Record historique à la bourse de New York, 18 jours après le Brexit

Télécharger en PDF
Lecture : 2 min
Aidez-nous ! Partagez :

Record historique a la bourse de New York 18 jours apres le brexit

18 jours après le référendum britannique, l’indice Dow Jones de la bourse de New-York bat son record historique. l’impact du Brexit a été insignifiant.

Ce 11 juillet 2016 a été une journée faste sur les marchés mondiaux, et plus encore au Royaume-Uni. À la Bourse de Londres, l’indice FTSE, qui avait clôturé à 5923 points le 14 juin (9 jours avant le Brexit) et à 6140 points le 29 juin (6 jours après), a atteint 6689 ce 11 juillet (18 jours après le référendum) quelques minutes avant la clôture. Soit une hausse phénoménale de +12,93% en moins d’un mois !

Mais c’est la Bourse de New York qui a attiré comme d’habitude l’attention puisque c’est le marché aux actions le plus volumineux de la planète et celui qui donne le plus souvent la tendance aux marchés du monde entier. Or tous les indices (Dow Jones, NASDAQ, S&P500) viennent d’y battre des records.

En particulier, le célèbre « indice Dow Jones » (DJIA pour « Dow Jones Industrial Average ») vient de battre son record historique quinquennal, comme l’indique le graphique que je joins :
– il était à 10817 points en janvier 2012,
– il avait clôturé à 17640 points le 14 juin (9 jours avant le Brexit),
– il avait clôturé à 17694 points le 29 juin (6 jours après le Brexit).
– il vient d’atteindre 18227 points ce 11 juillet (18 jours après le référendum), ce qui représente une hausse de +3,3% en moins d’un mois et son record historique.
[ Source : http://www.bloomberg.com/quote/INDU:IND ]

J’ai indiqué sur ce même graphique, en le pointant d’une flèche rouge, ce qu’a été l’impact réel du référendum britannique : la petite chute, à peine perceptible et vite surmontée, qui a duré 2 jours.

Mieux qu’un long discours, ce graphique montre ainsi l’énormité des mensonges de la propagande euro-atlantiste, qui nous avait assuré de risques majeurs sur l’économie et les marchés mondiaux en cas de vote du Brexit.

En réalité, l’impact du référendum britannique sur les marchés financiers mondiaux est totalement insignifiant, si l’on prend le recul de 5 ans nécessaire.

Encore une fois, les européistes ont tous menti au peuple français. Encore une fois, l’UPR leur avait prédit ce qui se passe pour de bon.