Pourquoi le site BFM-TV-RMC a-t-il brusquement supprimé le 30/12 à 18h30 son sondage sur la popularité de François Hollande ?

Download PDF
Lecture : 9 min

Depuis le 17 décembre 2013, c’est-à-dire depuis 13 JOURS, le site BFM-TV avait mis en ligne un sondage sur la popularité de François Hollande.

Ce sondage n’a cependant été signalé, sur notre page Facebook, que ce 30 décembre à 18H00 par notre fidèle sympathisant Ernest Krampon.

98% DES 62 000 VOTANTS ONT DÉCLARÉ NE PAS AVOIR CONFIANCE EN FRANÇOIS HOLLANDE !

Par un réflexe de prudence tiré de l’expérience, nous en avons fait aussitôt une saisie d’écran (donc faite aux alentours de 18h00) :

1525175_10152165455172612_2096831979_n

Cette saisie d’écran révèle 2 choses :

  • a)- l’impopularité de François Hollande révélée par ce sondage en ligne est phénoménale :  sur les 61 945 votes enregistrés au cours des 10 jours écoulés, le pourcentage d’internautes déclarant « faire confiance à François Hollande » était de … 2 %, le pourcentage d’internautes déclarant ne pas lui faire confiance était de  98 % ! Certes, un sondage en ligne revête un biais méthodologique et ce résultat ne doit pas être considéré comme scientifique. Néanmoins, le moins que l’on puisse dire, c’est que le nombre de votants était quand même considérable et que le résultat était sans appel.
  • b)- le dernier commentaire posté, apparaissant en haut de la liste, était le 433ème. Il avait été posté ce 30 décembre 2013 à 17h38 par un internaute dont le pseudo est « Sam Daoulaz » – à l’évidence un sympathisant de l’UPR – et son contenu était le suivant :

SAM DAOULAZ le 30 décembre 2013 à 17h38

Ce président n’a aucune légitimité. Ce sondage le prouve. Mais, plus grave, il n’a AUCUN pouvoir puisqu’en effet, c’est la Commission européenne NON-ÉLUE qui dirige notre nation sur tous les grands sujets stratégiques. Voilà pourquoi, depuis plus de 30 ans, nous avons les mêmes politiques en France, quel que soit le gouvernement. Je renvoie aux analyses pertinentes et très abordables de FRANCOIS ASSELINEAU disponibles sur YouTube et/ou Dailymotion« .

Or, chose peu banale, le BFM-TV a soudain décidé – aux alentours de 18h30 – de supprimer purement et simplement ce sondage qui était en ligne depuis 13 jours, et cela sur la base d’un argument invraisemblable.

L’explication officielle donnée par le site est le suivant :

Compte tenu de votes malveillants et massifs impossibles à modérer, la rédaction d’RMC.fr a décidé de suspendre cette opinion.

Source : http://opinion.bfmtv.com/info/553755/faites-vous-confiance-a-francois-hollande/

1514307_10152165473967612_329355429_n

QU’EST-CE QUI N’A DONC SOUDAIN PAS PLU À BFM-TV-RMC CE 30 DÉCEMBRE VERS 18H30 ?

Pourquoi ce sondage, qui était en ligne depuis 13 jours et qui avait recueilli près de 62 000 votants et 434 commentaires a-t-il, si brutalement, disparu des écrans ?

Pour prendre la mesure de l’affaire, il faut voir que, comme le révèle la saisie d’écran, ce sondage a été soudain censuré vers 18h30 alors qu’il avait enregistré 434 opinions (cf. en haut à droite). C’est-à-dire une de plus seulement depuis celle postée à 17h38 par Sam Daoulaz – qui était la 433e – scannée supra.

Contrairement à l’explication officielle de la censure, on n’était donc absolument pas face à un déferlement de « votes malveillants et massifs impossibles à modérer ».

Du reste, comme nous allons le voir ci-après, le nombre de commentaires postés sur ce sondage était devenu très faible, pas plus de 2 à 3 par jour….

Alors ?

Alors, la seule clé d’explication logique, c’est que l’internaute « SAM DAOULAZ » a commis le péché irréparable : celui de poster des commentaires très posés, très calmes et très polis, expliquant que le président de la République n’a plus aucun pouvoir réel, que toutes les grandes décisions sont prises par la Commission européenne, et que tout cela est très bien et très clairement expliqué dans les conférences de François Asselineau disponibles sur Internet.

Pour se convaincre que tel est bien ce qui a posé problème à la « modération », on notera en effet que les commentaires précédant celui de « Sam Daoulaz » du 30 décembre à 17h38 :

  • remontaient au 18 décembre pour la simple première page des plus récents, ce qui prouve qu’il n’y avait pas du tout de « votes malveillants et massifs impossibles à modérer »
  • et tous ces commentaires se limitaient aux seules critiques autorisées par l’oligarchie : ils reprochaient à François Hollande pêle-mêle sa politique fiscale, sa politique sur le mariage pour tous, sur l’écotaxe, contre la quenelle de Dieudonné, etc.

En voici les saisies d’écran (on notera que « Sam Daoulaz » avait commencé à répondre à quelques-uns d’entre eux en renvoyant sur les conférences de François Asselineau et sur la possibilité de sortir de l’UE).

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

CONCLUSION : POUR BFM-TV-RMC, ON A LE DROIT D’INSULTER ET DE CRITIQUER HOLLANDE SUR TOUT, MAIS ON A SURTOUT PAS LE DROIT DE PARLER DES ANALYSES DE L’UPR….

Ces saisies d’écran des messages antérieurs prouvent que pour les rédactions en chef de BFM-TV et de RMC, on a le droit :

  • de reprocher à François Hollande toutes les politiques conduites,
  • de l’insulter (comme le révèlent les scans qui précèdent, BFM-TV-RMC avait laissé en ligne sans problème des messages traitant le gouvernement de « pourri », les ministres « d’incompétents », de vociférer « dehors » ou « dégage » à  l’adresse du chef de l’Etat, d’avancer qu’il est « dans la main de la finance »...),
  • de s’indigner du mariage gay, de la hausse des impôts,
  • de se prononcer en faveur de Dieudonné et de sa « quenelle »,
  • de s’offusquer de tous les sujets de diversion qui défrayent la chronique,
  • etc., etc.

Nos saisies d’écran prouvent que rien de tout cela n’entraîne la moindre fermeture des commentaires ni des sondages.

Alors ?

Eh bien alors, la seule chose qui ne soit pas permise, la seule chose qui fait disjoncter le système de surveillance de BFM-TV-RMC, c’est lorsqu’un internaute ( « Sam Daoulaz » en l’espèce) commence à expliquer aux Français :

  • que le président de la République n’a plus aucun pouvoir,
  • que la Commission européenne qui vole tout le pouvoir au peuple français,
  • que l’on peut en sortir de façon sereine et juridique par l’application de l’article 50 du TUE,
  • et qu’il existe un parti politique très républicain – l’UPR – et des conférences en ligne – les miennes – qui expliquent tout cela de façon très claire et très sereine.

Dire cela, c’est aussitôt voir le sondage dans sa totalité brutalement fermé, nous venons d’en avoir la preuve sous les yeux ! (J’ignore si les commentaires sont soumis à une modération préalable, mais même si tel est le cas, rien n’interdit à la rédaction en chef de désavouer ses propres modérateurs et de clore le sondage sans autre forme de procès, notamment si des instructions sont venues de haut, par exemple de tel ou tel cabinet ministériel).  

Il faut remercier ici BFM-TV et RMC de nous avoir prouvé – toutes saisies d’écran à l’appui – que l’UPR est bien le seul et unique mouvement politique qui combat pour de bon le système.

Parce que nous sommes techniquement compétents, précis, intègres, cohérents, constants, modérés, républicains, rassembleurs et courageux, l’UPR est la seule force politique qui fasse décidément très peur à l’oligarchie. Et nous faisons d’autant plus peur que notre notoriété ne cesse de croître, en parallèle avec le nombre de nos adhérents.

François Asselineau