne en Occident n’a pu ignorer l’assassinat de l’opposant russe Boris Nemtsov, le 27 février 2015, à Moscou, tellement les grands médias en ont parlé en boucle pendant plusieurs jours.

Personne en Occident n’a pu ignorer non plus les déclarations scandalisées de Washington et des dirigeants fantoches européens, laissant tous lourdement entendre que le vrai commanditaire de ce meurtre ne pouvait évidemment être personne d’autre que Vladimir Poutine lui-même.

Le président ukrainien Petro Porochenko avait ainsi déclaré que « Boris Nemtsov était un pont entre l’Ukraine et la Russie, et ce pont a été détruit par les coups de feu d’un assassin. Je pense que ce n’est pas par hasard ». À la télévision, Petro Porochenko avait même assuré que Boris Nemtsov avait été assassiné parce qu’il « disait qu’il allait révéler des preuves convaincantes de l’implication des forces armées russes en Ukraine. Quelqu’un avait très peur de cela, ils l’ont tué ».

Le président Barack Obama avait parlé de « meurtre brutal » et appelé sans rire le gouvernement russe à « rapidement mener une enquête impartiale et transparente ». Comme si Washington était le modèle planétaire en matière d’enquêtes rapides, impartiales et transparentes….

En France, François Hollande avait aussitôt emboîté le pas à son maître, en dénonçant ce meurtre comme étant un « assassinat odieux » et en « saluant la mémoire d’un défenseur courageux et inlassable de la démocratie ». Comme si l’actuel chef de l’État, élu en 2012 sur une escroquerie (« mon ennemi c’est la finance ») et ne sortant plus en public sans être entouré d’une nuée de gardes du corps, était lui-même un modèle de courage et de défense de la démocratie.

Obéissant à son tour au coup de sifflet venu d’outre-Atlantique, la chancelière allemande Angela Merkel s’était déclarée « consternée » par le « meurtre lâche » de Boris Nemtsov et avait demandé à Vladimir Poutine que toute la lumière soit faite sur cet assassinat.

[pour toutes ces déclarations, cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Boris_Nemtsov ]

————————

Seulement voilà.

D’une part, l’assassinat de Nemtsov semble avoir été un crime commandité et réalisé par des Tchétchènes – ce que Wikipedia français, toujours très soucieux de défendre le point de vue de Washington, remet bien entendu en cause.
[ cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Boris_Nemtsov ]

D’autre part, il ne s’est trouvé aucun grand média français ni occidental, ni aucun responsable politique euro-atlantiste, pour s’émouvoir de la véritable épidémie de suicides et de morts inexpliquées qui ont frappé, au même moment, des opposants au régime pro-UE et pro-OTAN de Kiev, imposé en Ukraine à la suite du coup d’État organisé par Washington en février 2014.

Dans sa dernière Lettre d’information, William Blum, célèbre écrivain et journaliste américain très critique de la politique étrangère des États-Unis, vient de dresser la liste de 7 morts suspectes, sur lesquelles les grands médias occidentaux ont organisé une chape de plomb absolue.

Voici cette liste traduite en français :

———-

=> 29 janvier 2015 : L’ancien président du gouvernement local de la région de Kharkov, Alexey Kolesnik, se suicide par pendaison.

———-

=> 24 février 2015 : Stanislav Melnik, membre du parti d’opposition au gouvernement de Kiev, (Partia regiónov), se suicide par arme à feu.

———-

=> 25 février 2015 : Le maire de Melitopol, Sergey Valter, se pend quelques heures avant son procès.

———-

=> 26 février 2015 : Alexander Bordiuga, directeur adjoint de la police de Melitopol, est retrouvé mort dans son garage.

———-

=> 26 février 2015 : Alexander Peklushenko, ancien membre du parlement ukrainien et ancien maire de Zaporizhi, est retrouvé tué par balles.

———-

=> 28 février 2015 : Mikhail Chechetov, ancien député, membre du parti d’opposition au gouvernement de Kiev (Partia regiónov), « tombe » de la fenêtre de son appartement situé au 17e étage d’un immeuble de Kiev.

———-

=> 14 mars 2015 : Sergey Melnichuk, procureur de 32 ans, « tombe » de la fenêtre de son appartement situé au 9e étage d’un immeuble d’Odessa.

(Source : http://williamblum.org/aer/read/138 )

———-

J’attire l’attention des lecteurs sur le fait que Barack Obama et ses subordonnés Hollande et Merkel, qui ont fait part « urbi et orbi » de leur indignation devant l’assassinat de Boris Nemtsov, n’ont en revanche pas trouvé dix secondes dans leurs emplois du temps respectifs pour s’émouvoir du sort de ces 7 responsables de l’opposition ukrainienne, retrouvés suicidés, assassinés et défenestrés.