La mainmise de Washington sur l’Union européenne et la France apparaît de plus en plus clairement

Télécharger en PDF
Lecture : 5 min
Print Friendly, PDF & Email

La mainmise de Washington sur l’Union européenne et la France apparaît de plus en plus clairement. Les analyses présentées par l’UPR depuis plus de 9 ans sont encore une fois confirmées par les faits.

Brexit-Obama

Les jours écoulés ont apporté de nouvelles preuves irréfutables validant les analyses de l’UPR sur l’extraordinaire mainmise de Washington sur l’Union européenne et sur la France.

1°) Mainmise de Washington sur l’Union européenne

La semaine dernière, le président américain Barack Obama, en visite officielle outre-Manche, a multiplié les menaces pour terroriser les électeurs britanniques qui souhaitent voter en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (Brexit).

Sans avancer aucune explication rationnelle mais en se contentant de slogans menaçants, le chef de la Maison Blanche a ainsi affirmé que le Royaume-Uni « perdrait de son influence mondiale » s’il décide de quitter l’UE (“Brexit”) à l’issue du référendum organisé sur la question le 23 juin.

Il a également affirmé sans rire que le Royaume-Uni serait « en queue de peloton » en matière de commerce avec les États-Unis en cas de Brexit et que négocier un accord commercial avec les États-Unis, « pourrait prendre cinq ans, dix ans avant que nous puissions faire quelque chose ».

Ces propos ont soulevé une vague d’indignation outre-Manche dans le camp en faveur d’une sortie de l’UE, qui a dénoncé l’ingérence du président américain et son « hypocrisie ». Le maire de Londres a une nouvelle fois fait remarquer que les autorités américaines exigent du peuple britannique une mise sous tutelle et des pertes de souveraineté que le peuple états-unien n’accepterait jamais – au grand jamais – pour lui-même.

Source : http://www.challenges.fr/monde/etats-unis/20160423.CHA8315/brexit-quand-obama-menace-le-royaume-uni.html

Commentaires

Tous ces faits confirment une nouvelle fois la justesse de nos analyses : seule sur toute la scène politique française, l’UPR explique inlassablement aux Français que la prétendue « construction européenne » n’est en rien un moyen de faire contrepoids aux États-Unis d’Amérique.

C’est même exactement le contraire : la prétendue « construction européenne » est une stratégie de domination totale du Vieux Continent, conçue dans les années 20 et 30 en Allemagne, promue par le nazisme entre 1938 et 1945, et reprise par les stratèges états-uniens au profit de l’impérialisme de Washington après 1945. Je renvoie ici à mes conférences « Qui gouverne la France ? » et « Les origines cachées de la construction européenne ».

Ces déclarations du président Obama – qui intervient une nouvelle fois sans vergogne dans les affaires intérieures du Royaume-Uni pour inciter les Britanniques à rester dans l’Union européenne – jettent une lumière crue sur l’immensité du mensonge dont les européistes ont abreuvé les Français pendant des décennies.

Ce mensonge consistait à leur affirmer sans relâche que la construction européenne avait vocation à « faire contrepoids aux États-Unis », que nous serions, sans elle, livrés pieds et poings liés à l’Oncle Sam.

2°) Mainmise de Washington sur la France

Dans un entretien au magazine Slate du 30 avril 2016, Julian Assange, le célèbre porte-parole de Wikileaks, toujours réfugié à l’ambassade d’Équateur à Londres, a expliqué que, depuis la présidence de Nicolas Sarkozy, Paris n’avait plus aucune souveraineté vis-à-vis de Washington.

Il a précisé que « la France est tellement contrôlée par les États-Unis qu’elle en perd sa culture ».

Julian Assange en a également profité pour annoncer des nouvelles révélations à venir sur Wikileaks : « Il y a encore des choses que les services secrets français ignorent sur l’espionnage de la France par les Américains, y compris au sein de ses partis politiques ».

Source : https://francais.rt.com/international/19893-julian-assange-france-etats-unis-souverainete

Commentaires

Là aussi, ces déclarations – et l’annonce de futures révélations de Wikileaks sur l’infiltration de la politique française par les intérêts états-uniens – apporte la confirmation de mes analyses et je renvoie de nouveau à ma conférence sur « Qui gouverne la France ? ».

CONCLUSION

Chaque mois qui passe apporte désormais de nouvelles preuves et de nouvelles révélations sur l’extraordinaire mainmise de Washington sur l’Union européenne et sur la France.

Le masque s’effrite de semaine en semaine et laisse entrevoir le visage de la domestication de nature coloniale que Washington fait peser sur les peuples d’Europe en général et sur la France en particulier.

Les analyses que je présente depuis plus de 9 ans s’en trouvent confortées d’autant, de même que nos propositions programmatiques. Quant à ceux qui me traitaient il y a encore quelques semestres de “conspirationniste”, de “complotiste” et “d’anti-américain primaire”, ils ont mis une sourdine à leur discours de collabo de l’empire.

François Asselineau

Aidez-nous ! Partagez :