Qui se cachait derrière les attentats terroristes en Italie pendant les « années de plomb » ?

Télécharger en PDF
Lecture : 6 min

attentat a bologne par les brigade rouge gladio

Une page d’histoire à ne pas oublier.

Alors que plusieurs pays d’Europe occidentale sont victimes d’attentats terroristes revendiqués par « Daesh », de nombreux responsables politiques y trouvent des raisons :

– de restreindre encore plus les libertés publiques (prolongation de l’état d’urgence par François Hollande),

– d’apprendre aux jeunes à « s’apprêter à vivre avec le terrorisme » (Manuel Valls)

– de créer des « camps de rétention préventifs » ( c’est à dire des « camps de concentration » selon le vocabulaire des années 30) (Laurent Wauquiez)

– « d’armer les soldats de lance-roquettes » (Henri Guaino)

– « d’instaurer l’état de siège » ( Frédéric Lefebvre – même référence)

– de « faire sauter l’Etat de droit » (Jacques Bompard et Eric Ciotti)

– de passer outre la Constitution de la Vème République (David Douillet : même référence).

– de considérer l’état de droit comme « des arguties juridiques » dont il faut s’affranchir (Nicolas Sarkozy)

– et de renchérir dans le « choc des civilisations » théorisée par les « think-tanks » américains.

————————

Bien entendu, tous les attentats commis sont des crimes absolus et doivent être châtiés par la justice avec la plus grande fermeté.

De même que tous les réseaux de trafic d’armes et de financements occultes doivent être démantelés.

De même que la France doit interdire immédiatement toute ingérence étrangère dans certains endroits de son territoire, comme le font ouvertement :

– les États-Unis : http://www.legrandsoir.info/l-offensive-americaine-sur-les-…

– ou le Qatar : http://www.marianne.net/Le-Qatar-a-l-assaut-de-la-France-et… )

De même que la France doit retirer tous ses soldats des théâtres de guerre où elle se rend co-responsable de la mort de milliers de civils (Libye, Syrie,…)

—————————-

Au-delà de ces propositions de mesures d’urgence qu’elle formule, et conformément à son éthique, l’UPR appelle toutes celles et tous ceux qui lui font confiance à ne pas se laisser aller aux réactions irréfléchies et émotionnelles (même si les attentats commis sont plus abominables les uns que les autres) mais à garder leur sang-froid et à s’interroger sur deux points essentiels :

1) à qui tous ces crimes profitent-ils, au bout du compte ?

2) qu’est-ce que l’histoire nous enseigne sur les vagues d’attentats ayant eu lieu en Europe depuis les années 50 ?

—————————————-

Il ne faut jamais oublier, en effet, ce que nous enseigne l’Histoire.

À cet égard, nous conseillons à nos lecteurs :

=> Une vidéo à voir :

=> Un article et un ouvrage à lire : L’étude scientifique de l’historien Daniele Ganser intitulée « Les armées secrètes de l’OTAN – Réseaux Stay Behind, Gladio et terrorisme en Europe de l’Ouest », parue en 2007 en français.

Dans cet ouvrage brillamment rédigé, Ganser montre que, de la fin de la Seconde Guerre mondiale à 1990, existaient dans les pays membres de l’OTAN, à côté des troupes ordinaires de l’Alliance, des armées secrètes de l’OTAN (nommées aussi Stay-Behind ou Gladio) qui avaient été mises en place par la CIA et le MI6 britannique.

Ces armées secrètes de l’OTAN étaient commandées et coordonnées par un bureau de la sécurité secret au sein du quartier général de l’OTAN à Bruxelles. Selon l’ex-président américain Richard Nixon, l’OTAN elle-même était soumise au Pentagone.

Ces armées secrètes pilotées par l’OTAN et la CIA n’ont pas hésité à faire commettre des attentats terriblement meurtriers pour terroriser les populations, dans le cadre de la « stratégie de la tension »…

Suite sur le site du Comité Valmy : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article408

Commentaires

L’Histoire nous enseigne, comme pour l’attentat de la gare de Bologne (1980), que les revendications et les coupables, trop rapidement annoncés dans les grands médias, n’étaient pas les bons.

Dans ce type d’enquête, toutes les hypothèses doivent être envisagées y compris celle dite de la « stratégie de la tension ». Dans l’exemple italien, il s’agissait pour une partie de l’appareil d’État, soutenue par l’OTAN et la CIA, de dresser la population contre le « péril rouge », les communistes.

Il ne s’agit pas de « complotisme » mais d’une vérité historique.

Aujourd’hui, on ne parle plus de « péril rouge », mais de « danger islamique ». Et l’on profite de l’émotion légitime provoquée par les attentats pour saper les libertés publiques, entretenir les populations dans une atmosphère d’angoisse, et empêcher tout débat sur les centaines de milliers de morts civils commis par l’OTAN et les forces armées américaines, françaises, britanniques, etc. au Moyen-Orient.

Comme je l’ai indiqué dans ma dernière vidéo d’actualité, les sources les plus fiables révèlent pourtant que la prétendue « lutte contre le terrorisme » a provoqué plus de 1,3 MILLION DE MORTS CIVILS au Moyen-Orient depuis 10 ans.

[ Sources (entre autres) :

http://www.lesoir.be/…/13-million-morts-vrai-bilan-guerre-c…
et
http://www.itele.fr/…/13-million-de-civils-seraient-morts-d… ]

Les Français doivent méditer le fait que les peuples d’Irak, de Libye, de Syrie, ne nous avaient strictement rien fait avant que les pays de l’OTAN commencent à aller les bombarder – prétendument en rétorsion des attentats du 11 septembre aux États-Unis -, mais bien plus fondamentalement pour permettre aux grandes compagnies pétrolières et financières occidentales de s’approprier leurs richesses.

Conclusion

L’Histoire doit donc nous inviter à une grande prudence face aux événements dramatiques que traversent la France et plusieurs autres pays d’Europe.

Avant de tirer des conclusions hâtives, les Français doivent s’interroger sur qui est derrière les terroristes.

Qui les finance ? Qui les arme ? Qui les manipule ?
Qui les conditionne et les drogue ?
Ne sont-ils pas des « idiots utiles » qui servent des intérêts supérieurs qui les dépassent ?

Aidez-nous ! Partagez :