L’accord de Bruxelles du 21 juillet 2020 constitue un nouvel acte de Haute trahison de Macron.

Télécharger en PDF
Lecture : 8 min
Print Friendly, PDF & Email

Nous venons d’apprendre qu’un accord prétendument « historique » venait d’être conclu cette nuit à Bruxelles entre les 27 chefs d’État et de gouvernement membres de l’UE au sujet du plan de relance économique de 750 milliards d’euros.

Les précisions sont encore lacunaires sur la teneur de cet accord.

Mais il apparaît d’ores et déjà que :

  • la partie « subventions », prévue à 500 milliards € (sur 750) à l’origine, a été réduite à 390 milliards (la partie prêts passant corrélativement de 250 à 360 milliards). Cette réduction a été actée sous la pression des 5 pays dits « frugaux » (Autriche, Danemark, Finlande, Pays-Bas, Suède). Les Français devraient s’en réjouir.
  • pour obtenir l’accord des « frugaux », les dirigeants du Conseil européen, à commencer par Macron, ont dû consentir des rabais financiers considérables à ces pays. Par rapport à la proposition initiale de Charles Michel, ces hausses des rabais vont de 22% pour les Pays-Bas à 138% pour l’Autriche !

Comprendre le scandale : qui va payer quoi ?

Pour bien comprendre le scandale de l’accord ainsi promu par Macron, je renvoie à l’analyse anticipée que j’en avais faite il y a déjà plusieurs semaines (dans laquelle j’envisageais précisément l’hypothèse que les pays frugaux soient dispensés d’une part importante du fardeau financier) :

Remarquons au passage que nos médias asservis qualifient de « pays frugaux » des pays dont les dirigeants défendent tout simplement les intérêts de leurs contribuables.

D’ores et déjà, compte tenu de la réduction du montant des subventions d’un côté, mais compte tenu aussi du départ des Britanniques et des rabais consentis aux pays dits “frugaux” de l’autre côté, et sous réserve des précisions financières à venir, on peut conclure que Macron va endetter les Français d’au moins 90 à 100 milliards d’euros (peut-être davantage) pour obtenir 40 milliards d’euros de subventions au maximum (explications dans la vidéo ci-jointe).

En d’autres termes, Macron a décidé de spolier les Français et nos descendants d’au moins 60 milliards d’euros – peut-être 70 ou 80 – pour le plaisir idéologique d’affirmer que la “construction européenne” avancerait.

Notons d’ailleurs qu’il est actuellement impossible – et cela depuis plusieurs semaines – de trouver dans les médias français la répartition prévisionnelle des subventions et des remboursements par pays. Seul le “Canard enchaîné” a évoqué ce sidérant marché de dupes.

C’est pourtant l’information n°1 que les journalistes devraient rechercher et expliquer aux Français ! Du moins s’ils voulaient, et s’ils pouvaient, exercer le métier de journaliste soucieux d’éclairer l’opinion publique et non la besogne de propagandiste de l’UE.

L’aveu explicite de Macron

Aveu rare et très peu repris dans la presse, Macron a d’ailleurs reconnu explicitement que ce sont la France et l’Allemagne qui vont « payer ce plan ». C’est la confirmation irréfutable que c’est bien en conscience et de façon totalement délibérée que le président français fait les poches des contribuables français et de leur descendants pour en livrer le contenu à nos « partenaires » européens actuels.

Ce qui vient de se produire à Bruxelles constitue un avertissement de premier ordre pour les Français, dont l’exécutif a confirmé de façon éclatante qu’il ne travaille pas pour l’intérêt du peuple qu’il est censé défendre, mais pour servir la chimère de la « construction européenne ». Un gouvernement capable de signer, en conscience, un pareil marché de dupes – et même de s’en glorifier – est un gouvernement de félons et de dilettantes, capable de signer n’importe quoi.

La France scandaleusement et injustement ponctionnée par rapport à l’Italie et à l’Espagne

Notons que ce scandale se double du fait que nous allons ainsi verser des dizaines de milliards d’euros à l’Italie et à l’Espagne, alors que l’économie française a été au moins autant impactée par la Covid19 que les économies italienne et espagnole !

Lesquelles ressortent, quant à elles, comme les grandes bénéficiaires de cet accord, tandis que la France apparaît comme LE dindon de la farce.

Il faut d’ailleurs souligner que Macron n’a même pas attendu d’avoir les chiffres de la croissance française au 2e trimestre 2020, qui auraient montré le plongeon français et qui auraient constitué un argument de poids pour récupérer plus de subventions.

C’est de la haute trahison caractérisée.

Les européistes français ne comprennent rien à ce qui vient de se passer

Le plus triste, le plus dramatique, est de constater les réactions de nombreux Français pro-européens qui s’extasient et crient au miracle de cet “accord” obtenu par Macron.

Ils ne comprennent pas – parce qu’aucun média ne le leur explique d’ailleurs – que ce prétendu miracle et l’accord des pays « frugaux » n’ont été rendus possibles qu’au prix d’un pillage en règle de nos ressources financières au cours des décennies à venir.

Le pire du pire est que beaucoup de Français, auxquels on serine que la France va recevoir jusqu’à 40 milliards d’euros de subventions, sont convaincus que notre pays va être un grand bénéficiaire en termes financiers et que Macron aurait négocié de main de maître !

Une telle duperie de l’opinion est chose affreuse.

Même si les circonstances sont très différentes et moins tragiques, l’enthousiasme des européistes français fait penser à cette formule terrible d’Édouard Daladier, chef du gouvernement français, constatant qu’il était fêté par cinq cent mille Parisiens à son retour de la Conférence de Munich le 30 septembre 1938.

Voyant une telle foule, Daladier avait dit à son entourage : « Ce n’est pas brillant, mais j’ai fait ce que j’ai pu… Les imbéciles, s’ils savaient ce qu’ils acclament ! »

Conclusion : Informez tout autour de vous de la réalité de cette spoliation.

Les dizaines de milliards d’euros que va coûter cet « accord » aux Français et à leurs descendants représentent des sommes effarantes : elles manqueront cruellement, au cours des années à venir, pour l’équipement de nos hôpitaux et les rémunérations des personnels de santé, pour l’équipement de nos armées, pour l’entretien de nos routes, pour le développement de notre recherche, pour la restauration de notre patrimoine historique etc. etc.

Fort heureusement, il y a aussi des Français, de plus en plus nombreux, qui commencent à comprendre et à dénoncer l’escroquerie de cet accord et, plus généralement, à quel point les ressources de la France font l’objet de ponctions colossales au nom de la prétendue “construction européenne”.

J’invite tous nos lecteurs à aller l’exprimer à leur tour, notamment sur le compte Twitter de Macron :

https://mobile.twitter.com/EmmanuelMacron/status/1285417491687243778

FA
21 juillet 2020

Aidez-nous ! Partagez :