== « EN MARCHE » VERS LA RÉPRESSION == Pas de restrictions budgétaires pour préparer le gazage des futurs manifestants !

Télécharger en PDF
Lecture : 5 min
Aidez-nous ! Partagez :

 

Alors que commence, ce 22 août 2017, la dernière session de concertation organisée par le gouvernement avec les syndicats pour préparer les ordonnances réformant le Code du Travail, on apprend que ce même gouvernement a décidé de faire le plein de grenades et de gaz lacrymogènes….

C’est l’agence d’informations russe Russia Today – et non pas l’AFP ni la plupart des grands médias français bien sûr – qui nous révèle cette affaire. Le magazine Marianne y a également consacré un article hier.

Alors que les grands médias français semblent s’être donné la consigne de focaliser l’attention et les conversations des Français sur la situation professionnelle pathétique de Brigitte Trogneux, épouse Macron, alors que celle-ci aurait pourtant « les plus belles jambes de Paris » (cf. ici, ici, ici, ici, etc.), le ministère de l’Intérieur a profité de la torpeur estivale pour lancer en catimini un appel d’offre de marché public, le 5 août 2017, afin d’équiper massivement les forces de l’ordre en armes et munitions anti-émeutes pour une durée de quatre ans.

 

Rappelons au passage qu’un appel d’offre de marché public est une obligation légale pour une administration et que c’est cette obligation légale qu’avait bafouée Muriel Pénicaud – à l’époque directrice générale de Business France, avant de devenir ministre du Travail dans le gouvernement Édouard Philippe – pour organiser le voyage de Macron à Las Vegas pendant la pré-campagne présidentielle.

 

L’appel d’offres du ministère de l’Intérieur a été passé sous la référence n°17-112134 et publié le 8 août dans le Bulletin officiel des annonces des marchés publics. Il concerne « l’acquisition de grenades et de moyens de propulsion pour les besoins de la Gendarmerie et Police Nationales ».

 

La commande globale s’élève à la bagatelle de 22 millions d’euros, hors TVA.  

Elle se répartit ainsi :

  • Grenades de maintien de l’ordre et moyens de propulsion à retard (grenades 56 et 40 mm fumigènes lacrymogènes et fumigènes simples, moyens de propulsion à retard de ces grenades, à portée de 50 mètres et de 100 mètres, bouchons allumeurs à main à retard de 1 à 3 secondes pour ces deux types de grenades 56 mm et 40 mm ) : 17 888 000 € hors TVA.
  • Moyens de propulsion à retard 56 mm à portée de 200 mètres : 112 000 € hors TVA
  • Moyens de propulsion d’exercice à retard : 660 000 € hors TVA
  • Cartouches pour grenades 40 x 46 mm : 1 500 000 € hors TVA
  • Grenades 56 mm assourdissantes lacrymogènes : 1 840 000 € hors TVA

 

 

Conclusion : après le matraquage médiatique, le matraquage tout court.

Cette information contribuera, peut-être, à ouvrir les yeux de tous les naïfs qui ont vraiment cru que TF1, Le Monde, Libération et BFM TV faisaient la promotion de Macron pour « révolutionner la politique » et pour « changer la politique pour changer la France ».

Dès le 2 mai 2016, la « Team Macron » assurait sur Facebook que Macron et le mouvement « En Marche » allaient « changer la politique pour changer la France »….

 

Derrière tous ses sourires hypocrites, tous ses déguisements pour faire « proche du peuple », et toutes ses lassantes opérations de communication, Macron a bien prévu de passer du matraquage médiatique au matraquage tout court de tous ceux qui refusent les réformes ou la destruction de nos acquis sociaux exigées par les milliardaires qui l’ont propulsé à l’Élysée.

Notons au passage que, comme l’a montré le passé récent, manifestants de droite comme manifestants de gauche seront ainsi également servis :

 

La « concertation » organisée ces jours-ci sur la mise en pièces du droit du travail par le gouvernement n’est que de la poudre aux yeux. Dans quelques semaines, ce même gouvernement va passer au gaz dans les yeux.

François Asselineau
22 août 2017