70e anniversaire de la victoire de l’Armée rouge sur l’Allemagne nazie : Festival d’hypocrisie sur la scène politique française

Télécharger en PDF
Lecture : 3 min
Print Friendly, PDF & Email

Festival d’hypocrisie sur la scène politique française : Les dirigeants du FN, du FDG, de l’UMP, etc.. critiquent l’absence de François Hollande le 9 mai en Russie… mais ils se sont bien gardés d’y aller eux-mêmes !

Depuis quelques heures, les dirigeants du FN, du FDG, de DLF, et même certains de l’UMP, jouent les vertus outragées en s’indignant à qui-mieux-mieux de l’absence de François Hollande aux cérémonies du 9 mai 2015 à Moscou.

On ne saurait, certes, leur donner tort.

Cependant :

– d’une part ils omettent tous scrupuleusement d’expliquer pourquoi le Président de la République n’est pas allé en Russie. Ils font tous comme si cette décision, en effet scandaleuse, ne résultait que de la volonté du seul François Hollande. Ils taisent tous que c’est l’assujettissement de la France à l’UE, et de celle-ci aux États-Unis, qui est à l’origine de cette épidémie européiste de boycott de la Russie.

– d’autre part, tous ces donneurs de leçon ne sont pas allés eux-mêmes en Russie pour commémorer cette date ô combien symbolique. Ils ne sont donc pas plus courageux que François Hollande pour braver les interdits venus de Washington.

En particulier, on peut noter que Mme Le Pen, qui avait su trouver un billet d’avion il y a quelques semaines pour aller se faire adouber par le magazine Time et l’oligarchie financière aux États-Unis, n’a pas songé à demander un visa pour la Russie ce 9 mai.

Il est exact que le FN, fondé par un ancien disquaire admirateur des chants du IIIe Reich et qui a noué un partenariat étroit avec le mouvement néo-nazi ukrainien Svoboda, n’aurait sans doute pas reçu le même accueil que l’UPR auprès des autorités russes de Crimée.

Il est aussi à noter que les journalistes russes ont manifesté un vif intérêt à l’égard des analyses de l’UPR sur le FN. En particulier lorsque nous leur avons fait remarquer que la SARL LE PEN, qui se fait passer pour un parti pro-russe auprès des Russes, prend des positions qui plaisent aux Américains dans tous les domaines.

Mme Le Pen s’empresse de traverser l’Atlantique pour défiler sur les tapis rouges new-yorkais au premier coup de sifflet, refuse de sortir de l’UE, refuse d’expliquer aux Français le rôle joué par Washington dans la prétendue « construction européenne », refuse d’expliquer aux électeurs le contenu de l’article 50 du TUE, refuse de sortir de l’OTAN, promeut la théorie du Choc des civilisations et sert à associer la remise en cause de l’UE et de l’euro à une position d’extrême droite afin d’effrayer l’opinion publique.

Qu’est-ce que Washington peut souhaiter de plus ?

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Aidez-nous ! Partagez :