Manipulations et récupération, qui est vraiment derrière les « Indignés »

Télécharger en PDF
Lecture : 5 min

Le Mouvement des Indignés est apparu comme sympathique et a attiré à lui de nombreux citoyens de bonne foi, notamment des jeunes.

Mais il y a eu, dès le début, quelques détails qui « clochaient », et qui ont alimenté nos soupçons. Ceux-si sont confirmés par les événements :

1)- le lancement marketing très élaboré d’un livre nullissime.

Tout a commencé par un livre d’une rare insignifiance écrit prétendument par Stéphane Hessel.
Ce livre a bénéficié d’une promotion média extraordinaire ainsi que d’un réseau de distribution non moins exceptionnel. A titre d’exemple, la présence ou l’absence d’un livre dans toutes les FNAC est un excellent critère pour mesurer si un livre plaît ou déplaît au Système. Celui de M. Hessel y a bénéficié d’une présence ostentatoire exceptionnelle.

Questions :
– pour quelles raisons ce livre sans intérêt (très « facile à lire », donc très probablement conçu par des spécialistes de marketing, et ne procédant à aucune analyse de fond) a-t-il bénéficié d’une telle publicité ?
– qui en a décidé ?

2) la médiatisation internationale dont ce mouvement a ensuite bénéficié.

Chose plus incroyable encore, le livre nullissime de M. Hessel a bénéficié ensuite d’une promotion internationale et d’une orchestration politique relayée par tous les médias.
Le « Mouvement des Indignés » n’a pas démarré en France comme il eût été logique compte tenu de la personnalité de M. Hessel mais en Espagne. Il a aussitôt fait l’objet d’une couverture médiatique mondiale.
Voici assurément un prodige lorsque l’on sait à quel point il est extrêmement difficile d’avoir accès aux médias lorsque l’on s’oppose théoriquement au Système en place – et nous sommes bien placés à l’UPR pour le savoir !

Questions :
– comment le « Mouvement des Indignés » a-t-il fait pour avoir accès à toutes les grandes télévisions et radios du monde, aussi facilement et en quelques jours ?
– qui en a décidé ?

3) la traque de certains militants, dont ceux de l’UPR, dans les rassemblements des « Indignés » en France

Lors des premières manifestations « d’Indignés » en France, un certain nombre de militants de l’UPR se sont rendus spontanément sur place. Nous n’avions donné aucune consigne et ils l’avaient fait spontanément, pour faire valoir leur point de vue.

Grand mal leur en a pris ! Ils ont subi une véritable chasse à l’homme. Ce Mouvement, prétendument spontané et sans direction, est en réalité encadré en sous-main par des agents « Antifas » qui traitent de « fascistes » quiconque souhaite parler de bankrun, des attentats du 11 septembre, de sortie de l’OTAN, de sortie de l’UE, etc..

On se reportera par exemple à cet article paru sur le site Indymedia
http://paris.indymedia.org/spip.php?page=imprimer&id_article=7198.
Comme on le voit, les « surveillants antifascistes du Mouvement des Indignés » disposent de caméras à téléobjectif pour repérer les participants, et disposent aussi d’une banque de données personnelles propres à faire pâlir d’envie les Renseignements Généraux.

A l’évidence, le « Mouvement des Indignés » est donc infiltré par des services d’influence et de renseignements, qui traquent sans relâche quiconque s’attaque pour de vrai aux objectifs stratégiques de la haute finance et des États-Unis.
4) le Mouvement des « Indignés » n’a toujours aucune analyse de fond, invite les participants à la « non violence » et leur suggère de réclamer une gouvernance mondiale

Enfin, le nombre de mois écoulés depuis les premières manifestations des Indignés est désormais tel que l’on peut se faire une opinion d’ensemble sur ces différents mouvements :
– les analyses de fond sont toujours inexistantes, en particulier sur le rôle réel des États-Unis, de l’OTAN, de l’UE,
– le mouvement cultive une image de « non violence » à l’eau de rose,
– bien que « non violents », les participants ont été d’une extrême discrétion face à la guerre menée en Libye ; les « Indignés » ne s’indignent ni de ce qui se passe en Afghanistan, ni de ce qui se passe en Irak, ni de ce qui se passe en Libye, ni de ce qui se passe à Guantanamo, etc.
– ils sont en revanche fermement invités à se déclarer favorables à la construction européenne et à réclamer une gouvernance mondiale.

CONCLUSION

George Soros soutient les « Indignés »

Le fait que le Mouvement des « Indignés » soit désormais soutenu par George Soros, Warren Buffet ou le PDG de General Electric permet de faire définitivement tomber le masque et permet de comprendre rétrospectivement toutes les anomalies que je viens de récapituler.

Il s’agit d’une opération vraisemblablement totalement récupérée par les services d’influence américains, afin de servir de paratonnerre. Il s’agit de capter la révolte latente des jeunes et des classes moyennes en Europe et aux États-Unis afin de la détourner des vraies analyses et des vraies solutions. Il s’agit de la neutraliser en la dispersant dans l’insignifiance ou en lui faisant réclamer non pas sa liberté mais la mise en place de mécanismes financiers et politiques qui parachèveront la dictature euro-atlantiste en cours d’installation.

Les centaines de milliers de participant sincères à ces Mouvements d’Indignés travaillent ainsi, sans le comprendre, pour le contraire même de ce qu’ils pensent. C’est une manipulation abjecte, hélas bien connue. Elle consiste à transformer des révoltés légitimes en « idiots utiles », servant la cause même qu’ils croient combattre.

Aidez-nous ! Partagez :