== De nouveaux dindons de la farce macroniste == APRÈS AVOIR PLÉBISCITÉ MACRON LORS DES ÉLECTIONS, LES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER SONT LES PREMIÈRES VICTIMES DES RÉDUCTIONS BUDGÉTAIRES !

Télécharger en PDF
Lecture : 7 min
Print Friendly, PDF & Email

 

1°) Les Français de l’étranger ont plébiscité Macron et les candidats de « En Marche » lors des élections présidentielle et législatives

Ce printemps, les Français de l’étranger ont offert un véritable plébiscite à Macron (avec des taux de participation particulièrement faibles, il est vrai). Ils ont voté pour lui à 40 % lors du premier tour de l’élection présidentielle et à 93 % ( 92,52 % exactement ) lors du second tour. Sur 146 pays où des Français pouvaient voter, 145 ont voté majoritairement pour le candidat d’« En marche », seuls les 16 Français ayant voté en Syrie ont voté majoritairement pour Mme Le Pen. Source : Le Monde.fr du 10 mai 2017.

 

Rebelote pour les législatives.

Au 1er tour des élections des députés des Français de l’étranger, les candidats de LREM sont arrivés en tête dans 10 des 11 circonscriptions en jeu, et ont même franchi même la barre des 50 % dans 8 d’entre elles. Un second tour a toutefois été partout nécessaire, les candidats arrivés en tête n’ayant pas atteint le seuil de 25 % des électeurs inscrits, du fait de la très faible participation (19,1 %).  Source : Le Point du 8 juin 2017.


Au 2e tour, LREM a remporté 8 des 11 circonscriptions des Français de l’étranger, avec des scores compris entre 60 et 80 % des suffrages. Source : France Info du 18 juin 2017

 

2°) Les Français de l’étranger sont parmi les plus pénalisés des réductions budgétaires décidées par Macron.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’enthousiasme des Français de l’étranger – du moins de ceux qui sont allés voter – n’est pas récompensé. Macron a en effet décidé de frapper vite et fort contre les Français de l’étranger qui vont être parmi les premières victimes des coupes budgétaires décidées par le nouveau gouvernement.

Le gouvernement a en effet décidé :

a)- d’annuler plus de 165 millions d’euros de crédits de paiement inscrits à la mission “action extérieure de l’État du ministère « de l’Europe et des Affaires étrangères » dont dépendent les Français de l’étranger. Le décret est paru au Journal Officiel du 21 juillet.

b) – d’annuler aussi quelque 163 millions d’euros d’autorisations d’engagements (qui correspondent à l’engagement juridique des dépenses).

Les conséquences de ces coupes à la hache vont être très vivement ressenties car la mission “action extérieure de l’État” se subdivise en trois postes de dépenses appelés “programmes”:

  • “action de la France en Europe et dans le monde”,
  • “diplomatie culturelle et d’influence”,
  • “Français de l’étranger et affaires consulaires”.

95 millions d’euros de crédits de paiement (qui correspondent au paiement des dépenses engagées) ont été annulés pour la première mission, et respectivement 60 millions et 10 millions pour les deux autres.

Ces missions couvrent des domaines variés comme :

  • le financement du réseau des Alliances françaises et instituts culturels français à l’étranger, en charge de l’enseignement du français à travers le monde,
  • les subventions de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (ou AEFE, gestionnaire du réseau d’établissements français à l’étranger),
  • et le fonctionnement des ambassades et des consulats.

En bref, les coupes budgétaires décidées par Macron – qui sont tout à fait marginales par rapport au budget de l’État mais d’une ampleur considérable pour le petit budget du ministère des Affaires étrangères -, vont lourdement désorganiser l’enseignement de la langue française dans le monde et les services fournis aux Français de l’étranger.

Ces baisses sont d’ailleurs dénoncées par plusieurs représentants des Français de l’étranger. Le sénateur socialiste Jean-Yves Leconte vient de déclarer que l’action extérieure de l’État et les Français de l’étranger sont « les grands sacrifiés du nouveau monde » et souligne que les Affaires étrangères représentent – avec les Armées et la sécurité – « les annulations de crédits les plus importantes proportionnellement aux budgets votés ».

Il s’inquiète des répercussions de ces coupes sur les bourses scolaires dans les pays où les établissements sont gérés par l’AEFE et de l’impact sur le réseau consulaire, notamment sur le sol américain où plusieurs recrutés locaux lui ont déjà fait part de leur mécontentement face à leurs salaires.

 

Conclusion : les nouveaux députés LREM des Français de l’étranger ont fait un bras d’honneur à leurs électeurs…

Ce cocufiage en règle des électeurs de Macron s’orne d’une cerise sur le gâteau : les 8 députés LREM nouvellement élus par les Français de l’étranger – avec les scores mirobolants que l’on a vus supra – n’ont pas levé le petit doigt pour défendre l’intérêt de leurs électeurs.

Olivier Piton, délégué des Républicains pour les États-Unis s’en indigne en ces termes sur le site de French Morning, le site des Français expatriés aux États-Unis : « Pendant la précédente législature, les cinq députés des Français de l’étranger (de l’opposition) avaient su se faire entendre. Là, aucun député LREM des Français établis hors de France n’est intervenu pour dénoncer ces annulations de crédits et défendre nos compatriotes qui vont subir de plein fouet ces coupes sombres.»

Sur la foi des grands médias nationaux et internationaux, les Français de l’étranger (dont une grande majorité s’est quand même abstenue lors des législatives) ont pu croire à un « renouveau de la politique française ». Comme les Français vivant en France, ils sont en train de découvrir avec stupeur et colère le caractère sournois, dissimulé, menteur et faussement affable du personnage Macron.

Comme les militaires, comme les élus locaux, comme les étudiants, comme les catégories modestes, les Français de l’étranger rejoignent la grande cohorte des dindons de la farce macroniste.

FA
30 juillet 2017

 

Aidez-nous ! Partagez :