Communiqué de presse | Passe vaccinal : Asselineau appelle à la motion de censure

Télécharger en PDF
Lecture : 3 min

François Asselineau appelle les Français à demander aux parlementaires de déposer une motion de censure contre le gouvernement qui va présenter à l’Assemblée nationale son projet de loi sur le “passeport vaccinal” en catimini, entre Noël et le jour de l’an, pour une mise en application début janvier 2022 (revoir à ce propos l’intervention de François Asselineau sur CNEWS et sur YouTube).

Conformément à l’article 49 alinéa 2 de la Constitution, il suffit que 58 députés déposent une motion de censure pour provoquer un vote. Cela doit être aisé à obtenir dans la mesure où 223 députés sont soit dans l’opposition soit “non inscrits”. 

Ce projet, qui repose sur des justifications très fragiles, éloignées de tout raisonnement scientifique et sanitaire étayé, va à l’encontre de toutes les promesses du gouvernement et représente un recul considérable des libertés publiques. 

François Asselineau insiste sur le fait que c’est juridiquement, et donc au niveau du Parlement, qu’il faut contraindre l’exécutif, dans la mesure où MM. Macron et Castex ont méprisé jusqu’à présent toutes les manifestations contre le “passeport sanitaire”. 

L’opposition parlementaire dispose de nombreux outils qu’il faut la forcer à employer : motion de censure, dépôt d’amendements en masse, examen approfondi à l’occasion des navettes entre les chambres, saisine du Conseil constitutionnel.

Si d’ailleurs, l’opposition parlementaire – RN, PCF et LFI en tête – avait initié une procédure de destitution contre M. Macron comme elle en a le pouvoir en application de l’article 68 de la Constitution, en s’appuyant sur notre dossier publié il y a plus de 3 ans, l’exécutif aurait été très affaibli dans ses projets de remise en cause des droits fondamentaux de nos concitoyens.

François Asselineau appelle les Français à l’union nationale autour de cette demande de motion de censure. Il insiste sur le fait que cette union nationale ne doit pas s’organiser autour de personnalités politiques en particulier mais, au contraire, rassembler les Français par delà leurs divisions, dans l’objectif concret de faire pression – poliment mais fermement – sur le Parlement.

Toute récupération politicienne en la matière ne peut que conduire à l’affaiblissement du vaste mouvement d’opinion, majoritaire dans la population, d’opposition au passe vaccinal. Bien que cela n’ait pas nécessairement valeur statistique, le sondage en ligne “Orange actu” montre, en effet, que 81% des quelques 85 000 votants rassemblés en 2 jours sont opposés au passe vaccinal.