Le Front National sort une 15ème version de sa position sur la « Construction européenne »

Télécharger en PDF
Lecture : 5 min
Aidez-nous ! Partagez :

LE FN VEUT BÂTIR UN PARTI EUROSCEPTIQUE PANEUROPÉEN

Le FN sort une 15ème version de sa position sur la « Construction européenne » : il veut désormais bâtir un parti eurosceptique… paneuropéen !

Dans un dossier publié le 20 septembre dernier et intitulé « le FN ne propose pas réellement de faire sortir la France de l’Union européenne, ni même de l’euro », l’UPR a répertorié pas moins de 14 positions contradictoires tenues par des dirigeants du parti d’extrême droite sur la « construction européenne ».

Toutes avaient en commun, cependant, de proposer une renégociation des traités européens, sans jamais proposer d’en sortir unilatéralement, par application de l’article 50 du Traité de l’Union européenne (TUE).

Or Mme Le Pen vient d’inventer une nouvelle et 15ème variante, particulièrement confuse, en se prononçant pour la création d’une alliance paneuropéenne d’eurosceptiques.

Son conseiller Aymeric Chauprade a précisé que ce projet de nouvelle formation politique faisait actuellement l’objet d’une procédure d’approbation par le Parlement européen, qu’elle bénéficierait de financements des institutions européennes et qu’elle serait orientée vers « le soutien d’un monde multipolaire et de bonnes relations avec la Russie ».

Loin de vouloir clarifier leurs contradictions et leurs incohérences, les dirigeants du FN continuent donc à les cultiver vicieusement. Examinons cela.

  • 1°) – Comment le FN peut-il prétendre combattre la « construction européenne » et se présenter, dans le même temps, comme « paneuropéen », donc favorable au principe de cette même « construction européenne » ?

C’est bien le principe même de l’unification européenne, dans quelque forme que ce soit, que l’UPR, pour sa part, analyse et condamne.

  • 2°) – Comment le FN compte-t-il faire croire aux Français que son alliance paneuropéenne combattra l’Union européenne alors qu’elle en vivra financièrement ?

Solliciter la reconnaissance et le financement du Parlement  européen revient, d’ailleurs, à lui reconnaître une légitimité, ce qui ne gêne nullement Aymeric Chauprade.

L’UPR, elle, ne sollicite aucun financement ni aucune reconnaissance auprès des institutions européennes, auxquelles elle ne reconnait aucune légitimité. Les convictions et propositions de l’UPR ne s’arrêtent pas au portefeuille.

  • 3°) – Comment Aymeric Chauprade peut-il affirmer sérieusement vouloir concomitamment bâtir une alliance paneuropéenne financée par l’UE et entretenir de bonnes relations avec la Russie, alors que la « construction européenne » a justement été conçue pour refouler la Russie au plus profond de sa sphère d’influence historique ?

Le prétendu géopoliticien qui conseille Mme Le Pen devrait commencer par comprendre que de nombreux autres pays et peuples de l’Union européenne, et notamment ceux d’Europe de l’est, sont viscéralement hostiles à la Russie.

C’est ce qu’a encore prouvé à satiété les réactions des pays de l’est au conflit ukrainien ou les sommations envoyées régulièrement par Bruxelles à la Serbie (voir ici ou encore ici) ?

L’UPR, à la différence du FN, explique que la politique agressive de l’Union européenne vis-à-vis de ses voisins est la conséquence inévitable du principe impérialiste de « construction européenne ».

Aymeric Chauprade, arborent désormais sans vergogne leurs écharpes aux couleurs de l'UE

Lors des manifestations, les élus du FN au Parlement européen, à commencer par Aymeric Chauprade, arborent désormais sans vergogne leurs écharpes aux couleurs de l’UE. De telle sorte que l’on voit presque plus de drapeaux de l’UE que de drapeaux français dans les manifestations du FN. Le moins que l’on puisse dire, c’est donc que les élus du FN ne sont pas regardants, ni sur les symboles européistes, ni sur les financements européistes.

Aymeric Chauprade  écharpe aux couleurs de l'UE

  • 4°) – Comment le FN peut-il prétendre vouloir rendre à la France sa souveraineté et son indépendance et souscrire au principe même du « monde multipolaire » ?

Le « monde multipolaire » que revendique Aymeric Chauprade n’est qu’une expression édulcorée et codée pour désigner la logique d’apartheid planétaire et de « choc des civilisations », imposée par Washington à ses vassaux européens.

Cette logique racialiste, à laquelle souscrivent les dirigeants du FN en parfaite osmose avec les néo-conservateurs américains, est à l’origine de conflits de plus en plus fréquents et graves entre le prétendu « pôle » euro-atlantiste » et les prétendus « pôle » arabo-musulman et « pôle » orthodoxe.

CONCLUSION

Les Français – et les autorités russes que le FN semble courtiser -, ne doivent pas se laisser abuser par l’imposture du parti d’extrême droite qui, loin de combattre la « construction européenne » et l’OTAN en est la meilleure roue de secours.