François Asselineau demande au Président de la Fondation Alliance française d’accorder un plan d’aide aux Alliances françaises de Crimée et de leur affecter le don réalisé par l’UPR

Télécharger en PDF
Lecture : 3 min
Print Friendly, PDF & Email

À l’occasion de son voyage officiel en Crimée en mai 2015, François Asselineau accompagné de deux membres du bureau national de l’UPR, a souhaité constater par lui-même le niveau de diffusion de la langue française dans la péninsule.

La délégation de l’UPR s’est ainsi rendue dans une école à section bilingue francophone et à l’Alliance française de Sébastopol. Elle a également rencontré plusieurs membres de l’antenne de Simféropol.

Tous ces contacts ont confirmé le merveilleux attrait qu’exerce la langue française auprès des Russes, ainsi que le très haut niveau de professionnalisme des enseignants de l’Alliance française. Cependant, ils ont permis, également, aux représentants de l’UPR de mesurer les graves menaces qui pèsent sur la pérennité de l’apprentissage de notre langue en Crimée.

Les Alliances françaises de Simféropol et de Sébastopol font face, en effet, à une situation critique depuis les événements qui ont conduit au rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie. Selon les membres locaux des Alliances françaises, les financements accordés par la France se sont brutalement taris, ce qui menace à brève échéance l’existence même des deux antennes. En outre, les manifestations culturelles – spectacles, expositions, pièces de théâtre notamment – regroupées sous la dénomination de « Printemps français » ne se tiennent plus en Crimée depuis 2013, faute de financements.

Les jeunes et les étudiants qui apprennent notre langue le font parce qu’ils aiment la France et parce qu’ils lui font confiance. Ils attendent qu’elle soit elle-même, c’est-à-dire qu’elle leur offre quelque chose d’élégant, de civilisé, de différent des tendances culturelles, linguistiques et intellectuelles qui, en apparence, dominent le monde. L’abandon par la France des francophones de Crimée est ressenti, légitimement, comme une trahison.

La Fondation Alliance française déploie des efforts constants pour favoriser l’apprentissage de notre langue et promouvoir la culture française partout dans le monde, malgré des moyens financiers contraints et malgré des situations politiques souvent compliquées.

C’est pourquoi François Asselineau a adressé à M. Jérôme Clément, Président de la Fondation Alliance française, un courrier (voir ci-après) le priant de porter une attention toute particulière aux antennes de Simféropol et de Sébastopol, injustement prises en otage par une politique qui ne les concerne pas.

Si l’on peut débattre de la légitimité ou non que la France prenne des sanctions contre le gouvernement russe, nul ne peut en revanche se satisfaire de décisions qui ont pour conséquences de ne nuire qu’à la France et à son rayonnement culturel.

François Asselineau a également prié M. Clément que le don effectué par l’Union Populaire Républicaine à la Fondation Alliance française puisse être affecté à un plan d’aide aux antennes Alliances françaises de Crimée.

Consultez la lettre envoyée par François Asselineau au Président de la Fondation Alliance française.

Aidez-nous ! Partagez :