À propos de M. Dupont-Aignan et de Debout la République

Télécharger en PDF
Lecture : 3 min
Print Friendly, PDF & Email

En réponse à un internaute nous intérrogeant sur M. Dupont-Aignan et la possibilité d’un rapprochement avec l’UPR.

Tout le monde a bien compris ici, et depuis longtemps, qui est M. Dupont-Aignan :

a)- il n’est député de la 8e circonscription de l’Essonne que parce qu’il a appelé à voter « à titre personnel » pour Nicolas Sarkozy au 2ème tour de l’élection présidentielle de juin 2007.

=> Mesurez la différence : à l’époque, François Asselineau avait déjà créé l’UPR depuis 2 mois et demi et appelait à voter blanc.

b)- en échange de cet appel en faveur de M. Sarkozy, faisant suite à un « donnant-donnant » négocié avec M. Hortefeux, l’UMP a accepté de ne présenter aucun candidat contre M. Dupont-Aignan dans la 8e circonscription de l’Essonne. Ce qui a permis à ce dernier de conduire localement (et à l’insu des adhérents de DLR situés au loin) une campagne rigoureusement sarkozyste et « majorité présidentielle ».

=> Mesurez la différence : François Asselineau, quant à lui, a refusé de se représenter aux élections municipales parisiennes de 2008. Il a préféré ainsi perdre son mandat bien rémunéré de Conseiller de Paris plutôt que de se livrer à une contorsion électorale minable avec l’UMP.

c)- M. Dupont-Aignan s’est prononcé encore pour l’euro aux élections européennes de 2009.

=> Mesurez la différence : à l’époque, François Asselineau avait déjà créé l’UPR depuis 2 ans.

d)- M. Dupont-Aignan a noué une alliance en 2010 avec le CNI, parti ultra-droitier, européiste et ultra-anti-gaulliste, pour les élections régionales. Sa campagne électorale ultra-droitière a consisté notamment à réclamer l’installation de plus de caméras de surveillance et de policiers, à dénoncer les Socialistes et les Verts de l’Île de France, à exiger la fin du harcèlement contre « les automobilistes ». C’est parfaitement son droit de mener ce type de campagne populiste ; mais seuls des candides ou des militants aveuglés par leur passion peuvent croire que c’est avec de pareilles positions que M. Dupont-Aignan pourrait rassembler à gauche.

=> Mesurez la différence : bien que nous comptions de nombreux adhérents de sensibilité de droite, une majorité des adhérents de l’UPR sont désormais de sensibilité de gauche.

e)- M. Dupont-Aignan se prononce toujours pour l’Europe en 2011.
Il refuse absolument d’en sortir. Et il refuse bien entendu d’expliquer que ce sont les USA qui sont les inventeurs et les promoteurs de cette opération. Les analyses géopolitiques de M. Dupont-Aignan sont donc égales à zéro. Il entretient le mythe, imposé par Washington, qui veut faire croire que l’Europe serait une formidable invention française.

=> Mesurez la différence : le public qui assiste aux conférences de François Asselineau – et notamment « Qui gouverne la France et l’Europe ? » – n’a pas besoin qu’on lui fasse de dessins sur la différence d’analyse et de hauteur de vue entre l’UPR et DLR.

f)- M. Dupont-Aignan ne bénéficie d’une ouverture médiatique que pour 2 raisons : d’une part parce qu’il plagie les idées de François Asselineau et de l’UPR, d’autre part parce qu’il les dénature, en les ridiculisant par son incompétence, et en les décrédibilisant par des solutions idiotes, illégales ou impraticables, qui n’ont absolument rien à voir avec celles de l’UPR.

=> Mesurez la différence : si les grands médias donnent la parole à M. Dupont-Aignan et la refusent à François Asselineau, ce n’est pas par hasard.

M. Dupont-Aignan aime revendiquer l’héritage du général de Gaulle comme sa propriété exclusive. Aux élections de 2007, il s’était ainsi auto-proclamé « LE candidat gaulliste ».

=> Mesurez la différence : François Asselineau et l’UPR ne revendiquent nullement l’étiquette de « gaulliste ». Nous n’aimons pas les captations d’héritage.

Et pourtant, tout observateur lucide, et notamment lucide sur les manœuvres américaines dans la politique française, ne peut être frappé que par une parfaite similitude : M. Dupont-Aignan est à François Asselineau ce que le Général Giraud fut à Charles de Gaulle.

Si vous ne savez pas quelle était la différence, nous vous suggérons de lire les Mémoires de Guerre.

Aidez-nous ! Partagez :