Pour la 40e fois depuis les européennes de 1984, le FN assure la victoire de ceux qu’il prétend combattre

Télécharger en PDF
Lecture : 8 min
Print Friendly, PDF & Email

Pour la 40e fois depuis les européennes de 1984, le FN assure la victoire de ceux qu’il prétend combattre. L’oligarchie euro-atlantiste savoure pour la 40e fois son stratagème diabolique.

Le tsunami médiatique en faveur du FN avant le 1er tour vient comme d’habitude d’accoucher d’une souris au second tour, après une déferlante médiatique – en sens contraire d’avant le premier tour -, en faveur du « front républicain ».

Les instituts de sondage et les grands médias du pays avaient assuré que le FN devait pouvoir gagner 4, 5, voire 6 et même 7 régions ? Il n’en gagne aucune, comme d’habitude.

Comme à chaque fois, l’antipathie que suscite le FN chez quelque 85% des électeurs français – donnée invariante depuis 43 ans – a provoqué une mobilisation anti-FN au second tour. Mobilisation ardemment entretenue par les mêmes médias qui avaient mobilisé implicitement en faveur du FN avant le premier tour… (Faut-il rappeler que France 2 a dû annuler le 5e passage de Mme Le Pen à « Des paroles et des actes » devant l’indignation générale que cette faveur sans précédent souleva à travers le pays ?)

Que cette mobilisation de second tour anti-FN en réjouisse beaucoup, ou qu’elle en désespère d’autres, finalement peu importe : le fait est qu’elle existe et qu’elle constitue un fait politique d’une extrême importance.

Ceux qui refusent de la voir s’interdisent de comprendre pourquoi la société française est bloquée et pourquoi la France s’enfonce dans le désastre.

Comme ce fut le cas après
1. les européennes de juin 1984,
2. les cantonales de mars 1985,
3. les législatives de mars 1986,
4. les régionales de mars 1986,
5. la présidentielle d’avril-mai 1988,
6. les législatives de juin 1988,
7. les cantonales de septembre-octobre 1988,
8. les municipales de mars 1989,
9. les européennes de juin 1989,
10. les cantonales de mars 1992,
11. les régionales de mars 1992,
12. les législatives de mars 1993,
13. les cantonales de mars 1994,
14. les européennes de juin 1994,
15. la présidentielle d’avril-mai 1995,
16. les municipales de juin 1995,
17. les législatives de mai 1997,
18. les cantonales de mars 1998,
19. les régionales de mars 1998,
20. les européennes de juin 1999,
21. les municipales de mars 2001,
22. les cantonales de mars 2001,
23. la présidentielle d’avril-mai 2002,
24. les législatives de juin 2002,
25. les cantonales de mars 2004,
26. les régionales de mars 2004,
27. les européennes de juin 2004,
28. la présidentielle d’avril-mai 2007,
29. les législatives de juin 2007,
30. les municipales de mars 2008,
31. les cantonales de mars 2008,
32. les européennes de juin 2009,
33. les régionales de mars 2010,
34. les cantonales de mars 2011,
35. la présidentielle d’avril-mai 2012,
36. les législatives de juin 2012,
37. les municipales de mars 2014,
38. les européennes de juin 2014
39. et les départementales de mars 2015,
40. ces élections régionales de décembre 2015 se soldent donc par un échec cinglant du FN.

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que la grande majorité des électeurs du FN, comme à l’issue des 39 échecs précédents survenus en 31 ans, vont dès demain assurer que « si ce n’est pas cette fois-ci, la prochaine fois sera la bonne ».

En d’autres termes, totalement incapables de comprendre que le FN ne peut pas dépasser un « plafond de verre » qui lui aliène irrémédiablement et définitivement environ 85% du corps électoral français, les électeurs du FN vont dès demain reporter leurs espoirs sur l’élection présidentielle d’avril-mai 2017, en croyant dur comme fer que Mme Le Pen pourrait y être élue.

Ces électeurs dupés, qui ne voient pas le traquenard dans lequel ils tombent, sont les victimes d’une manipulation machiavélique qui fonctionne de façon fascinante à chaque élection depuis un tiers de siècle.

Cette manipulation est simple : sitôt passé le 2e tour, et comme d’habitude, les grands médias de l’oligarchie vont immédiatement ré-« hameçonner » les électeurs du FN, en les confortant dans une double et fausse croyance, à savoir :

=> a)- 1ère fausse croyance : que le FN serait la seule force politique de vraie opposition au système.

Nos lecteurs savent bien que c’est archi-faux, et que le FN ne propose ni de sortir de l’UE, ni de sortir de l’euro ni de sortir de l’OTAN. Mais le gros de l’électorat frontiste ne le comprend pas et croit sincèrement que le FN s’oppose au système. Tout comme les électeurs grecs de Syriza pensaient que Tsipras était le seul vrai opposant au système…

Naturellement, le maintien de cette croyance nécessite que les grands médias gardent le silence le plus total sur l’UPR. C’est ce qu’ils font.

=> b)- 2e fausse croyance : entretenir l’idée que « si ce n’est pas cette fois-ci, la prochaine fois sera la bonne ».

On peut ainsi prévoir, sans grand risque de se tromper que, dans les semaines et les mois qui viennent, les mêmes journaux, radios et magazines qui ont ameuté les électeurs en faveur du « front républicain » contre le FN dans cet entre-deux tours, vont de nouveau diffuser des sondages mirobolants donnant Mme Le Pen à 25, 28 ou même 30% au 1er tour de l’élection présidentielle.

Les médias vont ainsi, si l’on peut dire, « réamorcer la pompe de la crédulité ».

Bien entendu, ils se garderont de diffuser les sondages indiquant que, face à Mme Le Pen présente au 2e tour, n’importe quel rond-de-cuir de LR-PS, sélectionné en fonction de sa docilité devant Washington, sera élu avec 75% des suffrages.

Conclusion

L’objectif de l’oligarchie euro-atlantiste est toujours le même depuis 31 ans, lorsqu’elle a décidé d’ultra-médiatiser le FN : elle « média-bolise » le FN pour NEUTRALISER 13 à 15% de l’électorat dans une voie sans issue et pour salir au passage toute idée de souveraineté nationale.

(Pour découvrir comment le FN a été « créée médiatiquement » par François Mitterrand, Michel Charasse et d’autres en 1984, il faut lire cela : http://michel.delord.free.fr/maindroite.pdf )

Le 2e tour de ces élections régionales confirme pour la 40e fois que le Front National est décidément bien la Force Neutralisante (FN) qui bloque la société française depuis 31 ans.

Il y a bien longtemps que les traîtres au peuple français de l’UMP et du PS auraient été chassés du pouvoir si les électeurs avaient une autre alternative que la SARL LE PEN, où l’incompétence et les réflexes xénophobes et racistes le disputent aux mensonges programmatiques et à une soumission non moindre à Washington que celle qui règne à LR-PS.

Ce stratagème affreux garantit aux collabos américains de LR-PS de se maintenir dans les palais nationaux, d’où ils consentent, année après année, à laisser le pays de Philippe Auguste, Jeanne d’Arc, Henri IV, Louis XIV, Napoléon, Gambetta, Jaurès, Clemenceau et de Gaulle sombrer dans l’abîme et entamer prochainement son auto-dislocation en faveur des « euro-régions ».

Ce 40e échec du FN après 31 ans d’ultra-médiatisation va peut-être permettre à de nombreux Français de réaliser que la seule et unique voie de libération et de redressement de la France consiste :

a)- d’abord à comprendre et à faire comprendre aux Français à quoi sert le FN, pourquoi il est constamment promu médiatiquement, et pourquoi il faut absolument cesser de voter pour ce traquenard politique.

b)- ensuite à rallier en masse l’UPR, qui est le seul mouvement de libération nationale, dont la ligne politique est faite de clarté, de cohérence, de compétence, de rectitude et de rassemblement authentique au-delà du clivage droite-gauche, conformément aux idéaux de la Résistance.

Bien sûr l’UPR est encore petite par rapport au FN ! Comment ne le serions-nous pas ?

Mais nous avons obtenu l’équivalent de 3,2% de ses suffrages au 1er tour, et nous les avons obtenus sur une base politique, intellectuelle et morale parfaitement saine et authentiquement républicaine. Et nous les avons obtenus malgré une médiatisation nulle dans les grands médias nationaux quand celle du FN se chiffre en milliers d’heures de télé et de radio et d’articles de la presse écrite.

Ce qu’il faut voir, c’est que le potentiel de croissance de l’UPR est énorme : à la différence du FN et de son « plafond de verre » dont on vient de constater pour la 40e fois les conséquences ce soir, l’UPR a la faculté réelle de rassembler une majorité du peuple de France.

François Asselineau

Aidez-nous ! Partagez :