LA MAJORITÉ « EN MARCHE » REJETTE LA RECONNAISSANCE DU VOTE BLANC POUR L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2022 == Au contraire, l’UPR l’instaurera – avec effet révocatoire – pour toutes les élections.

Télécharger en PDF
Lecture : 4 min
Print Friendly, PDF & Email

Nicole Belloubet, ministre de la Justice, en train de défendre le projet gouvernemental sur la « moralisation de la vie politique » devant le Sénat.

—————————————
Dans la nuit du 28 au 29 juillet 2017, les députés de « La République en marche » ont rejeté un amendement déposé par le groupe parlementaire les « Constructifs » (composé d’élus « Les Républicains » et de centristes), soutenus par le MoDem, les « Socialistes » et les « Insoumis ».

Cet amendement prévoyait que la prochaine élection présidentielle (prévue en 2022) devrait être réorganisée, avec une sorte de 3e tour de confirmation, si le nombre de votes «blancs» (enveloppes vides ou bulletins vierges) était équivalent à la majorité absolue ou relative.

Le gouvernement avait fait savoir qu’il était contre cet amendement car c’est bien entendu l’élection – hautement manipulée – de Macron qui était visée. Et bien entendu, les députés godillots incompétents de LREM ont obéi au coup de sifflet du gouvernement.

Rappelons que, lors du second tour de la dernière élection présidentielle, près de trois millions d’électeurs ont choisi le vote blanc (enveloppe vide ou comportant un papier blanc) pour marquer leur refus de choisir entre Macron et Le Pen – soit 6,35% des inscrits et 8,52% des suffrages exprimés -, tandis que près d’un million d’autres ont opté pour le vote nul (bulletin déchiré, barré, portant le nom d’un autre candidat ou autre) soit 3% des votants.

Une fois de plus, le vote blanc ne sera donc pas pris en compte lors des prochaines élections présidentielles.

Source : ici

 

Commentaires : encore un prétexte fallacieux
inventé par Mme Belloubet, ministre « de la Justice » [sic]

Dans cette affaire de « moralisation de la vie politique » [sic], une figure émerge de plus en plus : celle de Nicole Belloubet, la ministre « de la justice » [re-sic], qui a déjà fait capoter, sous un prétexte fallacieux, le projet d’amendement qui voulait imposer le casier judiciaire vierge obligatoire pour tout candidat à une élection.

Jamais à court d’idées pour inventer une échappatoire, Mme Belloubet a argué cette fois-ci qu’elle s’opposait à l’amendement au motif qu’il était « préférable d’attendre encore » pour prendre ce type de mesure, « le vote blanc n’étant comptabilisé séparément des nuls que depuis février 2014 ».

Il s’agit d’une énième tromperie : cela fait trois ans – depuis une loi de 2014 en effet – que les bulletins blancs sont décomptés séparément des votes nuls, mais ils ne sont toujours pas pris en compte dans le nombre des suffrages exprimés. Et c’est justement parce que cette disposition dilatoire vieille de 3 ans n’a eu strictement aucun effet sur la santé de la démocratie en France (elle avait été conçue justement pour n’avoir aucun effet concret !) qu’il faut enfin reconnaître le vote blanc comme un suffrage exprimé.

 

Conclusion : la position de l’UPR est claire, nette et précise : reconnaissance du vote blanc de plein exercice pour toutes les élections

Loin d’être cette régénération de la scène politique que les médias nous avaient vantée par une propagande inouïe, la majorité « macroniste » n’est que le énième avatar de tout ce que la politicaillerie a de plus minable. Avec son cortège de mensonges, de tartufferies et de refus de laisser s’exprimer clairement le peuple français.

Cette nouvelle affaire lamentable est l’occasion de rappeler que l’UPR a inscrit dans son programme une mesure claire, nette et précise, allant bien au-delà de l’amendement proposé par les « Constructifs » + PS + LR + FI.

Si nous arrivons au pouvoir, nous instaurerons, dès les premières semaines, la reconnaissance pleine et entière du vote blanc – avec effet révocatoire des candidats présentés -, et ceci dans toutes les élections quelles qu’elles soient.

Je renvoie ici à la petite vidéo d’animation explicative, que nous avons diffusée lors des campagnes présidentielle et législative de ce printemps :

FA
30 juillet 2017

 

 

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ?
Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :