Le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale estime que le gouvernement et les députés « En Marche » ont « probablement été trop intelligents, trop subtils » !

Télécharger en PDF
Lecture : 6 min
Print Friendly, PDF & Email

 

L’arrogance et le mépris des macroniens battent de nouveaux records !

Né d’un père industriel dans les beaux quartiers de Neuilly-sur-Seine, ancien militant giscardien en 1974, ancien journaliste, chef d’entreprise, Gilles Le Gendre a été élu député « En Marche » de la 2e circonscription de Paris, l’une de celles qui comptent les quartiers les plus riches de Paris, dans les 5e et 6e arrondissements.

 
Devenu président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, il a estimé ce 17 décembre au matin dans l’émission « Territoires d’information » sur la chaîne parlementaire « Public Sénat », que, face aux « Gilets jaunes », « nous avons insuffisamment expliqué ce que nous faisons. […] Et une deuxième erreur, […] c’est le fait d’avoir probablement été trop intelligents, trop subtils ».
 
 
 

Commentaires

Cette incroyable morgue d’Ancien Régime est l’une des caractéristiques les plus attestées des européistes.
 
Les partisans de la « construction européenne » considèrent systématiquement le peuple français comme étant constitué d’un ramassis d’abrutis, incapables de comprendre la grandeur et la justesse de la dictature européenne.
 
Rappelons-nous en effet quelques citations des partisans du Oui au référendum du 20 septembre 1992 sur le traité de Maastricht :
 

Bernard Kouchner, 31/08/1992 :

« Le oui étant majoritaire chez les jeunes, faut-il inventer une gériatrie du non ? »
[Les sondages post-référendum révélèrent au contraire que ce sont les personnes âgées qui avaient voté le plus Oui au référendum].

Jean Boissonnat, L’Expansion, 03/09/1992 :

« Ce n’est pas un hasard si la construction européenne doit plus aux raisonnements des élites qu’aux impulsions des peuples. C’est un produit culturel. Non un élan irréfléchi, un hoquet des masses, arraché dans un mouvement de foule ou une improvisation d’éloquence. »
 

Antoine Pinay, Le Figaro, 09/09/1992 :

« C’est une grosse erreur d’organiser un référendum. […] Je ne crois pas que les Français, individuellement, puissent avoir une opinion sur le traité. C’est trop compliqué. »
 

Jean-Marc Sylvestre, France Inter, 18/09/1992 :

« Pour pouvoir dîner à la table de l’Europe [monétaire], encore faut-il savoir se tenir à cette table et ne pas manger avec ses doigts. […] Si la monnaie unique a un mérite, et un seul, c’est d’obliger les pays à se conduire correctement. »
 
 
D’autres citations du même acabit et beaucoup plus récentes sont disponibles ici :
Aidez-nous ! Partagez :