François Asselineau est allé soutenir les salariés de l’usine Arjowiggins, à Jouy-sur-Morin en Seine-et-Marne, actuellement en liquidation judiciaire.

Lecture : 2 min
Print Friendly, PDF & Email

François Asselineau, président-fondateur de l’Union Populaire Républicaine (UPR) et tête de liste aux prochaines élections européennes, est allé soutenir les salariés de l’usine Arjowiggins, à Jouy-sur-Morin en Seine-et-Marne, actuellement en liquidation judiciaire. (Voir la captation vidéo de cette journée sur la chaîne Youtube UPR TV qui sera diffusée le samedi 23 février 2019 à 20h).

François Asselineau s’est indigné de la passivité du gouvernement face à ce sinistre industriel qui risque de faire perdre un savoir-faire important dans la production de papiers de sécurité et de billets de banque et de rendre la France dépendante de pays étrangers pour ses approvisionnements. Il a appris également, à regret, que les salariés ont bien reçu leur lettre de licenciement le 21 février, comme il était à craindre. Il déplore profondément cette situation dramatique pour l’emploi local aux conséquences sociales désastreuses.

Relevant que le gouvernement n’a tenu aucune des promesses qu’il avait faites aux salariés et notant que la reprise de l’entreprise ne devrait coûter qu’environ 20 millions d’euros, François Asselineau a demandé solennellement la nationalisation de cette usine et son rattachement fonctionnel à l’usine de la Banque de France, à Chamalières.

L’UPR veut mettre un coup d’arrêt définitif à l’abandon systématique de tous les joyaux industriels de la France et estime que le gouvernement français est complètement disqualifié pour défendre les intérêts du pays.

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Aidez-nous ! Partagez :