ANALYSE D’UN SCANDALE MÉDIATIQUE ET DÉMOCRATIQUE La censure totale par les grands médias de notre manifestation parisienne du 1er mai 2018.

Télécharger en PDF
Lecture : 6 min

 

 

LA GRANDE MANIFESTATION DU 1er MAI 2018 DE L’UPR TOTALEMENT CENSURÉE PAR LES GRANDS MÉDIAS

Selon un décompte minutieux réalisé à partir d’une vidéo, la manifestation du 1er mai 2018 de l’UPR à Paris a rassemblé 3450 participants, soit 3 fois plus que le nombre de « casseurs » du défilé syndical.

Pourtant, TOUS LES MÉDIAS DU PAYS ONT GARDÉ LE SILENCE LE PLUS TOTAL SUR NOTRE MANIFESTATION (à part 30 secondes sur BFMTV, donnant une grave sous-estimation du nombre de nos manifestants).


Décidément, l’UPR ne fait pas comme les autres partis politiques puisque la première estimation que nous avons donnée de la participation à notre manifestation (environ 3 000) doit être révisée… à la hausse !

Rappels :

– 14 h : BFM-TV estime à 1 500 le nombre de nos manifestants rassemblés place de la République à 14 h, soit une demi-heure avant que la manifestation ne démarre et alors que des groupes continuaient d’arriver !

– 16 h 30 : du haut du char où il prononce son discours final, François Asselineau estime entre 2 500 et 3 000 le nombre de nos manifestants.

– 17 h : la préfecture de police estime à 2 000 le nombre de manifestants de l’UPR.

– en fin de soirée : nous diffusons un communiqué assorti d’une petite vidéo estimant ce nombre à « environ 3000 ».

– Aujourd’hui : un décompte minutieux des manifestants, réalisé par l’un de nos adhérents à partir de l’examen au ralenti d’une vidéo présentant de façon exhaustive l’ensemble du cortège, aboutit à la conclusion qu’il y a eu environ 3 453 manifestants.

 

 

Ce comptage des manifestants a été effectué sur la base de cette vidéo du cortège, filmée à un passage piéton rue Beaubourg, qui donne un très bon point de repère : https://www.youtube.com/watch?v=jFy7FdValiY

Détail du comptage : ( début comptage -> fin comptage ; total période ; note de comptage)
0′ 00 » -> 0′ 47 » ; 40 personnes
0′ 47″ -> 1′ 00 » ; 46 personnes
1′ 00 » -> 2′ 02″ ; 950 personnes (sur la base de 46 personnes toutes les 3 secondes)
2′ 02 » -> 3′ 01 » ; 20 personnes
3′ 01 » -> 3′ 20 » ; 52 personnes
3′ 20 » -> 3′ 42 » ; 40 personnes
3′ 42 » -> 4′ 40 » ; 734 personnes (sur la base de 38 personnes toutes les 3 secondes)
4′ 54 » -> 6′ 33 » ; 942 personnes (avec un trou de 14 secondes sans manifestant puis sur la base de 28 personnes toutes les 3 secondes)
6′ 33 » -> 8′ 04 » ; 629 personnes (sur la base de 17personnes toutes les 3 secondes, avec 20 s de défilé non filmé en restant compté).

Total estimé : 3 453 personnes

LA CENSURE FÉROCE DE L’UPR

Le défilé syndical du 1er mai (réalisé sur un autre parcours que le nôtre), perturbé par de violents heurts, a rassemblé 55 000 personnes à Paris, selon les chiffres communiqués par la CGT (contre 80 000 l’année dernière), et 20 000 personnes selon la police [ source : http://www.leparisien.fr/…/suivez-en-direct-les-manifestati… ]

Si l’on postule que le nombre annoncé par la police pour cette manifestation (10 fois supérieur à celui annoncé par l’UPR) doit faire l’objet du même correctif que le nôtre, on peut estimer que le nombre de personnes rassemblées dans le défilé syndical était de l’ordre de 34 à 35 000, dont 1 200 « casseurs » et « black blocs ».

Les adhérents et sympathisants de l’UPR noteront ainsi :

a) que l’UPR a rassemblé un nombre de manifestants égal à 10 % de ceux du défilé syndical et près de 3 fois plus nombreux que les mystérieux « casseurs »;

b) qu’à part une misérable trentaine de secondes accordée par BFM-TV à notre manifestation (annonçant un nombre d’ailleurs inférieur de 57 % à la réalité), les grands médias français ont accordé 0 % à la manifestation parisienne de l’UPR et 100 % à la manifestation syndicale et à ses « casseurs »;

c) que l’UPR a réussi cet exploit d’organiser, pour la première fois depuis 61 ans, une manifestation de masse pour réclamer que la France sorte de la construction européenne en révoquant tous les traités européens depuis le traité de Rome du 25 mars 1957.

Rappelons qu’aucun autre parti politique (à part peut-être France insoumise) n’a fait défiler autant de manifestants à Paris sous sa propre bannière à l’occasion de ce 1er mai.

Force est ainsi de constater que cet événement historique a été purement et simplement censuré par tous les grands médias du pays.

De telle sorte que seuls les Français consultant Internet et les réseaux sociaux en ont eu connaissance.

Nous avions pourtant dûment prévenu tous les grands médias par un communiqué de presse plusieurs jours auparavant et par une relance téléphonique personnalisée la veille ou le matin même.

 

CONCLUSION : NE LAISSONS PAS LA DICTATURE S’INSTALLER !

Nous saisissons aujourd’hui même le Conseil supérieur de l’audiovisuel, l’ensemble des directions des chaînes de radio et de télévision pour dénoncer cette censure inouïe et demander une nouvelle fois qu’il y soit porté remède.

Nous demandons également une audience au directeur général de l’Agence France Presse, qui n’a consacré aucune dépêche à l’existence même de notre manifestation.

Nous appelons tous les adhérents et sympathisants de l’UPR à relayer au maximum la présente analyse sur tous les réseaux sociaux, à tous leurs amis et connaissances, et à faire part poliment mais fermement de leur indignation à tous les médias.

Nous appelons tous les journalistes qui entendent continuer à faire leur métier, tous les artistes, acteurs de théâtre ou de cinéma, musiciens, essayistes, romanciers, philosophes, responsables d’associations de défense des droits de l’homme et des libertés publiques, à mettre à profit les ouvertures médiatiques dont ils peuvent bénéficier pour faire part de leur indignation face au sort réservé en France à l’UPR.

Ceux qui ne bougent pas pour l’UPR aujourd’hui seront responsables devant leurs enfants et petits-enfants de ce que sera devenue la France dans vingt ans.

3 mai 2018

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

François Asselineau, Président de l’Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Aidez-nous ! Partagez :