Abominable décapitation d’un professeur d’histoire par un islamiste. MACRON DOIT CONSULTER LES FRANÇAIS PAR RÉFÉRENDUM SUR SCHENGEN ET SUR LA POLITIQUE MIGRATOIRE QU’ILS VEULENT.

Télécharger en PDF
Lecture : 4 min
Print Friendly, PDF & Email

—-

Dans l’après-midi du 6 octobre 2020, un professeur d’histoire-géographie a été décapité à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). L’assassin présumé, un jeune musulman d’origine tchétchène, a été abattu par la police.

Je présente, en mon nom comme au nom de l’UPR, toutes mes condoléances et ma compassion aux proches de la victime.

Et je renouvelle toute ma sympathie à l’ensemble du corps professoral qui exerce son métier dans des conditions de plus en plus difficiles du fait de la déliquescence de l’autorité de l’État.

Nous connaissons par avance ce que sera la réaction de Macron, des membres de son gouvernement, des européistes, et des “opposants contrôlés”. Tous vont y aller de proclamations martiales, tous vont vanter les valeurs de la République et de la liberté d’expression, tous vont dénoncer l’islamisme et affirmer que cette tragédie est “inacceptable”, etc.
Mais qui pense sérieusement, en son âme et conscience, que cette nouvelle tragédie va être la dernière ?

Certains vont vanter la “fermeté” et la “détermination” de Macron et de son gouvernement. D’autres vont critiquer “l’immobilisme” et “l’inefficacité”.

Mais au-delà des réactions à chaud sous le coup de l’émotion et de l’indignation, cette horreur doit amener les Français à réfléchir : pourquoi y a-t-il tant de combattants islamistes en France ? Ils ne sont quand même pas tombés du ciel.

Un reportage de RFI du début de cette année montre que se sont l’Union européenne et l’espace Schengen qui sont les responsables n°1 de la “filière tchétchène”. C’est parce que la France appartient à ces deux structures qu’elle est incapable de filtrer les entrées sur le territoire national.

Il faut l’expliquer tout autour de soi, même – et surtout – si cela offusque les eurolâtres qui refusent de regarder la réalité en face.

Conclusion : un référendum est désormais impératif

L’abominable décapitation d’un professeur d’histoire par un islamiste est une énième tragédie. Elle exige désormais des actes et des décisions, que SEUL LE PEUPLE FRANÇAIS EST LÉGITIME À TRANCHER.

Plutôt que de dénoncer l’islamisme d’un air martial et de bavarder dans le vide sur la République et la liberté d’expression, Emmanuel Macron DOIT ENFIN demander par référendum aux Français s’ils veulent sortir de Schengen et quelle politique migratoire ils veulent.

L’UPR propose un tel référendum depuis 8 ans et je l’avais intégré dans mon programme présidentiel de 2017.

Il faut maintenant l’organiser en urgence car il en va désormais du maintien de la paix civile en France.

FA
17 octobre 2020

N’oubliez pas de vous abonner au fil Twitter de François Asselineau

Abonnez-vous immédiatement et gratuitement pour suivre ses réactions en direct à l’actualité :
https://twitter.com/UPR_Asselineau

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ? Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :