Pétition nationale contre le projet de loi FIORASO – ESR qui vise à imposer l’anglais dans l’enseignement supérieur en France

Download PDF
Lecture : 5 min

fioraso Pétition nationale contre le projet de loi FIORASO   ESR qui vise à imposer langlais dans lenseignement supérieur en France

FAISONS BARRAGE AU PROJET DE LOI DIT « ESR » QUI VISE A IMPOSER PROGRESSIVEMENT LA LANGUE ANGLAISE DANS L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR EN FRANCE !

L’UPR LANCE UNE GRANDE PÉTITION POUR DEMANDER LE RETRAIT IMMÉDIAT DU PROJET DE LOI « FIORASO » ET DE LA PROPOSITION DE LOI PRÉTENDUMENT « RELATIVE À L’ATTRACTIVITÉ UNIVERSITAIRE DE LA FRANCE ».

L’UPR prend pour la première fois l’initiative de lancer une pétition pour faire barrage aux nouveaux projets de loi qui visent à marginaliser la langue française dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Cette affaire est d’une exceptionnelle gravité

Car, sous couvert de « modernité » et de « réalisme », le prétendu « gouvernement », prétendument « socialiste », prétendument « français », représenté par Mme Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, envisage ni plus ni moins que d’autoriser les études supérieures et les examens ENTIÈREMENT en langue anglaise dans la patrie de Molière.

À terme, c’est la destruction même de notre langue et de notre culture qui se profile inexorablement derrière ce projet de loi, pour consentir à faire de la France une colonie américaine, comme c’est l’objectif final de la prétendue « construction européenne ».

On nous demande rien moins que de saborder l’une des plus grandes langues mondiales, et d’ânonner dans la langue de McDonald’s, pour satisfaire aux objectifs de « rentabilité » d’une oligarchie mondiale qui ne pèse rien face aux peuples et à l’histoire du monde.

Notons d’ailleurs que l’américanisation, notamment de la langue, fait aussi des ravages aux Pays-Bas, en Allemagne, en Italie et dans de nombreux pays de l’Est. Preuve qu’après une « monnaie unique », c’est désormais une « langue unique » qui est imposée aux peuples d’Europe.

Notons en revanche qu’il n’y a nulle fatalité : en Inde ou en Chine, par exemple, les autorités exigent que les formations se fassent dans les langues nationales, et l’Inde est même en train de rétablir l’enseignement en hindi dans tout son enseignement supérieur.

Signez et faites signer la pétition sans crainte

En mon nom personnel comme au nom de tous les adhérents et sympathisants de l’UPR, je vous suggère donc instamment de signer la pétition que nous avons mise en ligne sur un site spécialisé, et de contribuer à votre tour à la faire signer.

Je prends l’engagement moral que vous pouvez le faire sans crainte. 

=> D’une part parce que chaque signataire de cette pétition a le choix de rendre publics ses nom et prénom, ou au contraire de conserver l’anonymat.

=> D’autre part parce que le site par lequel nous proposons cette pétition est géré de façon totalement indépendante et s’engage formellement à ne jamais afficher ni communiquer votre adresse à qui que ce soit. Et en particulier pas à l’UPR, qui ne disposera donc pas des adresses des signataires.

De la sorte, même les internautes qui ne partagent pas tout ou partie des analyses de l’UPR, mais qui sont néanmoins d’accord pour s’opposer au projet de loi Fioraso, peuvent signer cette pétition sans arrière-pensées ni crainte de « récupération ».

Nous avons opté pour ce système élégant afin de conserver à cette pétition toute son éthique et toute sa force : nous ne la lançons pas pour nous confectionner une nouvelle base de « prospects » ; nous la lançons pour susciter un grand mouvement d’opposition à la destruction programmée de la langue française.

Je compte sur vous tous. 

François ASSELINEAU

Toutes les précisions sur les actuels projet et proposition de loi actuellement à l’étude sont décrites dans le détail par François-Xavier Grison, responsable national en charge des solidarités francophones, sur le site même de la pétition.

Pour tout savoir et pour signer, c’est ici : http://www.petitions24.net/contre_la_loi_esr_fioraso_parce_que_pour_la_langue_francaise


PS :
Nous vous recommandons également de lire cet excellent interview de Claude Hagège intitulé  « Imposer sa langue, c’est imposer sa pensée »
http://www.lexpress.fr/culture/livre/claude-hagege-imposer-sa-langue-c-est-imposer-sa-pensee_1098440.html

Extrait de l’interview :
Question du journaliste : Vous estimez aussi que l’anglais est porteur d’une certaine idéologie néolibérale…

Réponse de Claude Hagège : Oui. Et celle-ci menace de détruire nos cultures dans la mesure où elle est axée essentiellement sur le profit.