Avec une majorité absolue de députés LREM, Macron a désormais tout pouvoir. Les Français vont bientôt en mesurer les conséquences.

Download PDF
Lecture : 6 min

 

Selon les résultats définitifs du ministère de l’intérieur (mais les rattachements de certains députés « divers » restent encore flous)

  • LREM et le Modem totalisent 353 sièges à l’Assemblée nationale, dont 308 pour LREM et 45 pour le MODEM.
  • La « droite » (LR + UDI + divers droite ) obtient 137 sièges. Dont 113 pour LR, 18 pour l’UDI et 6 pour les divers droite
  • La « gauche » (PS + PRG + divers gauche) totalise 44 sièges (dont 29 pour le PS, 3 pour le PRG et 12 pour les divers gauche)
  •  France Insoumise et le PCF obtiennent 27 sièges (17 pour FI et 10 pour le PCF).
  • Le FN dispose de 8 sièges.
  • Les divers obtiennent 8 sièges  (3 pour des autonomistes corses, 2 pour divers régionalistes, 1 pour DLF et 1 pour l’extrême-droite hors FN)

Les principaux enseignements de ce 2e tour des élections législatives du 18 juin 2017 sont les suivants :

a) Un record historique pour des législatives : 62 % des électeurs inscrits se sont abstenus ou ont voté blanc ou nul !

L’abstention, spectaculaire, a atteint un nouveau record historique, sans précédent depuis 1848 pour des élections législatives : 57,36% des inscrits ne sont pas allés voter.

Il faut y ajouter :

  • le nombre considérable de votes blancs, qui ont atteint près de 7 % des votants (6,93 %), soit 2,95 % des inscrits ;
  • le nombre également élevé des votes nuls, qui ont atteint près de 3 % des votants (2,94 %), soit 1,25 % des inscrits.

Le nombre total des inscrits s’étant abstenus ou ayant voté blanc ou nul atteint le pourcentage effarant de 61,56 %. Seuls 38,44% des électeurs inscrits se sont donc exprimés.Cela ne frappe certes pas d’illégalité la nouvelle majorité sortie des urnes. Mais celle-ci pâtit dès sa naissance d’une certaine forme d’illégitimité, et en tout cas d’une inquiétante sous-représentativité.

b) le PS connaît un désastre d’ampleur phénoménale

Sans ses alliés, il passe de 280 députés dans l’Assemblée sortante à… 29 ; mais il obtient quand même à lui seul près de deux fois plus de députés que France Insoumise et il conserve la faculté de constituer un groupe parlementaire

c) LR et ses alliés restent la 1re force de prétendue « opposition »

Mais ils perdent une centaine de députés, en passant de 229 députés dans l’Assemblée sortante à 137.

Rappelons qu’il s’agit – comme pour le PS – d’une force « d’opposition » pour rire puisque le Premier ministre et plusieurs ministres  viennent de ce camp  ; tout comme celui du PS, le programme de la « droite » n’est à peu près en rien différent de celui de Macron et de LREM : dans tous les cas, il s’agit d’appliquer les traités européens, les directives de la Commission européenne et les Grandes orientations des politiques économiques (GOPE).

d) FI seule peut avoir un groupe parlementaire

Pour cela, il faut avoir au moins 15 députés (FI en a 17), ce qui est très important pour pouvoir peser dans les débats. Mais le PCF seul ne pourra pas en avoir un. Les deux forces s’allieront-t-elles pour avoir un groupe de 27 ?

e) Une progression très modeste pour le FN

Même s’il progresse en passant de 2 à 8 députés, le FN n’a que la moitié du nombre d’élus nécessaire pour constituer un groupe parlementaire.

f) LREM seule a une solide majorité absolue

Au total, même si la vague de LREM est moins importante que prévue (certains sondages de l’entre-deux-tours lui avaient prédit jusqu’à 470 députés), le parti de Macron possède à lui seul , avec 308 députés, une solide majorité absolue des sièges – qui est à 289.

Macron n’a donc même pas besoin de Bayrou et du MoDem pour mener à bien la politique dictée par les traités européens, la Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et l’OTAN.

Tous ces événements sont d’autant plus inquiétants pour la suite – et notamment pour la paix civile – que les élus de LREM sont pour beaucoup d’entre eux des élus nouveaux et inexpérimentés, qui ne pourront rien refuser à l’exécutif parce qu’ils lui doivent tout. Quelques élus LREM sont en outre déjà affublés de « casseroles ».

Pour mesurer ce qui nous attend, voici quelques-uns des nouveaux députés LREM (de haut en bas et de gauche à droite sur la photo ) :

1) Richard Ferrand
Malgré les nombreuses « affaires » dont il est affublé, Richard Ferrand est réélu sous l’étiquette LREM dans la 6e circonscription du Finistère avec 56,53 % des suffrages
——————
2) Émilie Guerel
Elle est élue sous l’étiquette LREM dans la 7e circonscription du Var avec 56,97 % des suffrages. Pour voir qui est cette nouvelle députée d’En Marche : https://www.youtube.com/watch?v=jgmMhsuaVWo
——————
3) Romain Grau
Il est élu sous l’étiquette LREM dans la 1re circonscription des Pyrénées-Orientales57,22 % des suffrages. Pour voir qui est ce nouveau député d’En Marche : https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/exclu-le-candidat-romain-grau-vise-par-une-enquete-pour-harcelement-moral-1496418068
—————
4) Fabienne Colboc
Elle est élue sous l’étiquette LREM dans la 4e circonscription d’Indre et Loire avec 57,28 % des suffrages. Pour voir qui est cette nouvelle députée d’En Marche : https://www.youtube.com/watch?v=tYuloLLJBek
——————
5) Anissa Khedher
Elle est élue sous l’étiquette LREM dans la 7e circonscription du Rhône avec 53,71 % des suffrages. Pour voir qui est cette nouvelle députée d’En Marche : https://www.youtube.com/watch?v=F8iXtWtsSaQ
——————
6) Corinne Vignon
Elle est élue sous l’étiquette LREM dans la 3e circonscription De Haute-Garonne avec 52,97 % des suffrages. Pour voir qui est cette nouvelle députée d’En Marche : http://www.20minutes.fr/toulouse/2087279-20170615-toulouse-parquet-enquete-revenus-presumes-astrologue-candidate-marche

En bref, la nouvelle Assemblée nationale risque de réserver des surprises et d’être constituée d’une armée de « godillots » qui appliqueront aveuglément les instructions gouvernementales.

Les Français ne vont pas tarder à prendre la mesure des choix politiques que les grands médias asservis à l’oligarchie leur ont fait prendre, à l’issue d’une période de manipulation mentale sans précédent dans notre histoire récente.

François Asselineau
19 juin 2017