COMMUNIQUÉ (19 juillet 2017-11h00) = À l’occasion de la démission du chef d’état-major des armées, l’UPR salue l’honneur, la compétence et l’intégrité du général de Villiers et rappelle à Macron que « la Roche tarpéienne est proche du Capitole ».

Télécharger en PDF
Lecture : 3 min
Aidez-nous ! Partagez :


Dans un communiqué rendu public ce mercredi 19 juillet 2017, le chef d’état-major des armées et général d’armée Pierre de Villiers déclare « ne plus être en mesure », « dans les circonstances actuelles », « d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel [il croit] pour garantir la protection de la France et des Français ».

Cette démission intervient à l’issue d’un conflit majeur entre Emmanuel Macron et le chef d’état-major des armées au sujet des choix budgétaires imposés par le maître de l’Élysée, qui a transformé au passage en Arlésienne son ministre fantoche des armées.

L’UPR tient à saluer l’honneur, l’intégrité, la compétence et le courage de ce très grand soldat qu’est le général d’armée Pierre de Villiers, et lui apporte son soutien plein et entier.

L’UPR rappelle que – contrairement à ce qu’a affirmé Macron mensongèrement – le chef d’état-major des armées n’a jamais fait part publiquement de ses critiques contre les choix budgétaires frappant pour la énième fois son ministère. C’est dans l’enceinte du huis clos de la Commission de Défense de l’Assemblée nationale qu’il s’était exprimé – comme il en avait le devoir – pour répondre aux questions posées par les parlementaires dont le rôle est précisément de contrôler l’exécutif.

L’UPR souligne que ces choix budgétaires :

  • sont immoraux car contraires aux promesses électorales de Macron et aux engagements les plus solennels qu’il avait réitérées au général de Villiers en le maintenant à la tête des armées.
  • sont scandaleux car ils menacent très gravement la sécurité de nos soldats et le fonctionnement même des armées françaises, plongées dans une misère grandissante depuis une vingtaine d’années.
  • sont stupides car ils n’empêcheront pas la France de rester encore et toujours en-dessous des objectifs de réduction des déficits publics.

 

Ce n’est pas l’armée française qu’il faut détruire, c’est l’euro qu’il faut quitter.

 

Survenant après la démission de quatre ministres en deux mois, la démission du chef d’état-major des armées – sans précédent dans l’histoire de la Ve République – marque un tournant dans ce quinquennat funeste et déjà épuisé.

Depuis qu’il a pris ses fonctions à l’Élysée, – et contrairement à ce que veulent faire croire certains grands médias – Macron rate et salit tout ce qu’il touche. Chaque jour qui passe apporte un nouveau témoignage de ses mensonges incessants, de ses choix impulsifs et malheureux, de son irresponsabilité, de son immaturité et de son narcissisme maladif, qui le conduisent, tel un enfant gâté, à vouloir n’écouter que lui et à s’emparer de tous les leviers de commandement.

Ce n’est pas « Jupiter » que nous avons à l’Élysée mais Néron.

Et l’UPR rappelle à Macron-Néron que, comme l’enseigne le célèbre adage romain, « La Roche tarpéienne est proche du Capitole ».