== NOTRE REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE == Semaine du 9 au 15 avril 2018

Télécharger en PDF
Lecture : 34 min

États-Unis, France et Royaume-Uni ont mené samedi des frappes contre la Syrie. Comment en est-on arrivé là ? L’UPR consacre un dossier spécial dans cette revue de presse, face à la gravité de cette succession d’événements.

 

Dossier spécial – Suites de l’attaque chimique présumée de Douma en Syrie

L’ordre des articles est chronologique.

 

Aucune trace d’armes chimiques sur le site de l’attaque présumée à Douma, selon l’armée russe

C’est la conclusion d’experts en matière de guerre radiologique, chimique et biologique, ainsi que de médecins qui ont inspecté la zone.

Source : RT (9 avril)

 

Ainsi les événements en Syrie commencent sur une base peu solide, la véracité de l’attaque n’étant pas même reconnue par les différentes parties.

 

Attaques chimiques présumées en Syrie : trois résolutions rejetées

La Russie a mis un veto à une demande de commission indépendante enquêtant sur place, ses positions n’ayant pas été prises en compte. Elle a émis une autre résolution, soumettant les conclusions de la commission au Conseil de sécurité de l’ONU. Celle-ci a été rejetée par les pays de l’OTAN, ainsi qu’une troisième résolution russe demandant à l’OIAC (Organisation pour l’interdiction des armes chimiques) d’enquêter sur place.

Source : Europe 1 (11 avril)

La Russie a dû être échaudée par le caractère « indépendant » de la commission. En effet, l’indépendance est toujours relative : qui aurait nommé cette commission indépendante ? Et pourquoi, en effet, le Conseil de sécurité n’est-il pas le plus légitime pour chapeauter la commission d’enquête ?

 

Un avion de chasse russe a menacé un navire de la marine française en Méditerranée

Le navire en question était l’Aquitaine, un fleuron de la marine nationale française.

Source : BFM TV (10 avril)

 

Les relations sont au plus bas entre la France et la Russie. Mais quel est donc notre intérêt à une telle détérioration, alors que l’histoire montre pourtant que toutes les périodes de rapprochement entre France et Russie ont été fastes ?

 

« Tout missile américain tiré sur la Syrie sera abattu », prévenait Moscou

L’ambassadeur russe au Liban précisait dans la foulée que les sites de lancement de ces missiles seraient également visés.

Source : Guadeloupe.fr (11 avril)

 

Voilà un engagement très concret de la part de la Russie, qui pouvait entraîner la destruction d’un navire américain… un tel événement n’aurait-il pas immédiatement été récupéré par tous les médias occidentaux pour justifier une entrée en guerre contre la Russie, puissance nucléaire ? Une attitude occidentale sage aurait donc été de chercher l’apaisement, d’autant plus qu’aucune preuve ne permet d’incriminer la Syrie dans l’affaire de Douma… – et même l’existence de cette attaque chimique est litigieuse, comme il a été dit plus haut.

 

Trump : « Tiens-toi prête, Russie, les missiles arrivent ! »

Le président américain menace la Russie et traite el-Assad d’animal.

Source : l’Obs (11 avril)

 

Il y a un risque que les événements puissent dégénérer en guerre mondiale, et les États-Unis ajoutent de l’huile sur le feu… quel sens des responsabilités ?

 

La Russie ne peut exclure le risque d’une guerre avec les États-Unis

Devant la montée en véhémence des propos, la Russie espère que la situation n’arrive pas à un point de non-retour, l’armée russe étant présente en Syrie.

Source : la Tribune (12 avril)

 

Pour rappel, l’armée russe est présente légalement en Syrie (à la demande du gouvernement syrien démocratiquement élu), contrairement aux États-Unis qui y sont en dehors de tout droit international.

 

François Asselineau demande aux parlementaires d’engager la destitution du président de la République, selon l’article 68 de la Constitution.

La décision solitaire de Macron est ainsi non seulement contraire à la prudence et à la sagesse dont doit faire preuve un chef d’État lorsque la paix mondiale est en jeu, mais elle est illégale au regard de la Charte de l’ONU et du droit international, et elle bafoue l’esprit même des institutions et de la démocratie. Le président de la République vient ainsi de faire preuve d’un « manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat », selon les termes précis que requiert l’article 68 de la Constitution pour engager la procédure de destitution du chef de l’État. François Asselineau demande donc aux parlementaires français de se constituer immédiatement en Haute Cour et d’engager la procédure de destitution du président de la République prévue par l’article 68 de la Constitution. François Asselineau avait quelques jours auparavant demandé solennellement au président de la République de ne pas intervenir militairement en Syrie.

Source : UPR (11 avril) UPR (14 avril)

 

Moscou : Londres impliquée dans la mise en scène de l’attaque chimique ?

La vidéo montre des témoins présents à l’attaque… et qui ne souffrent de rien. Selon eux, des personnes sont entrées dans l’hôpital, caméra en main, semant la panique, criant à l’attaque chimique, et arrosant d’eau les gens.

Source : RT (13 avril)

Des témoins présents à l’hôpital de Douma lors de l’attaque chimique présumée.

 

La France affirme détenir des preuves d’attaques chimiques en Syrie

D’après des témoignages de médecins indépendants, une première attaque aurait été réalisée avec du chlore, et une seconde avec du chlore et un agent neurotoxique.

Source : France info (13 avril)

 

On attend plus de détails sur les preuves, mais force est de constater que les frappes, elles, n’ont pas attendu.

 

Frappes en Syrie menées par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni

Les frappes étaient censées cibler des complexes liés aux armes chimiques. La Russie annonce que 71 missiles sur 103 ont été interceptés.

Source : Europe 1 (14 avril)

 

Sans mandat de l’ONU, et, pis encore, sans preuve, ces trois pays agissent hors du droit international. Une déflagration entre États-Unis et Russie a pu être évitée pour deux raisons : l’Occident a frappé suffisamment à l’écart des bases russes, et la Russie s’est abstenue d’intervenir (contrairement à ses intentions affichées initialement), tout en mettant en avant la très grande efficacité des systèmes de défense syriens.

 

Réaction de François Asselineau sur Russia Today, à la suite de l’intervention française en Syrie

Entretien avec François Asselineau, invité à réagir à l’attaque de la coalition des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France. Il dénonce l’illégalité de l’intervention, aussi bien au regard du droit international que du droit français, et l’irresponsabilité de leurs dirigeants.

Source : UPR (14 avril)

 

Des employés d’un centre bombardé assurent qu’ils ne produisaient pas d’armes chimiques

Le bâtiment détruit correspondait à un centre de recherche dans la pharmaceutique et l’industrie chimique civile. Les employés font constater que s’il y avait eu des armes chimiques, ils ne seraient pas ici pour en témoigner !

Source : l’Express (14 avril)

 

Et si ces bombardements, sans objet, illégaux et sans efficacité, n’avaient finalement été qu’un moyen pour l’Occident de sortir la tête haute par rapport à l’opinion publique nourrie à la propagande otanienne ?

France

Le Centre spatial guyanais de Kourou fête ses 50 ans

Plus de 200 lancements ont été effectués à partir du Centre spatial guyanais à Kourou. La fusée Véronique a ouvert le bal le 9 avril 1968.

Source : l’Usine nouvelle (9 avril)

L’aventure d’Ariane n’a rien à voir avec l’UE. Il s’agit d’une coopération entre pays et nous continuerons à participer à cette aventure après le Frexit.

 

Ce que pourrait rapporter une deuxième journée de solidarité

La première journée de solidarité est le lundi de Pentecôte, dont Raffarin avait supprimé le caractère chômé, et a rapporté près de 30 milliards d’euros.

Source : BFM business (13 avril)

 

Il s’agit d’un ballon d’essai pour supprimer une deuxième journée de congés aux Français. Sous couvert d’austérité (imposée par l’UE), tout passe… Combien de jours de congés devront-ils être supprimés avant que le peuple français ne comprenne que le modèle social promu par les traités européens est une régression vers le XIXe siècle ? La défense des acquis sociaux et du modèle protecteur à la française passe par un nouveau CNR, projet défendu par l’UPR et nécessitant en premier lieu le Frexit.

 

Le gouvernement prévoit des mesures pour brider le Parlement

Maîtrise accrue de l’ordre du jour, délais réduits, droit d’amendement encadré, le gouvernement a introduit dans son avant-projet de loi sur la révision des institutions une série de mesures visant à limiter le pouvoir du Parlement.

Source : Reuters (12 avril)

 

La Constitution de la Ve République a été déjà fortement abîmée par les différentes réformes adoptées dans le dos des Français. Avec les députés godillots « en marche », il est probable que les intérêts du peuple ne soient pas correctement défendus vis-à-vis de cette nouvelle réforme. Une fois au pouvoir, l’UPR fera en sorte que tout changement de la Constitution soit nécessairement approuvé par référendum et non plus par la procédure parlementaire.

 

Comment la dématérialisation augmente les discriminations dans l’accès aux droits

Le Défenseur des droits pointe une hausse des démarches en ligne au détriment de l’accueil physique dans les services publics, avec des conséquences néfastes pour les usagers. Il préconise de « conserver des lieux d’accueil physique sur l’ensemble du territoire et de veiller, à chaque fois qu’une procédure est dématérialisée, à ce qu’une voie alternative – papier, téléphonique ou humaine – soit toujours proposée en parallèle ».

Source : France inter (11 avril)

 

Voilà les conséquences de services publics devant obéir à une logique de rentabilité dans l’UE, sous l’article 106 du TFUE, qui impose leur mise en concurrence, et les GOPÉ, qui imposent l’austérité. Il est évident que les services publics recouvreront leur efficacité avec les milliards d’euros de marge de manœuvre retrouvés en cas de Frexit.

 

Le préfet de l’Oise invite les chasseurs à passer à l’action contre les manifestants

Dans son allocution avec les chasseurs, le préfet de l’Oise suggère le passage à l’action  contre les militants anti-chasse à courre.

Source : Le Courrier picard (8 avril)

 

Un préfet est censé être le garant de l’ordre public. Aucune catégorie de citoyen ne doit être incitée à se faire justice elle-même. Il faut restaurer la confiance en la Nation française mise à mal par les campagnes de dénigrement permanentes au profit d’une Europe fédérale qui n’existera jamais.

 

Mohammed ben Salmane visé par une plainte à Paris pour « complicité d’actes de torture »

Le prince héritier d’Arabie saoudite est visé par une plainte déposée par une association yéménite pour son rôle dans la guerre au Yémen. Il est accusé d’avoir sciemment pris pour cible des populations civiles yéménites avec des frappes sur des camps de déplacés, sur des marchés, des immeubles résidentiels et des hôpitaux.

Source : France info (10 avril)

 

Comme dit lors du débat de la campagne présidentielle, il ne faut avoir aucune complaisance envers l’Arabie saoudite qui est l’un des principaux pourvoyeurs financiers du terrorisme islamiste.

 

Première semaine de François Asselineau en Polynésie française

Le président de l’UPR est en déplacement pour une durée de deux semaines, afin de soutenir la liste Dignité et bonheur menée par Jérôme Gasior.

Source : UPR (15 avril)

France – Euro-régions

 

Le bilan en demi-teinte des grandes régions en France

La fusion entre les Midi-Pyrénées et le Languedoc-Roussillon est difficile. Les logiques et les stratégies des deux Régions étaient antagonistes. Le mariage amène des coûts supplémentaires, comme 6 millions pour aligner les machines administratives ainsi que la location d’un hall du parc des expositions de Montpellier pour accueillir les assemblées plénières du conseil régional, pour un total de 115 000 euros. Les grandes régions ont été construites afin d’atteindre la « taille critique » à l’échelle européenne. Cependant, dès décembre 2015, une étude de l’Institut Jacques-Delors soulignait que les fusions seraient « sans effet majeur sur les classements européens des régions les plus performantes ». Avec la fusion, la région Languedoc-Roussillon, dont le PIB par habitant est compris entre 75 % et 90 % de la moyenne de l’Union européenne sort de ce cadre et pourrait perdre le versement de fonds structurels européens.

Source : la Croix (14 avril)

 

La logique des Euro-régions est destructrice pour le pays. On cherche à supprimer l’État pour le remplacer par des régions qui n’auront pas les moyens de résister au rouleau-compresseur ultralibéral. Les européistes cherchent à remplacer le triptyque historique commune – département – nation par le triptyque  intercommunalité – région – Europe. En forçant la fusion des communes et en poussant à la suppression des départements, on éloigne le peuple du politique, et l’on recrée des féodalités régionales similaires à celles de l’Ancien Régime.

 

Vers la fermeture de tous les centres d’information et d’orientation en 2019 ?

L’article 10 du projet de loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel » dispose que « la région organise des actions d’informations sur les métiers et la formation en direction des élèves et des étudiants, notamment dans les établissements scolaires ». Ce sont donc désormais les conseils régionaux qui assureraient l’information en matière d’orientation. Les centres d’information et d’orientation (CIO) fermeraient alors leurs portes d’ici à 2019. L’ONISEP (Office national d’information sur les enseignements et les professions) verrait également ses missions transférées aux régions. Ses personnels ont lancé une pétition pour s’opposer à son « démantèlement ». Pour les syndicats, cette réforme marque la fin du « service public d’orientation ».

Source : France 3 (11 avril)

 

Une nouvelle mesure contre-productive et aberrante de démantèlement du service public qui n’a d’autre but que de vider de sa substance la nation française pour promouvoir les Euro-régions.

France – Des médias aux ordres

Notre-Dame-des-Landes : le ministère de l’Intérieur verrouille les images de son intervention

Plusieurs journalistes sur place se plaignent d’être tenus à l’écart et de ne disposer que d’images fournies par la gendarmerie.

Source : Huffington Post (9 avril)

Macron, président de l’image et de la communication – mais certes pas de la liberté journalistique.

 

Sibyle Veil, une camarade de promo d’Emmanuel Macron, nommée à la tête de Radio France

Sibyle Veil a été nommée ce jeudi 12 avril directrice de Radio France par le CSA.

Source : Marianne (12 avril)

 

Une nouvelle preuve s’il en fallait de la collusion entre pouvoir politique et pouvoir médiatique. À noter que Sibyle Veil est mariée à Sébastien Veil, autre camarade de promo, membre des Young Leaders de la French-American Foundation (2009), et conseiller d’Emmanuel Macron sur les questions de politique culturelle et de communication.

 

Sybile Veil.

 

La « carabistouille » d’Emmanuel Macron sur les collectivités locales

Le président de la République a affirmé que « toutes les petites communes ont leur dotation maintenue ». Sauf qu’il y a en fait 16 000 communes qui, en 2018, voient leur dotation de fonctionnement diminuer.

Source : l’Obs (12 avril)

 

Emmanuel Macron donne aux médias un os à ronger en utilisant un mot peu usuel. Cela détourne l’attention des vrais problèmes et de l’agonie subie par les communes afin de forcer leur fusion demandée par Bruxelles. Une fois au pouvoir, l’UPR autorisera les communes à annuler leur fusion forcée. Les fusions ne pourront se faire que par référendum local. On peut aussi noter les opérations de communication comme cet entretien « par hasard » avec le maire LREM de Chapelle-Royale (Eure-et-Loir)  repris en boucle par l’ensemble des médias de masse aux ordres du pouvoir. Macron n’est pas à son coup d’essai sur les rencontres fortuites. On se souvient encore de l’épisode tunisien.

France – Privatisation

Les fournisseurs d’électricité alternatifs CDiscount, Total Spring et Engie assignés pour « pratiques commerciales trompeuses »

Selon l’association de consommateurs à l’origine de cette assignation, ces entreprises promettent des rabais plus avantageux que le montant réel des économies.

Source : le Monde (13 avril)

 

Avec la concurrence, les différents acteurs sont amenés à faire des dépenses de marketing afin d’acquérir des parts de marché. Ces dépenses vont ensuite se retrouver dans les factures des usagers puisque le but des sociétés privées est de faire du profit. Dans la guerre entre concurrents, toutes les pratiques ne sont pas toujours recommandables. Une fois au pouvoir, l’UPR organisera le retour à la nation de la production d’électricité.

 

En Isère, une chaîne humaine pour dire non à la privatisation des barrages hydroélectriques

L’UE met la pression pour ouvrir à la concurrence ce secteur. Alors que les gouvernements précédents n’avaient pas cédé à la pression, celui d’Édouard Philippe a ouvert de lui-même les discussions.

Source : France bleu (8 avril)

Alors que tous les autres pays ont négocié pour ne pas privatiser leurs barrages, la France de Macron va volontairement et avec zèle se soumettre au diktat idéologique inscrit dans le marbre des traités européens avec l’article 106 du TFUE, au nom de la sacro-sainte libre concurrence. La privatisation va forcément aller contre l’intérêt public. L’hydroélectrique est stockable, et donc mobilisable pour les pics de consommation. Un intérêt financier privé se contentera de la loi de l’offre et de la demande. Peut-on vraiment faire confiance au privé pour gérer des éléments tels que la sécurité, qui va priver les actionnaires de leurs bénéfices à court terme ?

 

Privatisation de la FDJ

L’État céderait environ 50 % des parts de la Française des jeux (FDJ) sur les 72 % qu’il détient en les mettant en Bourse.

Source : la Tribune (8 avril)

 

Privatiser une entreprise rentable qui contribue au financement de l’État est déjà contestable. Mais on apprend en plus qu’une nouvelle autorité de régulation va être créée pour contrôler les dérives que peut amener la loi de l’argent et du profit dans un tel secteur. On ne dit bien sûr pas comment cette nouvelle autorité sera financée. Comme d’habitude les activités rentables seront bradées au privé alors que les coûts seront à la charge du contribuable. Les Français étaient-ils conscients qu’ils votaient pour la privatisation de la FDJ ? Une fois au pouvoir, l’UPR redonnera au peuple son patrimoine perdu et rétablira l’État dans son rôle de stratège industriel.

France – Agriculture

 

Maladie de Parkinson : risque accru dans les zones agricoles

Une étude confirme la corrélation entre la maladie de Parkinson et l’exposition professionnelle aux pesticides. De plus, les résultats suggèrent que l’exposition non-professionnelle aux pesticides liée par exemple à une exposition environnementale pourrait elle aussi accroître le risque de développer la maladie de Parkinson.

Source : Inserm (10 avril)

 

Le modèle de politique agricole hyperproductiviste inscrit dans le marbre des traités avec l’article 39 du TFUE est toxique pour la santé des agriculteurs. Le programme de l’UPR prévoit une nouvelle jeunesse pour l’agriculture familiale.

 

Tandis que les abeilles meurent, la France importe du faux miel

Confrontée au déclin du nombre d’abeilles, la production de miel français a considérablement chuté. Pour répondre à la demande, le pays importe les trois-quarts du miel consommé dans l’Hexagone, principalement depuis la Chine, qui a triplé sa production en cinq ans. Or elle est accusée de couper son miel avec du sucre liquide de riz ou de maïs. Pour remplacer les abeilles, le distributeur américain Walmart a déposé un brevet concernant des abeilles robotisées capables de détecter le pollen sur une plante et de le transporter sur les cultures qui en ont le plus besoin.  

Source : Novethic (10 avril)

Les aberrations du modèle hyperproductiviste de l’UE entraînent la multiplication des produits de mauvaise qualité. Il est plus que temps de revenir à la raison et d’arrêter ces logiques mondialistes. Il faut arriver à trouver et à promouvoir des solutions compatibles avec l’environnement comme cette société canadienne qui se sert des abeilles pour soigner les plantes avec du pesticide bio.

 

Pourquoi de plus en plus de dauphins meurent au large de nos côtes

Les dauphins sont victimes de la pêche intensive. « 90 % des cadavres autopsiés montrent des traces de capture par des filets de pêche, provenant essentiellement des chalutiers pélagiques, des méthodes de pêche qui consistent à avoir un énorme filet dans l’eau et qui attrapent tout, notamment des dauphins. »

Source : RMC (11 avril)

Tout comme l’agriculture, la pêche est réglée par les traités européens qui vont promouvoir la pêche industrielle aux dépens de la pêche traditionnelle.

Europe

 

La Hongrie s’engage à renforcer sa politique de souveraineté

Viktor Orban, le Premier ministre, compte renforcer sa politique anti-immigration et de sécurité, et préfère une « Europe des nations » à des États-Unis d’Europe.

Source : Express.co.uk (11 avril) – en anglais

 

Une épine dans le pied de l’UE… mais tout comme le ferait le FN, il ne remet pas en cause l’appartenance à l’UE. Bref, un rebelle de cinéma.

 

Discrètement, l’Europe s’apprête à déverser des milliards d’argent public en faveur des industries de l’armement

Le Parlement européen a approuvé le 13 mars une enveloppe d’un demi-milliard d’euros pour le développement d’équipements dans le secteur de la défense pour les deux années qui viennent (2019 et 2020). Cette abondance de subventions européennes vers l’industrie de la défense n’est qu’un début : l’objectif annoncé est, à terme, la création d’un « fonds de défense européen » de 5,5 milliards d’euros par an pour « stimuler les capacités de défense européennes ». Et ce, à partir de 2021. Une manne d’argent public, pour développer drones de combats et autres systèmes d’armement dernier cri.

Source : Bastamag (9 avril)

 

Commentaire: « l’Europe de la défense » est une chimère. De nombreux États restent attachés à l’OTAN, qui aspire à rester l’espace de coopération en matière de défense (article 42 du TUE). Malgré ce manque de stratégie globale et alors que l’UE va perdre environ dix milliards d’euros par an avec le départ des Britanniques, les industriels de la défense, grâce à leurs opérations actives d’influence auprès des instances bruxelloises devraient récupérer des milliards avec le prochain budget pluriannuel.

 

Affaire Skripal : le poison est occidental

D’après une expertise suisse, le poison prélevé à Salisbury par les enquêteurs de l’OIAC, dans l’affaire Skripal, est du BZ, qui est un innervant de l’OTAN. L’URSS, puis la Russie, n’ont jamais travaillé sur ce type de substance.

Source : Metro (14 avril)

 

François Asselineau avait une nouvelle fois raison d’appeler à la prudence et de vouloir attendre les conclusions d’une enquête internationale. Cette ultime révélation dans l’affaire Skripal finit de ridiculiser la diplomatie occidentale.

Monde

 

Vincent Bolloré va être entendu par la justice sur ses affaires africaines

Le PDG du groupe Bolloré va devoir s’expliquer sur ses activités africaines, à la demande des juges parisiens Serge Tournaire et Aude Buresi. Les magistrats soupçonnent les dirigeants du groupe d’avoir utilisé leur filiale de communication Havas pour faciliter l’arrivée au pouvoir de dirigeants africains. Et obtenir en échange les concessions portuaires.

Source : RFI (12 avril)

La justice pourrait aussi s’intéresser aux liens entre le président Macron et les différents propriétaires des groupes de presse français qui ont largement contribué à son élection par une propagande jamais vue sous la Ve République. Mais on a récemment constaté que le parquet avait tendance à classer rapidement les affaires concernant le président.

 

Trump dénonce des échanges commerciaux stupides

La Chine impose des taxes de 25 % sur la plupart des voitures importées. Dans le même temps, la taxe d’importation d’une voiture chinoise aux États-Unis n’est que de 2,5 %. Trump veut revenir sur cette asymétrie.

Source : la Presse (9 avril)

 

La France a perdu la souveraineté sur ses frontières. Elle ne pourrait pas prendre le même type de mesure. Ce sont les instances de Bruxelles, influencées par les différents groupes de pression et défendant des intérêts divergents, qui sont chargées de définir les droits de douanes. Ce n’est qu’un nouvel épisode d’une longue série concernant la guerre commerciale intense entre les États-Unis et la Chine (par exemple voir aussi la saisine de l’OMC par la Chine).

 

Comment Facebook piste les internautes qui ne sont pas sur le réseau social

Les boutons Facebook « J’aime » ou « Partager » qui apparaissent sur d’innombrables pages Web ont une fonction supplémentaire. Même si l’internaute ne clique pas dessus, ils ordonnent à son navigateur de transmettre des données le concernant à Facebook. Par ailleurs, lorsqu’un utilisateur de Facebook synchronise ses contacts avec le réseau social, les adresses e-mail et les numéros de téléphone de ces personnes sont collectés, mais pas seulement. Les données peuvent inclure « leurs noms et surnoms, photos de contact […] et autres informations que vous pourriez avoir ajoutées comme une relation ou leur profession, ainsi que les données sur ces contacts présentes sur votre téléphone ». Les internautes non inscrits sont rarement au courant que leurs données sont collectées par Facebook. De plus, une partie de ceux qui ne sont pas sur le réseau social évoquent souvent comme raison leur aversion à l’idée de transmettre leurs données à cette entreprise multimilliardaire. Or ces «résistants » voient eux aussi leurs données aspirées.

Source : le Monde (13 avril)

 

 

Vos retours et propositions d’articles sont les bienvenus sur selection_infos@upr.fr

Pour changer les choses, nous vous invitons également à partager massivement cette revue de presse ! En pratique, nous vous proposons d’envoyer à toutes vos connaissances, dans un courriel : la photo à la une et son commentaire, suivis du lien sur cette revue de presse (l’utilisation de la copie cachée est recommandée).

 

Coordination de la revue de presse : David Pauchet

Rédacteurs : Alexis Comte, Antoine Carthago, Maxime Forner, Thierry Lacour, David Pauchet

Relecture : équipes de relecture

Validation finale : François Asselineau

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Aidez-nous ! Partagez :