Après le « Casse-toi pauvre con ! » de M. SARKOZY, voici le « dégage ! » de M. MELENCHON

Download PDF
Lecture : 7 min

Plusieurs grands médias (dont le journal 20 Minutes) ont rapporté, le 26 septembre 2009, l’algarade publique et la manière brutale avec laquelle M. Mélenchon a traité un militant communiste, lors de la dernière Fête de l’Humanité.

Le patron du Front de Gauche a vivement rabroué le militant en lui lançant un méprisant « Dégage ! », parce que ce dernier s’étonnait de la présence de plusieurs candidats du PS à la primaire socialiste à cette Fête de l’Humanité.

Source : http://www.20minutes.fr/politique/793942-quand-jean-luc-melenchon-demande-militant-communiste-degager

Ce « Dégage ! » – qui ressemble dans la forme et dans l’esprit au fameux « Casse-toi Pauvre con ! » de M. Sarkozy, en dit long sur la personnalité de M. Mélenchon et sur les pensées profondes qui l’animent. Cette péripétie m’amène à rappeler que le patron du Front de Gauche n’a pas seulement un comportement brutal dans la forme ; c’est aussi un des principaux leurres du Système dans le fond. Il joue le même rôle à gauche que celui que joue le FN à droite.

FRONT NATIONAL ET FRONT DE GAUCHE : MÊME COMBAT POUR EMPÊCHER LES FRANÇAIS DE SE RASSEMBLER SUR L’ESSENTIEL

  • Comme le FN à droite, le Front de Gauche est là pour conforter l’idée que le clivage essentiel de la politique française serait encore le clivage droite-gauche et non pas le clivage Européisme / Souveraineté nationale.
  • Comme le FN à droite, le Front de Gauche est là pour conduire 10 à 15% des électeurs dans une impasse, mais à gauche.
  • Comme le FN à droite, le Front de Gauche est là pour critiquer sans arrêt la construction européenne, mais à gauche.
  • Comme le FN, le Front de Gauche ne fait que critiquer les conséquences de la construction européenne, sans jamais expliquer aux Français les causes et les origines.
  • Comme le FN, le Front de Gauche ne parle ainsi jamais :

– ni du rôle des USA dans la construction européenne depuis les origines,

– ni de l’irréductible divergence des 27 intérêts nationaux,

– ni du « stratagème des chaînes » mis en œuvre par Washington (je renvoie ici à mes conférences),

– ni de la superposition des périmètres UE/OTAN,

– ni du fait que la construction européenne est une conception racialiste du monde et qu’elle nous conduit tout droit au « Choc des Civilisations ».

  • Comme pour le FN, les médias accréditent l’idée que le Front de Gauche serait pour une rupture radicale avec l’UE et l’euro alors que, comme pour le FN, il n’en est rien.
  • Car, comme le FN, le Front de Gauche admet le bien-fondé de « la belle idée européenne » et se déclare pour une « Autre Europe ».
  • Et, comme le FN, le Front de Gauche ne propose jamais aux Français de sortir unilatéralement de l’UE, et fait l’omerta sur l’article 50.

Pour que nos lecteurs mesurent à quel point le Front de Gauche est différent de l’idée qu’ils peuvent en avoir, je leur suggère de lire les quelques déclarations suivantes :

Le 5 décembre 2008 :

Le Parti de Gauche proclame être un « Parti de perspective européenne » :

« Le PG sait que le changement de société auquel il aspire passe par une autre Europe.Né en partie de la mobilisation populaire qui a conduit au rejet du référendum sur le traité européen, il noue des partenariats avec les forces de gauche en Europe favorables à un projet alternatif d’une Europe sociale et démocratique. »

Ce texte écrit de présentation s’intitule « Le parti que nous voulons » et est toujours en ligne actuellement :

Source : http://www.lepartidegauche.fr/qui-commes-nous

Le 5 octobre 2009 :

Jean-Luc Mélenchon affirme qu’il est « un fédéraliste européen ».

Emission « 7/10 » de Nicolas Demorand sur France Inter

Le 10 avril 2011 :

Dans le texte de la « Résolution sur l’euro adoptée au Conseil national du Parti de Gauche », le Parti de Gauche annonce qu’il ne veut surtout pas « abandonner l’UE à son triste sort » mais, pardi !, la « transformer » [Washington, Goldman Sachs, l’oligarchie financière et les 26 autres gouvernements doivent en trembler d’avance…!].

Citations :

« Le PG entend œuvrer à une transformation de l’UE, non à sa destruction.

Il ne s’agit donc pas seulement d’abandonner l’UE à son triste sort en restaurant la seule souveraineté du peuple français, mais d’engager une épreuve de force au sein de l’UE en démontrant qu’un gouvernement déterminé à le faire peut toujours mener une autre politique.

S’affranchir du carcan néolibéral de l’UE, sortir de l’application intégrale du traité de Lisbonne, sans sortir de l’UE, c’est démontrer que l’on peut préserver l’acquis de cinquante ans de construction européenne, en se débarrassant du poison néolibéral. »

Source : http://www.jean-luc-melenchon.fr/arguments/resolution-du-parti-de-gauche-sur-l%E2%80%99euro/

Le 26 juin 2011 :

M. Jean-Luc Mélenchon déclare sur la radio Europe 1 que « prôner la sortie de l’euro relève du maréchalisme ».

Ainsi, pour M. Mélenchon, SORTIE DE L’EURO = PÉTAIN !!!

En agissant de la sorte, il sert le Système de façon exactement comparable à celle du FN qui, par ses fameux « dérapages » verbaux qui font la joie des médias, accrédite aussi la même idée à droite.

Cette déclaration insultante et scandaleuse sur Europe 1 a suscité la vague protestation du MPEP. Mais les dirigeants de ce mouvement préfèrent néanmoins soutenir le FG et M. Mélenchon plutôt que de faire alliance avec l’UPR, comme je le leur ai publiquement proposé.

(cf. mon débat radiophonique avec M. Jacques Nikonoff sur BEUR FM http://www.upr.fr/infos/passage-media/francois-asselineau-invite-du-forum-debat-de-beurfm-le-20-septembre-2011)

Le 10 septembre 2011

M. Jean-Luc Mélenchon souligne de nouveau sa totale hostilité à une sortie de l’euro :

« Il y a des partisans de la sortie de l’euro à gauche, ce n’est pas mon cas » […]. Je suis pour un changement des statuts de la Banque centrale européenne, […] pour arrêter de faire cet euro cher qui oblige les productions à se délocaliser ».

« Cela vaut la peine de défendre l’euro, pas celui-là, mais commençons déjà par défendre l’idée même de l’euro. ».

http://www.20minutes.fr/ledirect/784620/jean-luc-melenchon-souligne-hostilite-sortie-euro

Etc., etc., etc.

Est-il utile de poursuivre ?

En tout cas, nul lecteur de l’UPR ne pourra se plaindre de ne pas avoir été prévenu lorsqu’il découvrira, en juin 2012, que M. Mélenchon et le FG appelleront à voter pour le « candidat de gauche » au 2ème tour de la  présidentielle.

Nul de nos lecteurs ne pourra être surpris de découvrir alors que M. Mélenchon et le FG sont en fait l’une des dents du « râteau électoral » conçu pour faire élire un PS européiste.

Ceux qui auront soutenu le PG, le FG et le MPEP plutôt que l’UPR auront alors tout loisir de constater amèrement qu’ils auront contribué à soutenir un candidat poursuivant la même politique que celle dénoncée par le FG comme si elle était due à M. Sarkozy alors qu’elle est, pour l’essentiel, décidée à Washington, Bruxelles et Francfort.

C’est maintenant qu’il faut adhérer à l’UPR !