== NOTRE REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE == Semaine du 10 au 16 septembre 2018

Télécharger en PDF
Lecture : 27 min

Croissance robuste de l’économie britannique

L’économie britannique a connu une croissance record entre mai et juin 2018, en particulier dans le secteur des services. Le PIB a augmenté de 0,6 point entre mai et juin, surpassant les prédictions les plus optimistes qui prédisaient une augmentation de seulement 0,4 %.

Source : Bloomberg (10 septembre) – en anglais

Pendant la campagne du Brexit, les défenseurs du maintien dans l’Union européenne ne cessaient, en oiseaux de mauvais augure, de prophétiser que la sortie de l’UE serait un cataclysme pour le Royaume-Uni. La réalité est tout autre : le Brexit est au contraire une aube nouvelle, non seulement pour la démocratie britannique, mais aussi pour son économie. Pourquoi en irait-il autrement de la France ? Ne cédons pas à la propagande généralisée anti-Frexit dans nos médias.

 

France

Jusqu’à 2 000 suppressions de postes dans l’Éducation nationale dès 2019

Initialement, le ministère ne devait être concerné par la baisse des effectifs qu’à partir de 2020. Entre Jean-Michel Blanquer et Gérald Darmanin, le bras de fer est engagé.

Source : RTL (16 septembre)

Au vu des résultats internationaux, l’Éducation nationale est-elle vraiment si performante que l’on puisse se permettre de supprimer autant de postes, qui plus est en anticipation de la date initiale ? Une éducation de qualité est la clef pour former l’esprit des futurs citoyens. Le Frexit permettra de la garantir, en sortant de l’austérité imposée par l’Union européenne.

 

Pourquoi les recours aux prud’hommes chutent

Le nombre de procédures a fortement reculé sous l’effet conjugué de la loi Macron et des ordonnances réformant le Code du travail. Il devrait encore continuer de baisser en 2018. Le nombre de recours aux prud’hommes était, selon les investisseurs étrangers, l’un des points noirs de la France.

Source : les Échos (10 septembre)

Faut-il se réjouir du fait que les salariés se défendent moins ? C’est la triste conséquence des GOPÉ, qui ont imposé les lois Travail Macron successives. La dernière loi Travail avait facilité le licenciement des salariés, en flexibilisant par exemple le licenciement économique individuel.

 

Fusil de précision : le savoir-faire français sapé par l’harmonisation européenne ?

L’armée française va renouveler ses fusils de précision et il est possible qu’une PME tricolore ne puisse postuler à l’appel d’offres. En effet, l’appel d’offres exclut les entreprises dont le chiffre d’affaires est inférieur à 50 millions d’euros. De quoi satisfaire l’UE, qui interdit aux autorités nationales de favoriser les entreprises de leur pays ?

Source : RT France (10 septembre)

L’article 56 du TFUE interdit toute discrimination de nationalité au sein de l’Union européenne pour le recours aux services. En pratique, c’est l’impossibilité juridique pour l’État de promouvoir les entreprises françaises. Et c’est donc une autre source de chômage pour les Français. Concernant l’entreprise Verney-Caron, le marché des fusils d’assaut leur avait échappé il y a deux ans pour la même raison. Le seuil de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires provient d’une recommandation européenne.

Fusil de précision fabriqué par la PME française Verney-Carron. © Jonathan Moadab (Twitter : @Moadab_RTfr) / RT France

 

Rochy-Condé et Warluis fusionnent, les habitants se révoltent

Les habitants de Rochy-Condé et de Warluis, dans l’Oise, ont manifesté leur opposition à la fusion des deux communes. Une réunion publique organisée à Rochy-Condé vendredi 7 septembre à ce sujet s’est déroulée sous tension. La nouvelle entité doit s’appeler Val-d’Orgueil. Le projet a été finalisé au cours de cet été. Les habitants reprochent à leurs élus de ne pas les avoir suffisamment informés. Ils s’estiment mis devant le fait accompli.

Source : Oise hebdo (8 septembre)

Les réformes territoriales incessantes, voulues par la « loi NOTRe », se font dans le dos des Français. Personne n’explique les raisons de ces réformes, qui ne sont pas d’ordre économique puisque les faits montrent que les coûts ne diminuent pas, bien au contraire. Seule l’UPR explique que cela correspond à une volonté de changement de « granulométrie administrative » imposé par l’UE : le dogme impose de passer des échelons historiques « commune-département-État » aux échelons nouveaux « intercommunalités-régions-Union européenne ». Ce changement de « granulométrie » a de lourdes conséquences sur la démocratie, ainsi que sur l’égalité républicaine héritée de la Révolution.

 

France – Patinages politiques

Marine Le Pen, la patineuse politique

Imagine-t-on la Pucelle d’Orléans affirmer que « bouter les Anglois hors de France n’est plus un préalable » tout en précisant qu’il faut « mettre un coup d’arrêt à la présence des Anglois sur le sol de France » ? Même l’évêque Cauchon en aurait perdu son latin.

Imagine-t-on un conjoint, dont la vie conjugale est devenue un enfer, s’exclamer qu’il est « hors de question de divorcer » mais qu’il faut « donner un coup d’arrêt à ce mariage » ? Qu’en penserait le juge des affaires matrimoniales ?

Source : UPR (15 septembre)

 

Benalla accepte de venir devant la commission mais insulte les sénateurs

Ayant refusé initialement de se rendre à la commission d’enquête sénatoriale, Benalla accepte de s’y rendre, contraint et forcé. Il juge que les sénateurs sont de « petites gens ».

Source : Marianne (12 septembre)

Les dirigeants français, affolés, veulent nous faire croire que ce serait un affront à la démocratie que d’exiger qu’Alexandre Benalla réponde de ses actes devant la représentation nationale ! La petite frappe de Macron est soutenue mordicus par la République en Marche à travers les mots de Castaner, qui affirme que les sénateurs sont une menace pour la République. On aurait presque l’impression que Macron est le garde du corps de Benalla, comme le pointe le sénateur Jean-Yves Leconte.

 

Macron à un jeune chômeur : « Je traverse la rue et je vous trouve un emploi »

Le chef de l’État a fait la leçon à un jeune homme sans emploi rencontré en marge des Journées du patrimoine.

Source : le Parisien (15 septembre)

Le sous-entendu est clair : les chômeurs sont des fainéants qui ne traversent pas même la rue pour essayer de trouver un emploi. Voilà une anecdote que le mari de Brigitte Trogneux va pouvoir ressortir à loisir lors de son prochain voyage diplomatique, afin de bien montrer la nullité, à ses yeux, de ses administrés. Le méprisant Macron se moque évidemment du monde. Car s’il est exact que certaines branches comme l’hôtellerie-restauration sont en pénurie de main-d’œuvre, il est faux et mensonger de faire croire que le chômage résulterait de ce désajustement entre offre et demande et du refus des chômeurs d’exercer certains emplois. Car les emplois disponibles et non pourvus sont en nombre très, très inférieur au nombre de personnes en recherche d’emplois.

 

L’Élysée insère la croix de Lorraine dans son nouveau logo

Ce symbole est lourd de sens : il renvoie à la Résistance française et à la France libre du général de Gaulle. Une référence parfaitement assumée, traduisant l’admiration de Macron pour de Gaulle.

Source : le Figaro (13 septembre)

La France Libre était le symbole de la Résistance face à la collaboration et à l’occupation nazie. C’était l’espoir de pouvoir reconstruire une France indépendante et souveraine, soucieuse de l’égalité et des droits de chaque citoyen. De Gaulle doit se retourner dans sa tombe quand le symbole de la croix de Lorraine est réutilisé par Macron qui est l’antithèse même du gaullisme ! Faut-il rappeler que Macron a permis le rachat d’Alstom par General Electric, a fait que le TGV devienne allemand, détruit les services publics, n’a de cesse que de suivre les injonctions de la diplomatie américaine et de saper la souveraineté de la France en poursuivant l’idée chimérique d’une construction européenne destructrice.

MICHEL EULER/AFP

 

Frédérique Dumas, députée des Hauts-de-Seine : « Pourquoi je quitte En Marche ! »

La productrice Frédérique Dumas avait participé à la campagne d’Emmanuel Macron. Mais la députée ne se reconnaît plus dans le groupe LREM. Manque de sens, manque d’écoute, technocratie… « On a le sentiment d’être sur le Titanic », dit-elle.

Source : le Parisien (16 septembre)

Il reste presque quatre ans de Titanic avant la prochaine élection présidentielle. En 2022, il s’agira pour les Français de choisir entre changer le capitaine du Titanic, ou le quitter pour reconstruire leur pays. En effet, la politique économique et sociale de la France est dictée par les GOPÉ ; ce n’est qu’en sortant de l’UE que la France pourra adopter une politique indépendante répondant réellement aux attentes de sa population. Quant à Frédérique Dumas, elle n’a décidément aucun flair politique ! Après avoir cru aux bobards énormes de la propagande macroniste, elle rallie désormais cette formation fantôme et ultra-européiste qu’est l’UDI, parti de notables sans adhérents.

 

France – Tendances macroéconomiques

La fraude fiscale explose et atteint les 100 milliards d’euros

Jamais la fraude fiscale n’a été aussi importante ni les contrôles aussi faibles, selon un rapport du syndicat Solidaires-Finances. Il estime à 100 milliards d’euros le manque à gagner pour les caisses de l’État, soit vingt milliards de plus qu’il y a cinq ans et 1,5 fois le montant de l’impôt sur le revenu.

Source : Marianne (13 septembre)

C’est une conséquence logique de la baisse du nombre de contrôleurs. Le gouvernement préfère taxer les gens ordinaires et baisser les aides aux jeunes et aux personnes âgées plutôt que de lutter contre la fraude fiscale. La libre circulation des capitaux imposée par les traités européens facilite cette fraude massive (art. 63 TFUE).

 

Le gouvernement ne vise plus que 1,7 % de croissance en 2018

L’objectif initial de 2 % a été revu à la baisse, alors que Gérald Darmanin assurait que la croissance ne serait pas en dessous de 1,8 %. Le déficit sera également plus fort que prévu, à 2,6 %. Bruno Le Maire l’explique par des « aléas dans la conjoncture », et affirme surtout continuer à « respecter nos engagements européens ».

Source : le Figaro (10 septembre)

La réalité économique force la macronie à revoir ses ambitions irréalistes et trompeuses. Bruno Le Maire cite les grèves comme une cause de la croissance faible, mais semble « oublier » le poids de l’euro et des contraintes européennes dans le déficit structurel et la désindustrialisation de la France.

 

La France devient une société de « déconsommation »

Les études montrent que les Français mettent de moins en moins de produits dans leur panier. Ils privilégient la qualité.

Source : les Échos (13 septembre)

Cette étude est la preuve qu’en matière d’alimentation les Français préfèrent la qualité à la quantité. La qualité, c’est la défense des terroirs, des produits naturels, de l’agriculture familiale, des circuits courts. La quantité, c’est un hyperproductivisme imposé par l’article 39 du TFUE, système actuel qui est en flagrante opposition avec cette aspiration.

Panier AMAP (association pour le maintien de l’agriculture paysanne) à Puteaux.

 

Union européenne

Le Parlement européen accepte une réforme du droit d’auteur controversée

Avec une confortable majorité, les eurodéputés acceptent un texte qui prévoit une rémunération des artistes depuis YouTube, ou l’instauration de « droits voisins » pour les médias relayés par Google. Partisans et opposants ont fait un lobbying intense.

Source : le Temps (12 septembre)

Numérama donne plus de détails sur les risques que fait courir cette directive. L’article 11 restreint la possibilité de créer des liens hypertextuels car il faut l’autorisation du site Internet cité. C’est une menace pour les libertés : par exemple, quelles conséquences pour cette revue de presse ? L’article 13 institue des règles de filtrage automatique, mettant à mal le principe de neutralité du Net.

 

Zone euro : des économistes prônent un assouplissement des règles budgétaires

Face à l’inefficacité des règles budgétaires actuelles dans la zone euro, le président du conseil d’analyse économique (CAE), Philippe Martin, et deux autres économistes proposent, dans une étude, de mettre fin à la fameuse barre des 3 % de déficit exigée par les critères de Maastricht. Les trois auteurs préconisent l’adoption d’une règle plus simple, centrée sur l’évolution des dépenses publiques.

Source : la Tribune (11 septembre)

On peut se réjouir de cette remise en cause des règles absurdes et purement comptables de Bruxelles. Mais ces appels ne seront jamais entendus, particulièrement en Allemagne, où la rigueur budgétaire est fondamentale. Seul le Frexit permettra de se libérer des critères de Maastricht.

 

L’Allemagne lâche la France, désormais seule pour défendre la taxation des GAFAM

De Washington à Bruxelles, on semble caler. Samedi, à Vienne, les Européens se sont une nouvelle fois affrontés, sans issue décisive. Les seuls alliés possibles pourraient être les Américains eux-mêmes. Paradoxal, mais intéressant à suivre.

Source : Atlantico (10 septembre)

C’est une énième démonstration de l’impuissance de l’Union européenne, alors que les décisions en matière fiscale requièrent l’unanimité des États membres. Les intérêts divergents des 28 pays bloquent l’ensemble et empêchent la France de se défendre souverainement.

 

La France envisage de partager sa bombe atomique avec l’Allemagne

Le gouvernement envisage de « louer » la protection atomique française à Berlin, qui en échange paierait une partie de ses coûts. Ce projet s’inscrit dans l’idée de « dissuasion élargie » souhaitée par Emmanuel Macron.

Source : l’Obs (10 septembre)

L’idée évoquée est gravissime : la dissuasion nucléaire française, construite sous de Gaulle pour garantir l’indépendance de la France, serait à vendre ou à partager. La logique des réductions budgétaires, conjuguée à l’absence totale du sens de l’État, entraîne le gouvernement à brader notre puissance et menace de nous entraîner dans des guerres. Relire aussi l’article sur les euro-nukes de Vincent Brousseau.

REX/London News Picture/REX/SIP

 

Union européenne – Dissension entre les peuples

Au Parlement européen, Tsipras alerte sur « le monstre du populisme »

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a mis en garde mardi les députés européens contre le retour du « monstre du populisme », tout en promettant « un nouveau début » pour la Grèce, sortie de la tutelle de ses créanciers.

Source : Challenges (12 septembre)

Fidèle à lui-même, Tsipras continue de tromper le peuple grec en évitant de désigner les vrais responsables de leurs malheurs. Ce ne sont pas les « populistes », mais bien les institutions et la monnaie européennes. Par ailleurs, de manière très hypocrite, le Tsipras de 2018 n’est-il pas en train de contredire le Tsipras de 2014, défenseur d’une soi-disant gauche radicale, et qui promettait qu’il allait taper du poing sur la table pour changer l’Europe ?

Alexis Tsipras, le 11 septembre 2018 au Parlement européen. AFP – FREDERICK FLORIN

 

Article 7 : le Parlement européen adopte une motion punitive contre la Hongrie

Le Parlement européen a voté pour demander à l’Union européenne de lancer l’article 7, procédure radicale permettant à Bruxelles de sanctionner la Hongrie, qu’elle accuse de mettre à mal les « valeurs » de l’Union européenne.

Source : RT France (12 septembre)

La tension continue de monter entre les institutions de l’UE et la Hongrie. La procédure de l’article 7 n’a cependant aucune chance d’être lancée, car elle requiert l’unanimité des États membres. La Hongrie peut compter sur ses alliés de l’Est pour la bloquer. Ce vote est néanmoins encore une autre preuve que tenter d’obtenir une politique commune à vingt-sept est une véritable et dangereuse chimère.

 

Moscovici s’inquiète de l’existence de « petits Mussolini », Salvini l’invite à « se laver la bouche »

Se sentant visés par le commissaire européen qui, inquiet de la progression du populisme en Europe, a évoqué la possible existence de nos jours de « petits Mussolini », les ministres italiens Matteo Salvini et Luigi Di Maio ont répliqué avec vigueur.

Source : RT France (13 septembre)

Entre la Commission européenne et les gouvernements des États membres, on en est désormais aux insultes nauséabondes. L’UE, c’est le contraire du rapprochement des peuples. Quant à Moscovici, il devrait se renseigner sur l’histoire de l’Europe et regarder la conférence de François Asselineau sur « les origines cachées de la construction européenne ». Il y apprendrait notamment que c’est précisément Mussolini et Hitler qui sont à l’origine de la construction européenne !

 

Un million d’indépendantistes manifestent à Barcelone

Une démonstration de force. Un an après l’échec de la « sécession », un million d’indépendantistes ont manifesté mardi dans les rues de Barcelone pour la « fête nationale » catalane.

Source : l’Alsace (11 septembre)

Comme en Écosse, les indépendantistes en appellent souvent au peuple mais refusent de reconnaître leur défaite lors des référendums populaires. Revoir la conférence de François Asselineau sur les Euro-régions.

 

Europe hors UE

Jean-Claude Juncker balaie l’accord au rabais avec la Suisse

« Je veux un accord d’ensemble » : interrogé jeudi par la RTS, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a violemment refusé l’idée d’un accord minimal avec la Suisse tel que l’envisage le Conseil fédéral. Le dirigeant estime qu’il faut « régler une fois pour toutes les relations entre la Confédération et l’Union européenne » et que « les États membres ont des idées arrêtées sur le sujet ».

Source : RTS (13 septembre)

À la bonne heure ! L’UPR encourage nos amis suisses à ne pas s’en laisser compter par ce sinistre ivrogne qui souille l’image de la Commission européenne et de l’Europe aux yeux du monde entier.

 

Les banques suisses entrent dans l’ère de la transparence fiscale

Herbert Scheidt, président de l’Association suisse des banquiers, estime qu’« aucun étranger ne peut plus cacher son argent dans une banque en Suisse ». L’échange automatique d’informations à grande échelle débute à la fin de septembre.

Source : le Temps (12 septembre)

Comment la France pourrait-elle œuvrer en toute indépendance hors de l’Union européenne, elle qui est si petite ? Lorsque l’on évoque l’exemple de la Suisse comme celui d’un pays arrivant à maintenir une économie florissante hors de l’UE, il est souvent contre-argumenté que cela tient à son statut de paradis fiscal. La preuve que non : l’économie suisse, dont l’industrie est puissante, n’est plus dépendante de l’opacité financière. Autrement, le gouvernement suisse n’aurait pas accepté de se tirer une telle balle dans le pied.

 

Entretien de la revue le Regard libre avec François Asselineau

La revue mensuelle suisse le Regard libre datée d’octobre 2018 publie un long entretien avec François Asselineau sur six pages, assorti de photos, dont la une. Cet entretien a été réalisé par Jonas Follonier, rédacteur en chef du Regard libre, à Neuchâtel le dimanche
9 septembre 2018.

Source : UPR (12 septembre)

 

Macédoine : Washington craint des ingérences russes dans le référendum

Le Secrétaire d’État à la Défense Jim Mattis a dit craindre des ingérences russes dans le référendum pour le changement de nom de la Macédoine, qui pourrait ouvrir à ce pays les portes de l’OTAN et de l’UE. Il a donc décidé de s’y rendre pour « soutenir le peuple macédonien ».

Source : l’Orient-le Jour (12 septembre)

Washington revendique haut et fort sa propre ingérence au nom d’un supposé risque d’influence russe !  Ce changement de dénomination, en venant fermer un contentieux de longue date avec la Grèce, est un prérequis à l’entrée de la Macédoine dans l’UE. Derrière cette ingérence, en apparence anodine, se cache encore le soutien de Washington à la construction européenne, avec toujours comme préalable l’adhésion à l’OTAN.

 

Monde

Washington « certifie » que Riyad tente d’épargner les civils au Yémen

Dans un rapport au Congrès, le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo certifie que l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis prenaient des mesures manifestes pour limiter le nombre de victimes civiles, et assure exercer des pressions dans ce sens. S’il reconnaît un nombre « trop élevé » de victimes civiles, il ne remet aucunement en cause le soutien américain en armes et renseignements à la coalition menée par Riyad.

Source : le Monde (13 septembre)

Le deux poids, deux mesures est flagrant : Washington accuse Moscou de soutenir l’armée syrienne, dont les bombardements causent des victimes civiles, mais couvre et arme son allié saoudien qui a encore récemment bombardé 40 enfants dans un bus.

 

L’intégration eurasiatique avance à grands pas

Le forum économique de l’Est, à Vladivostok, est devenu un rendez-vous essentiel pour l’intégration stratégique entre la Chine, la Russie et les autres pays d’Asie du Nord-Est, laquelle transforme peu à peu l’actuel ordre mondial.

Source : Asia Times (12 septembre) – en anglais

Pendant que les « amis » mal assortis de l’Union européenne se déchirent et s’insultent, les États qui savent défendre leurs intérêts s’engagent dans des partenariats fructueux, dans le respect de la souveraineté de chacun. Cherchez l’erreur.

Le président chinois Xi Jinping et le président russe Vladimir Poutine font des blinis, en marge du sommet économique de Vladivostok le 11 septembre. Photo: Russian Presidential Press and Information Office handout / Anadolu Agency

 

Les États-Unis menacent de sanction les juges de la Cour pénale internationale s’ils poursuivent des Américains

Le conseiller pour la sécurité nationale de Donald Trump a menacé de sanctionner des membres de la CPI si des poursuites étaient engagées contre des Américains ou des alliés des États-Unis.

Source : France info (10 septembre)

Les États-Unis se sont toujours tenus à l’écart de la justice internationale et n’ont pas ratifié le traité de Rome qui institue la CPI. Ils franchissent là un nouveau cap en menaçant les juges, sachant pertinemment que ceux-ci pourraient trouver quantité de motifs d’incrimination dans les nombreuses guerres menées par Washington.

 

Monde – Ingérences

La présence secrète de l’armée française à Deir Ezzor révélée par une photo

Une photo des forces spéciales américaines révèle la présence d’un véhicule des commandos français dans cette zone de la Syrie encore contrôlée en partie par Daech.

Source : France 24 (13 septembre)

La présence de soldats américains et français en Syrie, fût-ce pour combattre le terrorisme, est totalement illégale au regard du droit international. Ce n’est pas le cas des forces russes, invitées par le gouvernement syrien.

© Compte Twitter des forces spéciales américaines (@SOJTFOIR) | Un véhicule ARAVIS de l’armée française pris en photo dans la province de Deir Ezzor en Syrie.

 

Le secrétaire général de l’OEA suggère une intervention militaire au Venezuela

« En ce qui concerne une intervention militaire visant à renverser le régime de Nicolas Maduro, je pense que nous ne devons exclure aucune option » a déclaré Luis Almagro, le dirigeant de l’Organisation des États d’Amérique. Devant les accusations d’ingérence du gouvernement vénézuélien, il justifie ses propos en raison des « violations des droits de l’homme » qui seraient commises par Caracas.

Source : le Monde (15 septembre)

Organisation panaméricaine siégeant à Washington, l’OEA est souvent accusée d’être inféodée à la politique étrangère américaine. Si elle ne peut décider d’une intervention militaire, elle est un relais utile pour ceux qui l’appellent de leurs voeux.

 

Vos retours et propositions d’articles sont les bienvenus sur selection_infos@upr.fr.

Pour changer les choses, nous vous invitons également à partager massivement cette revue de presse ! En pratique, nous vous proposons d’envoyer à toutes vos connaissances, dans un courriel la photo à la une et son commentaire, suivis du lien sur cette revue de presse (l’utilisation de la copie cachée est recommandée). Vous pouvez aussi recevoir chaque semaine le courriel prêt à diffuser sur simple demande à selection_infos@upr.fr.


Coordination de la revue de presse : David Pauchet
Rédacteurs : Alexis Comte, Antoine Carthago, Maxime Forner, Thierry Lacour, David Pauchet
Relecture : équipe de relecture
Validation finale : François Asselineau

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Aidez-nous ! Partagez :