3 jours après que nous l’avons annoncé, le Premier ministre confirme que le gouvernement craint une attaque chimique

Télécharger en PDF
Lecture : 12 min
Print Friendly, PDF & Email

Qu’en disent ceux qui me reprochaient de « vouloir faire peur » et qui me taxaient de « complotiste » ?

Tous les lecteurs de la présente page Facebook ou de notre site peuvent témoigner que j’ai annoncé, le 16 novembre dernier, que le gouvernement semblait craindre une attaque chimique massive pouvant provoquer des milliers de morts pendant la COP21.

Cette prédiction n’était pas bien sorcière à formuler : il suffisait de lire de façon attentive l’arrêté du 14 novembre 2015 (paru au Journal Officiel de la République française n°0265 du 15 novembre 2015 page 21381, texte n° 8), autorisant l’utilisation pour le grand public du sulfate d’atropine fabriqué par la Pharmacie centrale des armées, comme antidote aux gaz neurotoxiques organophosphorés.

Je renvoie ici à mon article publié sur notre site internet le mercredi 18 novembre 2015.

Les réactions critiques, insultantes ou haineuses de certains internautes

Or, comme ont pu le constater tous les lecteurs, la publication de cet article sur la présente page m’a valu, l’approbation d’une très grande partie des lecteurs d’une part, mais aussi un déluge de critiques d’une petite partie des lecteurs d’autre part. La modération de notre page a effacé les messages les plus haineux et les plus insultants mais en a laissé un certain nombre d’autres de ce type, que le lecteur pourra aller relire en retrouvant l’article ci-dessous.

Parmi les attaques et les insultes contre moi et contre mon article, le lecteur notera par exemple celles-ci :

  • Claude Isabelle Vieillard : d’accord, l’upr me déçoit, rien de mieux que de diffuser ce genre d’info anxiogène. Ya pas mieux pour affoler les gens…. Super ! 16 novembre  – 23h0
  • Abdul Al-Hazred : Des milliers de morts ? Nananana des MILLIONS voire des MILLIARRRRRRRDS au minimum, c’est sûr c’est marqué – 17 novembre – 00h49
  • Michael Tainturier : Semer la terreur avec les mots et les théories du complot… c’est un peu du terrorisme verbal. Mais à défaut d’être crédible politiquement, je comprends qu’il faille se trouver d’autres façons de se prouver qu’on existe -17 novembre – 01h28
  • Michael Tainturier : Autoriser l’utilisation d’un remède ne veut pas dire que l’on a prévu que toute la population en ait un besoin vital dans les deux semaines qui suivent. Cet arrêté est clairement préventif et vous vous êtes clairement cons. – 17 novembre – 01h38
  • Emmeline Planche : Sérieux, ca sert a quoi de diffuser de tels trucs!!! C est criminel, c est vouloir créer la panique irrationnelle, et l abandon de toute beauté de la vie – 17 novembre – 01h47
  • Micka Venum : Alerte mytos – 17 novembre – 01h57
  • Emmeline Planche : Et d abord, je me marre …en tant que ex inge biochimiste avant de vomir ce monde et de devenir musicienne, ces services c etait mon reve d y allez. Oui c leur boulo de trouver des remèdes a ce qui est chimiquement possible de nos jours….et alors, en quoi cela est il une menace qui doit faire tomber la population dans la peure, la parano, et le reniement du beau???!!• je suis enervee -17 novembre – 02h44
  • Mathieu : C’est ridicule, les gens s’offusquent que « ça concorde » alors qu’il suffit effectivement de mettre les informations dans un certains ordre pour faire dire ce que l’on veux. Faut arrêter la connerie deux minutes, si c’était vrai pourquoi ce serais sur une page miteuse de Facebook? Arrêtez de partager ce genre de chose, les arguments donnés sont totalement hors contexte. Arrêtez de croire tout ce que l’on poste sur internet franchement c’est aberrant. – 17 novembre – 11h21
  • Margot Krief Soeiro : Ce type fait partie d’un mouvement anti-européen assimilé extrême droite … Alors allez y ouvrez les portes à Marine !!! Je ne partage pas et je refuse de cautionner ce genre de conneries … Et si je dois mourir demain soit mais ce sera debout et en femme LIBRE !! – 17 novembre – 11h51
  • Carote Râpée : Au secours ! La débilité est sans limite… – 17 novembre – 19h44
  • Dorian O’tolan : Grave ! J’ai fais quelques recherche sur le bonhomme… C’est pas beau, encore un autre national-populiste pur jus, résolument paranoïaque, voire anti-occidental. -17 novembre – 20h43
  • Florence Tidji : Trop drôle, j’ai vraiment passé un bon moment en lisant ça! – 18 novembre  – 08h09
  • Jibé Aime : Quelle honte cet article de propagande pour la soumission!!! Quelle honte d’essayer de se faire un nom sur le dos de victimes innocentes… Quelle honte tout simplement le visage politique que nous propose ce grand pays!!! 18 novembre  – 19h00

Etc.

La confirmation par le Premier ministre

Seulement voilà. Mon article a connu un énorme retentissement sur Internet (en ce 19 novembre 15h30, on compte plus de 247 000 lecteurs, 2442 partages et 970 J’aime sur notre page Facebook ; on dénombre aussi 1279 retweets et 19 503 J’aime Facebook sur notre site Internet).

Du coup, la presse régionale et nationale a commencé à son tour à s’intéresser à cet arrêté ministériel (de nombreux journalistes suivent très attentivement l’UPR, même s’ils ont l’ordre de leur rédaction en chef de faire silence sur notre existence) et de nombreux élus ont aussi commencé eux aussi à s’en émouvoir dans les coulisses.

Résultat ?

Ce 19 novembre au matin, le Premier ministre en personne, s’exprimant devant les députés a confirmé : « Je le dis avec toutes les précautions qui s’imposent mais nous le savons et nous l’avons à l’esprit, il peut y avoir aussi le risque d’armes chimiques ou bactériologiques. »

Source : http://www.bfmtv.com/societe/attentats-valls-evoque-un-risque-a-l-arme-chimique-le-samu-approvisionne-en-atropine-931377.html

Du coup, bien sûr, les internautes qui venaient m’insulter sur cette page se sont soudain arrêtés de poster leurs messages. Mais vont-ils se livrer à l’introspection nécessaire et remettre en cause leurs certitudes ? Rien n’est moins sûr.

Un cas d’école de lavage de cerveau

La publication de mon article et les réactions critiques, narquoises, méprisantes, insultantes, haineuses, parfois proches de l’hystérie, de mes contradicteurs constituent un cas d’école du lavage de cerveau dont est victime une grande partie de la population française.

Tous ceux qui sont venus me critiquer ou m’insulter l’ont fait par réflexe spontané, en ressortant tristement les lieux communs, les amalgames, les insultes et les slogans vides qu’ils entendent jour après jour à la télévision, à la radio, ou dans leurs salles de cours.

Comme le montre le florilège qui précède, ils n’ont pas hésité à dénoncer la « honte » que représentait mon article de « propagande »,ma « débilité sans limite » et « ridicule », et de stigmatiser ma « théorie du complot » et mon « terrorisme verbal » utilisé « à défaut d’être crédible politiquement » comme une « autre façon de prouver qu’on existe ».

Ils n’ont pas hésité non plus à me traiter de « parano », de « paranoïaque », de « con », proférant des « conneries », de « criminel », d’« anti-occidental », de « mytos » [sic] et bien entendu de « national-populiste » et d’« extrême-droite ».

Cette avalanche de critiques a ainsi été faite par des internautes se proclamant « LIBRES » (en majuscule) et convaincus d’être beaucoup plus intelligents que les « cons » que je suis et que les adhérents et sympathisants de l’UPR qui sont avec moi.

Mais tout cela a été  éructé sans s’intéresser le moins du monde aux preuves irréfutables que je leur mettais sous le nez puisque mon article était pour l’essentiel une explication de texte mot-à-mot d’un arrêté ministériel publié au Journal Officiel !

Ainsi donc, par une inversion totale de sens, aussi fascinante qu’effrayante, ce sont ceux-là mêmes qui se prétendent « libres » et qui se croient bien plus intelligents que les imbéciles que nous serions, qui sont en réalité les esclaves de ce qu’ils entendent ou lisent dans les salles de classe ou dans les grands médias de masse.

Le lavage de cerveau – ou le « syndrome de Stockholm » – auquel ils ont succombé les rend concrètement incapables de voir, de comprendre et d’admettre les preuves les plus irréfutables et venues des meilleures sources qu’on peut leur présenter, dès lors qu’elles ne sont pas reprises par les grands médias du système ou les cours de Science-Po auxquels ils ont assisté.

La réaction la plus symptomatique de toutes ces critiques a d’ailleurs été : « si c’était vrai pourquoi ce serait sur une page miteuse de Facebook ? »

Leur attitude collective nous montre pourquoi il est si facile, pour les politiques euro-atlantistes, de tromper ce genre de personnes : il suffit de verrouiller les très grands médias de masse, d’y asséner 24h/24 la même propagande, et de tabler sur le caractère statistiquement moutonnier de l’être humain, sur sa paresse et sa peur de réfléchir par lui-même.

Le reste de mon article se vérifie également

Mon article ne se contentait pas de signaler que le gouvernement semblait craindre une attaque chimique massive pouvant provoquer des milliers de morts pendant la COP21. Je précisais aussi que et le gouvernement entendait « profiter des attentats pour imposer un pouvoir de moins en moins démocratique. »

Or, tel est bien le cas qui se fait jour.

Loin de faire son mea culpa, Manuel Valls a confirmé une nouvelle fois  que les dirigeants français préfèrent mettre en péril la vie de centaines, voire de milliers de Français – avec un risque anticipé de gaz sarin – et préfèrent saper une par une nos libertés fondamentales plutôt que réorienter leur politique étrangère, agressive et illégale au regard du droit international, qui n’a d’ailleurs jamais été soumise à l’approbation du peuple souverain.

Dans son message devant l’Assemblée nationale, le Premier ministre a demandé la prolongation de 3 mois de l’état d’urgence, – et pourquoi pas de 6 mois ou de 3 ans ? – et a lancé qu’il est « plus que jamais temps d’adopter le fichier européen des passagers aériens ».  Et pourquoi donc ? « Afin de garantir la traçabilité des déplacements y compris à l’intérieur de l’Union. C’est une condition de notre sécurité collective. »

Pourtant, les premiers éléments d’enquête disponibles tendent à prouver que les assassins n’ont aucunement emprunté la voie des airs pour se rendre de la banlieue de Bruxelles jusqu’au cœur de Paris : ils ont pris la route comme tout le monde.

En outre, Manuel Valls ne s’est aucunement expliqué sur les informations de plus en plus accablantes sur la gestion de son gouvernement en matière de « lutte contre le terrorisme ».

Pendant qu’avec François Hollande, il concocte une réforme de la Constitution dans le dos des Français ayant pour objet de renforcer encore les mesures de surveillance de la population, Yves de Kerdrel, directeur de la publication de Valeurs actuelles, vient de révéler l’interview de Bernard Squarcini (ancien chef du renseignement français) qui paraît dans l’édition de Valeurs Actuelles de ce jeudi 19 novembre. L’ancien directeur de la DCRI y affirme, non seulement que les services secrets syriens ont la liste des combattants djihadistes français opérant en Syrie, mais aussi qu’ils l’ont proposée à la France il y a deux ans et que Manuel Valls en personne a répondu « pas question, nous n’échangeons pas d’informations avec un régime tel que la Syrie ».


En somme, François Hollande et Manuel Valls, tout en s’attaquant à nos libertés les plus fondamentales, continuent à soutenir et à se vendre à l’Arabie Saoudite et au Qatar, qui financent et arment « l’État islamique », plutôt que d’accepter les informations essentielles des autorités syriennes qui auraient aidé à empêcher les attentats.

Que pensent de toutes ces informations les internautes qui m’insultaient il y a encore quelques heures ?

Vont-il aller traiter Manuel Valls de « parano » et de « théoricien du complot » ?

Vont-ils aller insulter Valeurs Actuelles et traiter l’ancien chef du renseignement français de « con » et « d’extrême-droite » ?

François ASSELINEAU

Aidez-nous ! Partagez :