=== NOTRE REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE === Sélection du 26 mars au 1er avril 2018

Télécharger en PDF
Lecture : 25 min

Scène incroyable au parlement territorial de Corse : alors que la langue corse est utilisée tout d’abord à l’occasion d’une question orale, puis ensuite par le président de l’assemblée Jean-Guy Talamoni, Pierre-Jean Luciani s’en indigne à juste titre et pratique la politique du fauteuil tourné… à la suite de quoi il est traité de tous les noms ! Voilà à quoi mène la lâcheté et la collaboration européiste de l’État : la loi fondamentale qu’est la Constitution est piétinée sans réaction du pouvoir. La Constitution précise en effet que le français est la langue de la République. À l’inverse de cette odieuse politique d’abandon de l’équipe Macron, l’UPR fera en sorte que les lois fondamentales de la République soient respectées et mettra un terme à la politique dangereuse des Euro-régions via la sortie de l’UE.

Source : Corse matin (29 mars)

France

 

Le gouvernement va s’attaquer au cumul chômage-emploi

Après le renforcement du contrôle des chômeurs, le gouvernement se donne la possibilité de toucher aux allocations des chômeurs qui exercent une activité réduite. Comme déjà précédemment évoqué dans la revue de presse, c’est toujours la fameuse « France du bas », selon les mots de l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, qui trinque.

Source : Économie matin (27 mars)

 

France Loisirs prévoit de supprimer 450 emplois sur 1 800

Ceci dans le cadre d’un plan de « sauvegarde de l’emploi » (sic). C’est encore une victime du succès d’Amazon – géant dont le modèle social est énormément décrié.

Source : Orange (30 mars)

 

Face aux 50 millions de Bolloré, France Télévisions réclame 100 000 euros

Bolloré, président de Canal+, n’a pas supporté que le magazine Complément d’enquête révèle des facettes peu glorieuses de son empire commercial, et a attaqué France Télévisions en diffamation. De son côté, France Télévisions demande des dommages et intérêts pour procédure abusive, une telle plainte ne relevant pas du tribunal de commerce. Par-delà l’aspect judiciaire, il est préoccupant de constater l’épée de Damoclès constamment placée par les milliardaires de ce pays au-dessus des têtes des journalistes qui font leur travail normal d’enquête.

Source : Télérama (27 mars)

 

Compteurs Linky et données personnelles : la CNIL met en demeure Direct Énergie

Le consentement demandé aux clients pour la collecte de leurs données de consommation toutes les demi-heures n’est pas « libre, éclairé et spécifique », estime la CNIL. Bien que très décriés par une partie de la population, 7 millions de compteurs Linky ont déjà été installés, et 35.millions doivent être déployés sur l’ensemble du territoire pour 2021.

Source : Sud-Ouest (27 mars)

 

Macron raillé pour sa tirade sur «la démocratie, système “bottom up”»

Le chef de l’État a utilisé cet anglicisme jeudi soir en marge d’un long discours au Collège de France, prononcé à l’occasion de la publication du rapport Villani sur l’intelligence artificielle. Le tweet n’a, en tout cas, pas manqué de faire réagir. Selon Bernard Pivot, président de l’académie Goncourt et ancien animateur de l’émission Apostrophes, la phrase du président de la République « dévalue la démocratie d’expression française ».

Source : Le Figaro (30 mars)

France – Communes : restrictions budgétaires et résistance

 

Taxe d’habitation : sa suppression entraîne de nouvelles taxes locales

Non seulement les administrés voient leur pouvoir d’achat fondre à cause d’un ensemble de nouvelles taxes ou d’augmentation de taxes existantes, mais c’est aussi tout un ensemble de services qui ferment dans les communes, faute de moyens — par exemple les crèches.

Source : RTL (30 mars)

 

Scolarisation obligatoire à trois ans : le cadeau discret de Macron au privé

D’une part, c’est une restriction de liberté de mode d’éducation, à un jeune âge où les parents peuvent préférer éveiller eux-mêmes leurs enfants. D’autre part, la conséquence financière va être que les municipalités vont devoir participer au financement de classes maternelles sous contrat privé, qui auparavant étaient intégralement privées : geste malvenu, alors que les moyens des communes baissent…

Source : Libération (27 mars)

 

Le brillant exemple de Frédéric Robert, maire de Monêtier-Allemont

Relever, dynamiser, revivifier une petite commune rurale très endettée, qui plus est sans les subsides de l’État, qui ont été supprimés… c’est possible ! Frédéric Robert, maire UPR de Monêtier-Allemont dans les Hautes-Alpes le prouve avec brio.

Source : UPR (1er avril)

Frédéric Robert, maire UPR de Monêtier-Allemont (Hautes-Alpes).

France – Services publics en déroute

 

31 % de décès en plus au CHU de Guadeloupe, en manque de matériel

Ravagé par un incendie, l’établissement est dans un état préoccupant et les décès de malades se multiplient… Des malades admis aux urgences attendent parfois des jours sur un parking avant d’être pris en charge. Comment a-t-on pu en arriver à une telle situation en France ? Quel sens des priorités, alors que nous finançons à coups de milliards d’euros les pays de l’Est européen ?

Source : 20 Minutes (28 mars)

 

Désormais 450 000 demandes de cartes grises en attente

Les services du ministère sont totalement débordés, indique une source proche du dossier. Ils manquent à la fois de moyens et de personnel pour faire face à l’afflux de demandes. Et, pour le moment, aucune solution concrète n’a été mise en chantier pour résoudre le problème. Cela peut durer encore des mois, si ce n’est plus. Ceux qui sont pris en otage sont encore une fois les citoyens, qui ne peuvent pas recevoir leur voiture, ou qui disposent d’immatriculations provisoires à durée limitée et sans valeur à l’étranger. Même conclusion que précédemment : des milliards d’euros seraient directement réinjectables dans les services publics si la France sortait de l’UE.

Source : le Parisien (27 mars)

L’ANTS, un site devenu un cauchemar pour des centaines de milliers de Français.

 

Journée morte des greffiers et avocats pour protester contre la réforme de la justice

« Suppression des 307 tribunaux d’instance et de la fonction spécialisée de juge d’instance, organisation judiciaire illisible et éloignée du citoyen, déshumanisation de la justice, privatisation du contentieux civil, […] régression des droits de la défense, recul du contrôle de la justice sur les atteintes aux libertés publiques, suppression larvée du juge d’instruction et du juge de l’application des peines, réduction de la collégialité. […] Le projet du gouvernement a le mérite de la cohérence : racler, réduire, supprimer, sacrifier tout ce qui peut l’être, au détriment de la qualité, pour que les jugements – ou leurs ersatz – sortent le plus vite possible, à moindre coût et que les personnels ne soient plus que des pions à déplacer. »

Source : le Monde (20 mars)

 

Le gouvernement éteint le gaz réglementé

Le gouvernement s’estime contraint de mettre fin à ces tarifs du fournisseur historique de gaz en France et fixés chaque année par arrêté ministériel à cause d’une directive européenne de juillet 2009. Un arrêt de septembre 2016 de la Cour de justice de l’Union européenne, pour laquelle ces tarifs réglementés constituent « une entrave à la réalisation d’un marché du gaz naturel concurrentiel ». Rien ne dit que, sans cette jauge des tarifs réglementée, les fournisseurs ne vont pas augmenter progressivement leurs tarifs pour récupérer les marges perdues lors de leur phase de conquête de clientèle. Les gaziers (comme les électriciens) sont d’ailleurs appelés à manifester contre les mises en concurrence (imposées par l’UE).

Source : Libération (27 mars)

Royaume-Uni

 

Johnson et May envient la France pour son réseau diplomatique

Alors que le nombre d’ambassades britanniques était en forte baisse ces dernières années, le Brexit a pour conséquence la décision de développer à nouveau le réseau diplomatique du Royaume-Uni. Sortir de l’UE, c’est bien s’ouvrir au monde !

Source : Sputnik (30 mars)

Theresa May et son secrétaire aux Affaires étrangères, Boris Johnson.

 

La City voit moins de casse avec le Brexit

Le secteur financier estime que 5 000 postes vont être redéployés hors de Grande-Bretagne ou créés à l’international d’ici à mars 2019, en raison du Brexit. C’est moitié moins que ce qu’il anticipait il y a six mois. Paris pourrait gagner 2 280 postes.

Source : la Tribune de Genève (28 mars)

 

Le lanceur d’alerte de Cambridge Analytica dénonce le trucage du Brexit

Après avoir longuement accusé les russes d’ingérence, c’est maintenant des manipulations sur Facebook qui seraient responsables. Quand le peuple vote mal, l’oligarchie et les médias qui les servent ne manquent pas d’imagination pour disqualifier le vote populaire. Dans tous les cas, si trucage il y a eu pour pousser en direction du Brexit, on imagine aisément un trucage d’amplitude au minimum égale de la part des anti-Brexit (George Soros et autres).

Source : Euractiv (29 mars)

Union européenne

L’Allemagne donne le feu vert à tous les permis de construire du projet Nord Stream 2

Le projet Nord Stream 2 a reçu tous les permis de construire en Allemagne et espère recevoir les approbations restantes dans les mois à venir, avant le début de la construction prévue pour 2018. Le gazoduc Nord Stream 2 traversera la mer Baltique, reliant les fournisseurs russes aux consommateurs européens sur plus de 1 200 km. Il aura une capacité de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an. Le projet a un coût estimé à près de 10 milliards d’euros. Les partenaires de Gazprom dans le projet sont Engie, OMV, Shell et deux sociétés allemandes, BASF et Uniper.

Source : Sputnik (27 mars)

 

Portabilité transfrontière des contenus

Dorénavant, une nouvelle directive baptisée Digital Single Market et concernant la portabilité transfrontière va associer chaque Européen au catalogue de son pays de résidence même s’il est en déplacement. On est sur « une loi qui génère une forme de censure culturelle et intellectuelle et qui emprisonne les utilisateurs de ces services, permettant aux ayants droit de diviser [les consommateurs] en petits groupes pour maximiser leurs profits ».

Source : Korben (29 mars)

L’Europe, c’est la paix ?

 

Affaire Skripal: quand la France se déshonore aux yeux du monde par son suivisme

L’affaire Skripal concerne l’assassinat présumé d’un agent double russe au Royaume-Uni. Cet événement, dont les preuves concrètes manquent, a néanmoins servi de prétexte au renvoi de diplomates russes par le Royaume-Uni et plusieurs pays occidentaux, dont la France. Néanmoins, l’Allemagne a fait marche arrière en invitant la Russie à remplacer les diplomates qu’elle a expulsés. Apparaissant aux yeux du monde comme un personnage hypocrite et sans courage calquant servilement ses décisions sur celles de Londres puis de Berlin, Macron rétropédale à présent, en maintenant un prochain voyage présidentiel à Saint-Pétersbourg. Voir aussi l’entretien d’actualité.

Source : UPR (27 mars) UPR (29 mars) UPR (1er avril)

 

Défense de l’UE: vers un « Schengen militaire »

« On ne peut plus dire qu’un conflit en Europe est impossible », estiment en privé de nombreux responsables européens. Ne nous disait-on pourtant pas que l’Europe, c’était la paix ? Avec ces mesures, toutes les armées de l’OTAN (y compris celles des États-Unis et de la Turquie), pourraient circuler librement dans l’UE.

Source : le Soir (27 mars)

 

Kosovo : tension après l’arrestation d’un responsable serbe

L’arrestation lundi 26 mars par la police kosovare puis l’expulsion d’un haut responsable gouvernemental serbe ont suscité un regain de tension au Kosovo. La Serbie refuse de reconnaître l’indépendance de son ancienne province albanaise, déclarée en 2008.

Source : la Croix (26 mars)

Des membres des forces de sécurité kosovares à Mitrovica.

 

Proche-Orient


Le prince héritier saoudien révèle que le wahhabisme a été exporté à la demande des Occidentaux

Dans une interview au Washington Post, le prince héritier Mohamed ben Salmane a déclaré que l’Arabie saoudite avait commencé à propager l’idéologie wahhabite à la demande de ses alliés occidentaux, pendant la guerre froide, pour contrer l’URSS. « Qui sème le vent récolte la tempête » : cette politique internationale otanienne à laquelle s’est pliée la France a pour conséquence directe les drames terroristes que nous connaissons aujourd’hui. Si cette politique internationale suicidaire a mené à cette situation, alors, à l’inverse, c’est très probablement par l’adoption d’une autre politique internationale, non-alignée, que nous assécherons le carburant du terrorisme.

Source : Valeurs actuelles (30 mars)

 

Gaza: dimanche sous haute tension à la frontière avec Israël

L’armée israélienne a violemment réprimé une manifestation palestinienne se déroulant à la limite d’une barrière de sécurité, à l’occasion d’une marche réclament le droit au retour des réfugiés. Tirant à balles réelles, les soldats ont tué seize Palestiniens et en ont blessé plusieurs centaines. La Commission européenne a réclamé une enquête internationale : mais pour quels effets, à partir du moment où Israël ne tient pas compte du droit international ?

Source: l’Humanité (1er Avril)

L’armée israélienne pulvérise des pesticides sur la zone tampon avec Gaza

La conséquence est désastreuse pour les gazaouis, avec une dégringolade de la production agricole, qui est passée de 12 % à 3 % du PIB gazaoui. Et tout cela alors que la population de Gaza est déjà très largement affectée par le blocus d’Israël et de l’Egypte qui la cible depuis 2007.

Source : RT (29 mars)

Agriculteur palestinien à Khan Younès au sud de la bande de Gaza.

 

Intervention française en Syrie : Erdogan évoque le « passé sale et sanglant » de la France

Erdogan réagit à l’annonce de Paris d’envoyer des soldats français pour défendre les Kurdes sur le territoire syrien face à l’armée turque. L’objectif de Macron est de bloquer l’avancée de l’armée turque et de ses supplétifs, des milices syriennes composées de beaucoup de djihadistes, dans la région de Manbij. Mais, au bout du compte, que vont faire nos soldats dans cette galère, alors que ni la Turquie, ni les États-Unis, ni la France n’ont de mandat international pour intervenir sur le sol syrien ?

Source : le Télégramme (30 mars)

 

Trump : « Nous allons nous désengager de Syrie très vite, laissons d’autres s’en occuper »

Pour rappel, la présence américaine est illégale au regard du droit international, et génératrice de tensions dangereuses avec la Russie. Néanmoins, le président a été démenti par son propre département d’État peu après : qui pilote vraiment l’empire américain ?

Source : RT (29 mars)

 

Insécurité alimentaire

Pourquoi n’y a-t-il pas de bœuf dans certains plats préparés de… bœuf ?

Certains plats contiendraient de la VSM, soit de la « viande séparée mécaniquement ». Le processus qui vise à gratter les carcasses d’animaux est interdit pour le bœuf, parce que racler ainsi les os peut mener à des risques liés notamment à la maladie de la vache folle. Pourtant, certains n’hésitent pas à en utiliser… Si aucun ADN n’est trouvé durant les analyses, c’est parce que, pour éviter toute infection, la viande est nettoyée à l’acide, ce qui endommage la carte d’identité génétique de l’animal, qui ne peut plus être identifié…

Source : RTBF (23 mars)

 

Monsanto rachète Pairwise Plants, une entreprise d’édition génétique

L’édition génétique vise quant à elle à modifier l’ADN d’une espèce sans rien ajouter : on coupe, on enlève un gène défectueux, on modifie et on transforme, mais on n’implante pas de gène en provenance d’une autre espèce. C’est une pratique mise en place depuis 2012-2013, il est donc difficile de connaître, sur le long terme, les effets secondaires qu’elle pourrait engendrer sur les cultures et sur les humains qui consommeront les produits. Grâce à cette technologie rapide, précise et moins coûteuse que la recherche autour des OGM traditionnels, il y a fort à parier que Monsanto va pouvoir envahir rapidement le marché des produits agricoles modifiés.

Source : ConsoGlobe (28 mars)

 

La dégradation des terres a atteint un stade critique

La détérioration systémique des sols met en péril la sécurité alimentaire, le climat et la stabilité des sociétés. Nos terres représentent un bien commun extrêmement précieux et l’avenir de l’humanité dépend de leur protection.

Source : le Monde (26 mars)

Insécurité numérique

 

Passage express du Cloud Act

La police américaine va pouvoir mettre la main légalement sur toute information, peu importe que celle-ci concerne un ressortissant américain ou non, et sans considérer la situation géographique de l’hébergeur. Ce texte soutenu par de grosses sociétés comme Microsoft, Apple, Google et Facebook pourraient ainsi leur permettre de ne plus multiplier les centres de données physiques. Le Cloud Act va permettre le « libre-échange » massif des données hébergées entre diverses agences gouvernementales. Le texte, qui est passé en silence, sans débat, est une nouvelle atteinte à la vie privée et est encore une fois l’affirmation d’une extraterritorialité violente du droit américain.

Source : Le Comptoir du hardware (26 mars)

 

IPhone : le FBI réclame encore des « backdoors » légales

Washington réfléchit à nouveau au moyen légal de contraindre Apple et d’autres firmes d’intégrer des « portes dérobées » (« backdoors ») dans leurs smartphones et autres terminaux. Et ce pour accéder aux données dans le cadre d’investigations.

Source : Silicon (27 mars)

Voyages, recherches, e-mails supprimés… Un internaute a fouillé dans les données conservées par Google

Google conserve ainsi les lieux dans lesquels vous êtes allés, l’intégralité des sites que vous avez visités, vos centres d’intérêt, les vidéos que vous avez regardées, les événements auxquels vous avez assistés, tous les documents que vous avez stockés sur votre drive (même ceux que vous avez supprimés), et encore beaucoup d’autres choses. De nombreuses alternatives libres à Google existent : il suffit de chercher, si vous tenez à la protection de votre vie privée.

Source : France info (27 mars)

 

Entretiens avec François Asselineau

Entretien d’actualité n° 60

L’entretien d’actualité couvre des sujets complémentaires à la revue de presse.

Manifestation du 22 mars – Attentat dans l’Aude – Marche blanche – Skripal – Mickey – Rats à Paris – Polynésie – Appel à manifester le 1er mai

Source : UPR (1er avril)

François Asselineau sur Le Média

François Asselineau a été interrogé par Alexis Poulin sur Le Média, un site d’information proche de La France Insoumise.

Source : UPR (28 mars)

 

 

Vos retours et propositions d’articles sont les bienvenus sur selection_infos@upr.fr

Pour changer les choses, nous vous invitons également à partager massivement cette revue de presse ! En pratique, nous vous proposons d’envoyer à toutes vos connaissances, dans un courriel : la photo à la une et son commentaire, suivis du lien sur cette revue de presse (l’utilisation de la copie cachée est recommandée).

 

Coordination de la revue de presse : David Pauchet

Rédacteurs : Alexis Comte, Antoine Carthago, Maxime Forner, Thierry Lacour, David Pauchet

Relecture : équipes de relecture

Validation finale : François Asselineau

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Aidez-nous ! Partagez :