== NOTRE REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE == Semaine du 2 au 8 avril 2018

Télécharger en PDF
Lecture : 21 min

Hervé Falciani, à l’origine des Swissleaks, a été arrêté en Espagne à la demande de la Suisse. À la fin de 2009, les listes fournies par Falciani à partir des fichiers de la banque HSBC avaient permis d’identifier « 127 000 comptes appartenant à 79 000 personnes de 180 nationalités, dont 8 231 Français ». Ceci a permis à un consortium de journalistes mené par le Monde de dévoiler un immense système d’évasion fiscale européen. Aujourd’hui, en même temps, en France, le gouvernement Philippe transpose la directive européenne sur le secret des affaires, qui va démultiplier les risques pour les lanceurs d’alerte. L’UPR félicite M. Falciani pour son héroïsme, et une fois au pouvoir, s’engagera à protéger les lanceurs d’alerte, et aussi à lutter massivement contre la fraude fiscale – les deux n’étant possibles qu’en dehors de l’UE.

Source : Europe 1 (4 avril)

France

Élections territoriales polynésiennes du 22 avril 2018

Seulement six listes ont été capables de se présenter. Parmi celles-ci, un seul parti d’envergure nationale : il s’agit de l’UPR, qui confirme son implantation de plus en plus profonde sur l’ensemble du territoire français. François Asselineau, en visite pour deux semaines, a reçu un accueil spectaculaire à son arrivée à Tahiti, puis a été interrogé par deux médias locaux.

Source : UPR (4 avril)

Cherbourg : plus de 700 manifestants contre l’interdiction de la pêche au bar

Entre 700 et 900 pêcheurs amateurs dénoncent la décision de l’Union européenne, fondée sur la baisse des effectifs de bars au large de Calais. Comme ils le font remarquer à juste titre, la baisse de la quantité de poissons n’est pas de leur fait. Comme au Royaume-Uni avant le Brexit, l’UE permet à des pêcheurs industriels de toutes les nationalités européennes de se servir largement dans les ressources halieutiques.

Source : France bleu (7 avril)

La Cour des comptes dénonce l’inefficacité de l’aide européenne de développement et son incohérence avec l’aide française

La Cour des comptes interroge l’efficacité du Fonds européen de développement (FED), auquel la France verse entre 600 et 800 millions d’euros par an. La Commission multiplie les fonds sans les justifier ni chercher de cohérence avec les aides nationales, le tout avec des frais de gestion qui explosent.

Source : les Échos (4 avril)

Déclarations d’impôts : il faudra corriger les erreurs du fisc !

À la suite d’un bug informatique, des revenus ont été oubliés sur près d’un demi-million de déclarations préremplies qui seront bientôt envoyées aux contribuables.

Source : le Parisien (5 avril)

Rendez-vous le 1er mai à Paris !

Comme annoncé lors de l’entretien en direct de François Asselineau, l’UPR appelle ses adhérents et ses sympathisants à se rendre le 1er mai à Paris, pour une grande manifestation pour le Frexit ! Renseignez-vous auprès de vos délégués départementaux, pour savoir si des co-voiturages sont organisés.

Source : UPR (4 avril)

France – Austérité imposée au service public

L’AFPA, actrice majeure de la formation, à la veille de décisions douloureuses

L’AFPA (Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes) est une nouvelle victime de l’article 106 du TFUE et de la sacro-sainte libre concurrence. L’ouverture à la concurrence a provoqué une libéralisation sauvage avec de multiples conséquences délétères : course au moins-disant sur les prix entre organismes, pertes de marchés, érosion des marges. Bruxelles interdisant à l’État de venir en aide à son organisme public, des suppressions de postes et des fermetures d’agences sont inévitables.

Source : le Monde (3 avril)

Après les cheminots et les étudiants, les agents des impôts se mobilisent eux aussi

1 600 postes supprimés rien qu’en Occitanie, c’est autant de service public en moins. Les grévistes dénoncent aussi les 60 à 80 milliards d’euros par an de fraude fiscale, contre lesquels il est difficile de faire quelque chose sans effectifs. C’est d’ailleurs d’autant plus difficile que l’article 63 du TFUE interdit le contrôle des mouvements de capitaux.

Source : Sud Radio (6 avril)

CHU leaks : 26 000 incidents recensés à l’hôpital de Toulouse

« Graves dysfonctionnements techniques, manque d’effectif, mise en danger des patients » : les coupes budgétaires dans le secteur hospitalier ont des conséquences dramatiques, glissées sous le tapis sauf quand le service informatique les rend publiques par inadvertance. Rappelons que l’austérité est organisée par l’Union européenne, et en particulier par les GOPÉ.

Source : BFM TV (4 avril)

France – SNCF : vérités et propagande

Une contre-analyse déboulonne les arguments du rapport Spinetta

Le cabinet Degest, expert auprès du comité d’entreprise du groupe, explique par exemple que le surendettement de SNCF Réseau est dû à une politique d’investissement extravagante de la part de l’État à hauteur de 5 milliards d’euros par an. Degest défend le nécessaire coût du travail lié à la qualification des tâches, et insiste sur la préservation des petites lignes qui donnent à l’opérateur de la flexibilité. Bref, du bon sens, mais qui ne changera rien, hélas, à la mise en concurrence à marche forcée voulue par la Commission européenne.

Source : l’Usine nouvelle (5 avril)

Les Échos ont supprimé une interview d’Élisabeth Borne sur la SNCF… démesurément réécrite par Matignon

Matignon contrôle l’information de façon si patente que les Échos renoncent à publier une interview de la ministre des Transports sur la SNCF. Cette pratique excessive de la relecture par le gouvernement est de plus en plus dénoncée par les médias.

Source : Marianne (2 avril)

Grève SNCF – Manifestation de cheminots devant les locaux de BFM TV pour protester contre le traitement à l’antenne de la grève

C’est la première fois depuis le début de ce conflit qu’un média est ainsi visé par les grévistes, mais BFM TV n’a pas fait état de cette manifestation dans ses différents journaux.

Source : Jean-Marc Morandini (3 avril)

France – Petits arrangements entre amis

Comptes de campagne d’Emmanuel Macron : le parquet, saisi par la Commission des comptes de campagne (CNCCFP), ne donne pas suite

Le parquet, qui est hiérarchiquement soumis au ministre de la Justice, a classé sans suite le signalement transmis par la Commission des comptes de campagne sur les irrégularités du financement de la campagne de Macron. 

Source : Marianne (4 avril)

Le secrétaire général de FO parachuté à Bruxelles par Macron ?

Jean-Claude Mailly pourrait compter sur le soutien d’Emmanuel Macron et de la ministre du Travail Muriel Pénicaud pour obtenir une place au Comité économique et social européen (CESE), à Bruxelles. Une belle récompense pour celui qui, se disant à la tête d’un syndicat nommé Force ouvrière, avait dit récemment qu’il renonçait à manifester.

Source : Valeurs actuelles (4 avril)

Jean-Claude Mailly, grand ami de Macron et traître à la cause ouvrière.

 

Disparition de quatre œuvres d’art à l’Assemblée nationale

Les œuvres étaient « accrochées au mur dans des bureaux ». Le pillage aux plus hauts échelons de la nation… quel modèle pour la société ?

Source : Le Figaro (4 avril)

Europe

La CJUE considère qu’il n’existe pas de protection particulière des salariées enceintes lors d’un licenciement économique

Ceci correspond à l’arrêté du 28 février 2018 de la Cour de justice de l’Union européenne. Il y a un risque réel que la Cour de cassation française change sa position sur la protection des femmes enceintes à la suite de cette jurisprudence européenne.

Source : LegiSocial (3 avril)

La privatisation du rail allemand est aujourd’hui en accusation

Les pénuries de personnel ont entraîné des fermetures partielles de gares, même dans des grandes villes comme Mayence. La stratégie d’économies tous azimuts du fait de la privatisation est remise en cause. Les bénéfices ne sont pas réinvestis dans le réseau. Cette privatisation arrive aussi en France pour la SNCF, et est l’application directe de l’article 106 du TFUE.

Source : le Temps (4 avril)

Malgré le Brexit, PSA mise sur sa base industrielle au Royaume-Uni

PSA va investir 100 millions d’euros dans l’usine britannique de Luton ! Décidément, le Brexit est porteur.

Source : Challenges (4 avril)

Usine PSA de Luton, Royaume-Uni.

L’Allemagne s’est-elle exclue de fait de la zone euro ?

Décryptage de l’article de Patrick Artus, économiste français, par Vincent Brousseau, ancien économiste à la BCE et responsable de l’UPR pour les questions monétaires et le retour au franc.

Source : UPR (8 avril)

Europe de la défense

La coalition allemande ne veut plus du marché européen de défense

La Groko – grande coalition gouvernementale allemande – veut revenir aux procédures de passation des marchés nationaux pour les grands contrats de défense. L’Europe de la défense ne marche réellement que dans les discours grandiloquents de Macron. En revanche, l’assujettissement des pays de l’UE à l’OTAN est quant à lui bien réel, et lié à l’article 42 du TUE.

Source : Forces Opérations (5 avril)

Les armées allemandes et néerlandaises sont passées de « la collaboration à l’intégration »

En matière de coopération dans le domaine de la défense, la France ne cesse de faire des appels du pied à l’Allemagne… laquelle regarde du côté des Pays-Bas. Depuis maintenant plusieurs années, et au-delà des coopérations industrielles, ces deux pays n’ont cessé d’intensifier leurs relations militaires, en cherchant une intégration toujours plus accrue de leurs forces armées. Une preuve de plus de la fable du « couple franco-allemand moteur de l’UE », qui est dans les esprits en France… mais n’existe pas en Allemagne !
Source : Opex 360 (5 avril)

L’Estonie demande plus de militaires américains pour se protéger de la Russie
L’OTAN a stationné des soldats britanniques, français et danois en Estonie mais, selon Mme Kaljulaid, l’arrivée de soldats américains donnerait une autre dimension.

Source : Ouest-France (5 avril)

La présidente estonienne Kersti Kaljulaid.

Affaire Skripal : le déshonneur de la diplomatie occidentale

Affaire Skripal : pas de preuve que le poison utilisé vienne de Russie

Le laboratoire britannique qui a analysé la substance utilisée contre un ex-espion russe et sa fille le 4 mars en Angleterre, a reconnu ne pas avoir de preuve qu’elle provenait de Russie.

La Russie demande en outre les raisons de l’implication de la France dans l’enquête sur l’affaire Skripal, et a convoqué une réunion du Conseil de sécurité.

Source : RTS (3 Avril)

Washington rétropédale et propose à Moscou de remplacer les diplomates expulsés

Quant au gouvernement britannique, il supprime ses tweets qui accusaient la Russie. Lorsque l’on accuse sans preuve, il faut se préparer à se couvrir de ridicule aux yeux de la communauté internationale…

Source : Sputnik (4 avril)

La santé de Sergueï Skripal s’améliore rapidement

Résumons : des mesures de représailles massives ont été prises par l’Occident à l’encontre de la Russie, sous prétexte qu’un agent double serait dans un état critique à la suite d’un empoisonnement par la Russie. Donc non seulement aucune preuve n’existe comme quoi le poison viendrait de Russie, mais en plus la victime va bientôt se porter comme un charme ! Le ridicule ne tue pas… sauf la crédibilité d’un ensemble de pays !

Source : RT (6 avril)

L’hôpital de Salisbury, où est hospitalisé Sergueï Skripal.

Monde

Syrie : attaque chimique sur Douma

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (dont la crédibilité est entachée) parle de 80 morts. Alors qu’aucune preuve n’a jamais incriminé le gouvernement Assad dans les attaques chimiques syriennes, États-Unis, Union européenne et Turquie s’empressent malgré tout d’attribuer arbitrairement la paternité de ces attaques au président de la Syrie, qui se retrouve affublé de qualificatifs insultants. Qui croira encore les accusateurs, après les multiples intox de l’Occident, depuis les armes de destruction massive inexistantes en Irak, jusqu’à la farce de l’affaire Skripal ?

Source : le Monde (8 avril)

Brésil : l’ex-président « Lula » da Silva en prison

Condamné (sans preuve matérielle) pour corruption, l’ex-président « Lula » da Silva avait demandé de pouvoir garder sa liberté (habeas corpus) en attendant l’épuisement des recours légaux pour faire appel de cette décision. Le Tribunal Suprême Fédéral (équivalent brésilien de la Cour Suprême américaine) a rejeté sa demande, par six voix contre cinq. L’émotion était grande dans les classes populaires brésiliennes. Lula a décidé de conserver son sang-froid et d’éviter un bain de sang – plusieurs généraux avaient clairement mis en garde sur une possible intervention de l’armée. Il s’est livré aux autorités policières samedi soir, en clamant son innocence. Pourra-t-il se présenter aux élections d’octobre ?

Source : l’Humanité (8 avril)

L’ex-président Lula arrêté.

Guerre commerciale : Pékin sort l’artillerie lourde contre Trump

Après la publication par l’administration Trump d’une liste provisoire de produits importés susceptibles d’être soumis à de nouveaux droits de douane, Pékin a répliqué avec sa propre liste visant des importations du même montant annuel : 50 milliards de dollars. En réaction, Trump a décidé de mettre en place de nouvelles barrières douanières.

Source : Romandie (4 avril)

Nouvelles menaces militaires

Une nouvelle guerre des étoiles

Plusieurs satellites français ont été approchés par des objets de type satellite inspecteur qui pourraient avoir des intentions inamicales. Les forces armées sont maintenant dépendantes de l’espace, que ce soit pour les transmissions, l’observation, le renseignement et la navigation. Pouvoir les rendre inopérants est un avantage stratégique majeur en cas de conflit.
Source : Opex 360 (2 avril)

Militarisation de l’intelligence artificielle : « L’ampleur des dégâts pourrait être sans limites »

Une sortie publique d’employés de Google remet en avant les questions éthiques soulevées par le développement à vitesse grand V de l’intelligence artificielle et son utilisation à des fins militaires. Des spécialistes appellent les instances internationales à réglementer ces systèmes d’armes létaux autonomes (SALA) pour prévenir toute utilisation « malveillante ».

Source : Radio Canada (5 avril)

Divers

François Asselineau répondait en direct sur Youtube

Le président de l’UPR répondait pendant deux heures aux questions des internautes.

Source : UPR (3 avril)

Vos retours et propositions d’articles sont les bienvenus sur selection_infos@upr.fr

Pour changer les choses, nous vous invitons également à partager massivement cette revue de presse ! En pratique, nous vous proposons d’envoyer à toutes vos connaissances, dans un courriel : la photo à la une et son commentaire, suivis du lien sur cette revue de presse (l’utilisation de la copie cachée est recommandée).

Coordination de la revue de presse : David Pauchet

Rédacteurs : Alexis Comte, Antoine Carthago, Maxime Forner, Thierry Lacour, David Pauchet

Relecture : équipes de relecture

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Aidez-nous ! Partagez :